37. Pitchou fromage coui-coui

1.8K 318 84
                                                  

Chui énervée contre la politique du Québec est-ce que quelqu'un veut m'adopter ?

Plz je sais faire des macaronis.

PS. Jugez pas le titre, je sais que vous l'adorez. 🌚😂

***

OK, c'est aujourd'hui.

Depuis ce matin, je me tortille dans tous les sens, incapable de rester assise et tranquille.

Si bien que j'ai pris mon déjeuner debout en faisant les cent pas, du salon à la cuisine et de la cuisine au salon.

— Mika, bordel, assieds-toi.

— Naaan.

Je décide alors — sur un coup de tête complètement con — de m'occuper du ménage pour me changer les idées. Alors avec un tablier noir autour de la taille, un bandana multicolore pour retenir mes cheveux, des gants de vaisselle jaunes et une serpillère, je passe toute la maison au peigne fin.

Mais c'est en vain. Parce que je ne cesse de craindre le retour de Daren.

Je ne sais pas pourquoi je suis anxieuse. Je ne sais pas pourquoi j'appréhende tant son retour. Après tout, c'est mon frère, non ?
Mais un frère qui est contre le bonheur de sa sœur.

Une partie de moi — la plus peureuse — m'intime de me méfier, toujours. Daren a connu Liam autant que moi, peut-être même plus. Il connait à coup sûr des trucs que je ne soupçonne pas sur lui et s'en donnera cœur joie de les déballer pour me mettre de son côté.

Et au final, c'est de ça que j'ai peur. J'ai peur de savoir des choses qui creuseront à nouveau ce fossé entre Liam et moi.
Je ne veux pas me rendre là. Je ne veux que rien ne vienne brimer notre relation. Qu'elle soit à distance ou pas, il n'a pas le droit de nous séparer. La seule chose que je veux de lui, c'est qu'il m'achète un nouveau téléphone.

Et à part ça, je ne désire pas son intervention dans quoi que ce soit.

Deux heures plus tard, il est midi, j'ai fini toute la maison sauf ma chambre.

Qui est aussi, soit dit en passant, la pièce la plus bordélique.

Je soulève une boîte poussiéreuse sur une étagère perdue dans ma garde-robe que j'ai complètement vidée. Je tousse lorsque les particules grises sur le dessus se soulèvent et chatouillent mon nez.

Je m'apprête à trier les vêtements éparpillés au sol selon ce que je porte encore ou pas lorsque je remarque un bout de papier dépasser de la boîte. Je m'accroupis sur le linge et tire dessus.
C'est une photo.

De moi et... de Liam.

Je plaque ma main sur ma bouche, sidérée.

— Ouaaate de phoque.

J'avais dix ans, je crois, et Liam avait quatorze. Nous étions assis ensemble sur le gazon avec George Lapinou contre ma poitrine. Il avait le visage couvert de boue, son chandail de sport taché. Mais ma robe d'été rose, elle, n'avait pas été affectée outre mesure par le massacre qui avait dû se dérouler. Nous souriions largement, presque trop, moi avec mes cheveux longs ébouriffés et lui avec un ballon de basket immobile à quelques centimètres de lui.
Je me souviens encore que c'était Daren qui nous avait pris en photo

On était tellement jeunes.

— Onze ans plus tard...

Je relève les yeux.

Fifty Shades of a Unicorn - T1Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant