Chapitre XVI - Inquiet(s)

4.6K 327 304
                                    

Bonjour à toutes et à tous,

CW : Comme vous pouvez le deviner par rapport aux chapitres précédents, celui-ci comporte une scène d'avortement (du moins, le début).

J'ai fait certains choix narratifs concernant la manière dont est représenté l'avortement dans le monde magique et j'ai décidé de les expliquer plus longuement en fin de chapitre si cela vous intéresse. :) 

Bonne lecture.

.

            Dès la fin de sa journée, Hermione s'empressa de rentrer chez elle. Cette fois-ci, elle préféra transplaner au lieu de marcher dans Londres parmi la cohue. Elle était si stressée qu'elle était au bord de la nausée en permanence et pour le coup, la grossesse n'avait rien à voir. Hermione referma la porte de l'appartement derrière elle et contempla le loft vide avant de pousser un soupir. Quelle galère.

Elle et Viktor avaient toujours été prudents pourtant. Mais visiblement, même quand on était dans le monde magique, cela ne faisait pas des miracles. La sorcière retira son manteau et ses chaussures avant de s'allonger sur le sofa, jouant avec la petite fiole que Malefoy lui avait donné. Malefoy... elle ne pouvait qu'être reconnaissante qu'il ait accepté de lui donner cette potion sous le manteau et en même temps, la jeune femme mettrait un certain temps avant d'ôter de son esprit l'attitude qu'il avait pu avoir à son égard... Comment pouvait-il faire preuve d'une telle condescendance ?! Pensait-il vraiment que sa demande désespérée était l'œuvre d'un caprice ?! Et puis cette manière ô combien infantilisante de lui rappeler les effets secondaires de cette fichue potion... bien évidemment qu'elle était au courant ! Elle n'était pas stupide à ce point !

Hermione décapsula la minuscule bouteille et la huma. L'odeur n'était pas immonde comme elle s'y attendait. Elle était même plutôt... neutre. Elle remua légèrement le contenu d'un mouvement de poignet. La potion était d'un noir d'encre et visqueuse. Elle soupira, ferma les yeux et l'avala d'un trait. Elle n'avait aucun goût. La sorcière resta étendue sur le canapé, bras en croix, attendant que les premiers signes apparaissent, une boule d'appréhension grossissant au creux de son estomac.

Elle entendit un miaulement et tourna la tête. Pattenrond venait de se glisser dans le salon et la regardait avec méfiance. Il s'approcha lentement du canapé et y grimpa avant de se frotter à Hermione qui le caressa d'un geste automatique.

« Ca va bien se passer, tu verras. Ca va bien se passer... »

Ses paupières devinrent lourdes et elle tomba dans un sommeil profond.


* * *


Une douleur aiguë si violente la réveilla en sursaut. Hermione se releva brusquement, les sens en alerte. Elle mit un certain temps à réaliser où elle était et il lui fallut plisser les yeux pour reconnaître son appartement plongé dans la pénombre. D'une main tremblante, elle passa une main sur son front. Il était brûlant. Hermione tâcha de se lever du canapé mais ses membres étaient si engourdis qu'elle abandonna.

« Oh bon sang... marmonna-t-elle d'une voix pâteuse. »

Une nouvelle douleur, cette fois-ci encore plus désagréable que la précédente vinrent lui broyer les tripes et elle se recroquevilla sur elle-même. La jeune femme serra les dents. Elle savait que ce n'était pas une partie de plaisir mais pas à ce point. Une larme  incontrôlable coula le long de sa joue et elle l'essuya d'un mouvement de sec. Ce n'était clairement pas le moment de pleurer. Il fallait qu'elle réfléchisse et qu'elle trouve un moyen de traverser tout l'appartement jusqu'à la salle de bain. Elle n'était pas idiote, elle savait très bien ce qu'il était en train de se passer et ce que son corps désirait expulser.

Après les ruines (Dramione)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant