25.4. Au nom de la science

2.5K 342 35
                                                  

Il penche la tête et mordille la peau entre mon cou et mon épaule. Un frisson me secoue toute entière lorsqu'il lèche les traces de sa morsure et ordonne, d'une voix passionnée :

— Alors dis-moi quoi faire.

Je tire sur ses cheveux pour lui relever la tête et, fiévreuse et impatiente, j'appuie mes lèvres sur les siennes.

— Embrasse-moi.

Ses bras forts se referment autour de moi, sa bouche s'active sur la mienne, la pointe de sa langue me taquinant les lèvres. Il a un goût d'alcool, de menthe et de plaisir inconnu qui me trouble profondément et qui ne fait que le rendre mille fois plus désirable.
Haletante, j'ouvre la bouche et il en profite pour l'investir, sa langue de velours flattant et caressant habilement la mienne.
C'est mal de savoir embrasser de la sorte. Divinement mal.

Il me plaque contre lui et m'incline la tête au creux de mon épaule pour mieux me dévorer la bouche. Je gémis lorsque sa main libre s'immisce sous mon débardeur et se referme sur mon sein comme pour le soupeser.

Un peu honteuse, je suis à deux doigts de repousser ses doigts lorsqu'il interrompt notre baiser pour grogner :

— Bordel, ta façon de ne pas porter de soutien-gorge...

Je rougis violemment et halète lorsque son pouce en taquine la pointe, l'encercle inlassablement. Des ondes de plaisir se déploient en moi pour aller se loger entre mes cuisses.

Oh bon sang, pourquoi est-ce qu'il ne se décide pas à me caresser là où j'en ai tellement besoin ?

Je pousse une plainte éperdue en me frottant contre sa main. Son baiser se fait alors plus fiévreux, il enfonce sa langue dans ma bouche au même rythme avec lequel il pince, tord et caresse mon mamelon. Je ne peux retenir un sanglot de plaisir lorsqu'il quitte mes lèvres pour mordiller mon cou et qu'il s'empare de l'autre sein pour lui faire subir le même traitement.

— Liam... Liam, je brûle...

— Je sais, mon cœur. Je sais.

Il lèche ma clavicule en délaissant ma poitrine et remonte ses mains sur mes bras pour atteindre les bretelles de mon débardeur qu'il abaisse pour me dénuder.

Mes insécurités font vaciller ma confiance encore une fois.
Je croise alors mes bras sur mes seins en pinçant les lèvres.

Il s'immobilise et recule un peu en me questionnant des yeux.

Tout en maintenant mon débardeur contre moi, je tends un doigt pour caresser sa bouche rosie et enflée par nos baisers, sa mâchoire soulignée par une barbe de deux jours, son nez volontaire.

— Qu'est-ce qui se passe, ma belle ?

— Je ne... mes... seins-

— Combien de fois est-ce que je vais devoir te dire que j'aime tes seins pour que tu finisses par les aimer aussi ?

Je baisse les yeux, intimidée par son regard brûlant.

— Tu ne m'as jamais dit-

— J'aime tes seins, Mika.

Une de ses mains caresse ma cuisse qui drape sa hanche tandis que l'autre a glissé dans mon dos pour caresser ma nuque.

— J'aime vraiment beaucoup tes seins.

— C'est juste... pour me faire plaisir.

— Pas faux. Mais sache qu'ils me font plaisir à moi aussi.

Je glousse, troublée, au moment même où il embrasse ma joue.

— Tu me laisses te toucher ? chuchote-t-il.

Fifty Shades of a Unicorn - T1Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant