Tome 2 : Chapitre 14

4.2K 187 61
                                    

- 28 aout 2023, Charles-

Dans ma chambre d'hôpital, je suis en train de faire les cent pas, maudissant Joris, mon meilleur ami. Je suis tellement énervé contre lui que je pourrais lui en coller une.

« Je suis désolé, d'accord ? »

Je ris nerveusement et me stoppe dans mes mouvements. Je me retourne vers mon ami et lui lance un regard noir.

« Tu es désolé ? Putain, Joris, tu es allé dire à ma copine qu'on allait me plonger dans le coma !

- Ton pouls était faible, Charles ! Tu étais complètement inconscient. Quand je suis monté dans le camion des pompiers, ils m'ont clairement dit qu'à l'hôpital, ils allaient te plonger dans le coma parce que ton cœur ne battait pas assez fort.

- Et ils ne l'ont pas fait ! J'ai l'air d'être dans le coma, là ? Hein ? Bravo, parce que maintenant ma meuf va débarquer alors que ce taré est encore présent. Bravo Joris. »

Joris s'assied sur le fauteuil de la chambre dans laquelle je me trouve et prend son visage dans ses mains. Bon, je n'aurai pas dû m'énerver de la sorte. Je reconnais que j'y suis allé un peu fort avec lui.

« Excuse-moi. Je suis sur les nerfs depuis hier... »

Je n'ai même pas pu prévenir qui que ce soit puisque j'ai laissé mon téléphone dans le motor-home. Et comme par hasard, Joris n'a plus de batterie. Ça tombe super bien.

« Non, c'est moi... Je... Désolé.

- Tu as eu peur, c'est normal. » Je dis.

Mon ami hoche la tête et s'excuse une nouvelle fois. Moi aussi j'ai eu peur. Je pensais que j'allais mourir. En une fraction de seconde, j'ai vu ma vie défiler sous mes yeux. Et ma vie... Elle se résume à une seule et unique personne. Sofia.

« Charles ? »

Je me retourne et je soupire de soulagement quand ma tête brune préférée se plonge dans mes bras. Mes mains caressent ses doux cheveux, alors que la jeune femme éclate en sanglot. Mes amis sont là également, mais ils décident de sortir pour nous laisser que tous les deux.

« J'ai eu si peur, Charles...

- Je sais... Je sais. »

Je prends son visage en coupe et embrasse tendrement ses lèvres. Je ne voulais pas qu'elle revienne... Ce n'est pas prudent. Dans ce pays, elle est en danger.

« On va rentrer, d'accord ?

- Où ça ? » Demande-t-elle les larmes aux yeux.

Je n'en ai aucune idée. Henri sait où j'habite... C'est risqué d'aller chez Marta et Riccardo. Je ne veux pas qu'ils s'en prennent à mes amis, ni à Chiara... Ce mec est un putain de taré. Partout où nous irons, il nous suivra.

« On va aller à Monza. C'est là-bas que va se dérouler le prochain Grand Prix... Il y aura énormément de monde. Il ne pourra rien faire, ne t'inquiète pas. »

Tous les ans, les gens à Monza sont comme des fous. Il y a des milliers de fans qui campent devant l'hôtel où je séjourne et là, aussi bizarre que cela puisse paraitre, ça me rassure de savoir que beaucoup de monde sera présent encore cette année devant mon hôtel. Dans ces conditions, Henri ne pourra rien faire.

« Allons à Monza alors... » Dit Sofia.

Je lui embrasse le front, puis nous sortons de la chambre. Marta, Riccardo, Kika, Carla me prennent dans leur bras en m'affirmant qu'ils sont contents de me voir sur pied. Je signe les papiers de sortie, et les infirmières me demandent de faire attention. De toute manière, qu'est-ce qui peut m'arriver de pire qu'un accident en F1 ?

Et si c'était écrit ? || Charles Leclerc Où les histoires vivent. Découvrez maintenant