Chapitre XIX - Dernière minute

5.3K 432 297
                                    

Hello, hello,

Ma fin de semaine risque d'être assez chargée donc je poste le chapitre dès maintenant ! Le prochain sera donc dans 7 jours ;) ! 

D'ailleurs, petit propos HS : vous êtes plusieurs à m'avoir fait remarquer qu'il manquait parfois des espaces entre certains mots... Malheureusement, je n'y peux pas grand chose ! C'est un bug qui survient au moment de la publication sur Wattpad (pas tout le temps, mais ça arrive). Une fois qu'il est publié, certains mots se collent entre eux. Et comme j'ai souvent déjà relu mon chapitre 1 ou 2 fois pour retirer les coquilles les plus visibles, je n'ai plus le recul nécessaire pour remarquer ce genre de soucis si j'y jette un dernier coup d'oeil. Donc, quand votre regard en trouve... n'hésitez pas à me l'écrire en review -c'est valable pour ce chapitre ou un autre- ! Ce sera bien plus simple pour moi au moment de corriger. Merci d'avance :D !

&... Bonne lecture :) !!

.

Début juin marqua l'approche imminente des ASPIC. Même si Hermione s'était montrée confiante face à Harry, la sorcière commençait sérieusement à appréhender le début des examens. Non pas que la Gryffondor doutait de ses capacités. Pas du tout même. Disons plutôt que la sorcière redoutait l'idée d'une erreur idiote, d'un oubli quelconque qui la hanterait durant des années. Là était l'inconvénient d'être une indécrottable perfectionniste : faire bien n'était pas possible, il fallait toujours faire mieux.

C'était exactement ce qu'Hermione se disait ce dimanche soir, alors qu'elle triait ses parchemins de révision à la bibliothèque. Il était tard. La sorcière jeta un coup d'œil vers l'horloge murale. 21h40. Exceptionnellement, Madame Pince avait autorisé les Septièmes Années à veiller entre ses murs jusqu'à 22h pour quelques révisions de dernière minute. La plupart des autres élèves avaient préféré rester cogiter dans leurs dortoirs ou dans la Salle Commune. Désormais, le temps était précieux et se comptait en secondes : marcher d'un étage à l'autre était une perte de temps considérable. Hermione faisait partie des rares élèves qui préféraient le calme de la bibliothèque. Les lieux étaient quasiment vides et si ce silence assourdissant pouvait se révéler angoissant –n'était-il pas le meilleur moyen pour vous mettre face à vos insécurités ?-, Hermione préférait y rester jusqu'à la fermeture. Au moindre doute concernant un sortilège, il lui suffisait de se tourner vers les rayons de la bibliothèque pour y piocher un épais grimoire où elle était quasiment sûre de trouver son bonheur. Et surtout, une réponse.

Hermione regarda ses doigts tâchés d'encre. Elle venait de résoudre une énième formule de Métamorphose particulièrement complexe et même si elle avait bon, c'était le temps qu'il lui avait fallu pour en arriver au bout qui l'inquiétait. La Préfète avait surestimé ses capacités. Hermione bailla longuement. Peut-être était-elle simplement fatiguée. Certes, la sorcière avait respecté à la lettre son planning de révisions mais à quel prix ! Depuis plusieurs jours, de gigantesques cernes décoraient ses yeux ensommeillés et elle ne prenait même plus la peine de tenter de coiffer ses boucles déjà bien indisciplinées. Elle soupira et regarda la bibliothèque, pensive. Dans quelques semaines ce lieu qu'elle avait tant aimé parcourir en long en large et en travers ne serait plus qu'un lointain souvenir. A cette idée, son cœur se serra. Cette année avait été éprouvante mais il fallait admettre que la perspective de quitter définitivement Poudlard lui broyait le cœur. Peut-être qu'Harry était un orphelin qui avait vu dans ce château sa seule maison mais Hermione y avait également trouvé un réconfort. Lorsque vous étiez la seule sorcière de votre famille, il y avait quelque chose de rassurant à être entourée de vos semblables dans un tel lieu. Enfin,sauf s'il s'agissait de Theodore Nott, bien sûr.

Après les ruines (Dramione)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant