Chapitre 29

7.4K 225 65
                                    

- 14 mai 2023, Sofia-

« Ma puce !! » Crie Pascale.

Charles et moi, nous nous approchons de la mère du monégasque et immédiatement, elle vient me prendre dans ses bras en caressant mes cheveux. Pascale a toujours été tactile, même quand j'étais plus jeune. Elle m'a souvent répété que j'étais la fille qu'elle n'avait jamais eu. Ma mère, d'ailleurs, était légèrement jalouse, mais bon.

« Je suis là aussi, maman. »

Pascale me lâche et vient prendre Charles dans ses bras, mais cette fois-ci, l'étreinte dure plus longtemps. Elle lui ébouriffe les cheveux, ce qui agace le brun puisqu'il a passé plus de 5 minutes à les coiffer ce matin. J'ai même dû l'aider.

Aujourd'hui, Charles et Arthur ont un shooting photo à Monaco, pour la sortie d'un vlog ou je ne sais quoi... Charles ne m'en a pas dit plus, mais j'ai tout de même proposé de l'accompagner car la copine de Lorenzo sera également présente et je ne voulais pas spécialement qu'elle se retrouve toute seule. Carla, la copine d'Arthur quant à elle, ne sera pas là.

Charles me prend la main, puis nous montons dans son yacht, là où se trouvent déjà Arthur, Lorenzo, Charlotte et quelques photographes pour le shooting.

« Merci, tu es venue ! » S'exclame Charlotte, le sourire aux lèvres.

Je souris à mon tour, puis viens la prendre dans mes bras. Nous nous installons sur le bateau, et immédiatement les garçons se mettent à parler de F1 et de F2, ce qui ne me choque même plus. Il n'y a pas une journée où ils ne vont pas parler de ça, c'est dingue. En même temps, c'est leur passion, donc je peux le comprendre.

Avec Charlotte et Pascale, nous parlons de mode, et la dernière me demande comment se sont passées les retrouvailles avec mes parents. Je lui affirme alors que ça s'est bien passé, que nous avons pris un café le jour où ils sont venus me voir, puis demain, je vais chez eux pendant quelques jours pour revoir Tommy, Mélanie et Chloé ainsi que ses enfants.

Charles doit retourner à Maranello avec Carlos, et comme Ferrari n'a pas besoin de moi, j'ai posé quelques jours. Le brun n'était pas forcément emballé à l'idée que je sois loin de lui durant plusieurs jours, mais il a compris que c'était pour mon bien, et que j'avais besoin de rattraper le temps avec mes parents, avec ma famille.

« Je peux vous l'emprunter ?

- Oh, Charles, tu passes tout ton temps avec elle, laisse-la respirer !

- Rectification. Je vous l'emprunte. Maman, je me passe parfaitement de tes remarques.

- Eh, je suis ta mère, jeune homme ! Pas ta copine. » Dit Pascale en frappant l'arrière du crâne de son fils, ce qui me fait rire.

Charles lève ses mains de manière innocente et s'excuse auprès de sa mère en l'embrassant sur le front. Le monégasque me tend sa main que je prends délicatement et il m'aide à me lever du transat. Il s'excuse une énième fois, puis cette fois-ci, nous entrons à l'intérieur du yacht. J'éclate de rire lorsqu'Arthur dit :

« ILS VONT FAIRE DES BÉBÉS ! »

Quel gamin celui-là. Charles ne lâche pas ma main et m'entraine dans une des chambres que comporte le yacht. Parce que, oui, il y en a plusieurs.

« Tu voulais me dire quelque chose ?

- Non. Viens... »

Il me guide vers le lit, puis nous nous allongeons sur celui-ci. Je me blottis dans les bras de Charles, ma tête posée sur son torse. Son cœur bat très fort puis il se calme quand je caresse la barbe du brun. Ça m'apaise beaucoup.

Et si c'était écrit ? || Charles Leclerc Où les histoires vivent. Découvrez maintenant