Tome 2 : Chapitre 25

3.6K 158 57
                                    

- 5 octobre 2023, Sofia -

Je sors de la salle de bain, prête à partir au paddock quand Charles me regarde de la tête aux pieds, en fronçant les sourcils. Oh, je déteste quand il fait ça.

« Je peux savoir où tu comptes aller ?

- Je te rappelle que tu as des interviews et une conférence de presse à faire.

- Et je te rappelle que tu es officiellement en congé. Ah et que tu es enceinte aussi. Au cas-où tu l'aurais potentiellement oublié. »

Son air arrogant me donne envie de lui en coller une. Mais je ne le fais pas, et me contente simplement de soupirer. Il m'agace. Je le déteste et en même temps j'ai envie de l'embrasser parce qu'il est trop mignon à s'inquiéter pour moi. Vive les hormones.

« J'ai tout de même le droit d'aller au paddock.

- Comme ça ? » Dit-il en montrant ma tenue.

Charles le rabat-joie est de retour. Je vais vraiment finir par lui mettre une droite. Je roule des yeux et me dirige vers la porte de notre chambre. Il m'attrape le bras et me force à me retourner vers lui.

« Va te changer.

- Pardon ?

- Sofia.

- Charles. Il fait 42 degrés ! Tu croyais quoi ? Que j'allais me trimballer en combinaison de ski ? Je suis enceinte. Tu dois le savoir, non ?

- Justement, raison de plus. Tu restes là. Point final. »

Il pose ses lèvres sur les miennes et sors en trombe de la chambre, m'enfermant par la même occasion afin que je ne puisse pas sortir. Je tambourine à la porte et je peste contre lui en même temps. Putain, je le déteste.

« Tu fais chier Leclerc ! » Je hurle.

Mon portable vibre dans la poche et je souris quand même en voyant un message de Charles qui me dit « moi aussi je t'aime. » Quel connard, n'empêche. S'il croit que je vais rester dans cette chambre, toute seule, à tourner en rond, il peut se foutre le doigt dans l'œil.

Déjà, il ne voulait pas que je vienne au Qatar avec lui. L'idée, c'était que j'aille chez mes parents ou alors chez Marta et son copain. Mais j'ai lourdement insisté pour venir avec lui. Évidemment, nous nous sommes engueulés. Il m'a crié dessus en disant que je devais me reposer, que l'avion n'était pas bon pour le bébé ou je ne sais quoi... Bref, vous connaissez Charles. Il a fini par céder parce que je lui ai fait mon air de petit chien battu. Ça fonctionne tout le temps.

Comme il faut chaud au Qatar, j'ai décidé d'aller au paddock en short en jean et une brassière... Je suis enceinte, il fait chaud alors c'était certain que je n'allais pas y aller en jogging et sweatshirt. Le fait d'être enceinte me donne chaud mais si en plus je dois m'habiller de la sorte, autant que je meurs maintenant.

Je m'affale sur mon lit et compose le numéro de ma sauveuse, du moins j'espère qu'elle le sera. Je n'ai pas le temps d'attendre la première sonnerie, qu'elle décroche.

« Kika, je t'en supplie aide-moi !

- J'allais te dire la même chose ! Pierre m'a enfermé. »

Je me redresse et passe une main sur mon visage. Ne me dites pas que les deux se sont concertés ? Putain, les connards !

« Charles m'a enfermé aussi ! Pour une putain de tenue !

- Attends... Toi aussi ?

- Ouais. Tu portes quoi ?

- Mini-short et débardeur. Et toi ?

Et si c'était écrit ? || Charles Leclerc Où les histoires vivent. Découvrez maintenant