Tome 2 : Chapitre 20

4K 205 30
                                    

- 16 septembre 2023, Sofia-

C'était la folie aujourd'hui à Singapour. Carlos a signé la pole. Les membres du staff étaient vraiment contents. Moi aussi je l'étais mais un peu déçue pour Charles, forcément. En tout cas, nous avons de l'espoir pour demain. Peut-être que nous arriverons à battre Max, qui sait. Il est imbattable, mais j'ai envie de croire en cette chance, voyez-vous. Le circuit se vide petit à petit, et alors que je range quelque chose dans mon sac, je vois Pierre monter dans la driver-room de Charles. Ce soir, nous allons au restaurant. Max, Kelly, Pierre, Kika, Charles et moi. Ça ne m'enchante pas mais bon...

Je prends mes affaires et voyant que la porte de la driver-room est légèrement entrouverte, je décide d'écouter la conversation entre Charles et son meilleur ami.

« Tu sais que tu peux me parler Charles. »

Un blanc s'installe. Cela fait quelques jours qu'entre Charles et moi, c'est compliqué. Le fait que je ne parle toujours pas le bloque et disons qu'à la maison, l'ambiance n'est pas au beau fixe, quoi...

« J'essaie d'être patient, de ne pas la brusquer mais... C'est mort à la maison, mec... Je ne sais plus quoi faire.

- Tout va s'arranger, ne t'inquiète pas pour ça.

- Je ne sais pas. Dès que je l'embrasse ou quoi, elle recule. Je te jure, j'ai l'impression de la dégouter. »

Mon cœur se serre en entendant la voix de mon copain se briser. Puis des sanglots s'en suivent. Devant les caméras, on fait genre d'être le couple parfait, mais derrière, ce n'est pas la même chose. Depuis que j'ai appris ce que Henri avait fait à Jules, aucun mot ne sort de ma bouche. Je me refuse de parler, je pense. En réalité, je ne sais même pas...

« Je me demande même si c'est une bonne idée d'avoir cet enfant... »

J'ai l'impression qu'on est en train de me planter un énorme couteau dans le ventre à cet instant précis. Je suis en train de décevoir l'homme que j'aime, et au fond, c'est ce que Henri voulait. Même après sa mort, il continue d'être présent.

« Arrête de dire ça.

- Putain, Pierre, tu ne sais pas ce que ça fait de voir la femme que tu aimes te repousser dès que tu veux l'embrasser ! Toi et Kika, vous rigolez ensemble. Moi et Sofia, c'est le néant. Je pensais qu'en déménageant ça s'arrangerait mais pas du tout. Ma mère m'a dit de rester patient mais je n'y arrive pas. J'ai l'impression qu'en quelques jours, notre relation s'est dégradée. »

Je me pince les lèvres pour ne pas échapper un sanglot, mais c'est bien trop tard. Je prie intérieurement pour que Pierre et Charles ne m'aient pas entendu. J'essuie les larmes qui perlent sur mes joues et sors du box de Ferrari, m'éloignant de la driver-room. Je croise quelques ingénieurs des différentes écuries et quand je m'arrête au box d'Alpine, je vois Kika rire avec Kelly. J'aimerai me joindre à elles, mais je n'ai pas la force. Elles vont encore vouloir me pousser à parler. Je déteste qu'on me force à faire quelque chose que je ne veux pas faire. Depuis jeudi, elles n'arrêtent pas de me poser des multitudes de question, et ça m'agace.

« Ah bah tu es là Sofia ! »

Je me retourne subitement et vois Pierre aux côtés de Charles et Max qui s'est joint à eux entre temps. Les filles viennent vers moi et Kelly me sourit tendrement, pendant que Kika pose une main sur mon épaule.

« Vous avez réservé dans quel restaurant ?

- Le Summer Pavillon, il est à 10 minutes à pied du circuit, ça vous va si on marche un peu ? » Demande Max.

Nous hochons tous et toutes de la tête et prenons alors le chemin pour aller au restaurant. Quand nous sortons du circuit, quelques ingénieurs nous souhaitent une bonne soirée. Je marche aux côtés de Kika et Kelly, tandis que les trois hommes sont derrières, posant leurs yeux sur nous. J'écoute la conservation entre les deux femmes mais je n'y prends pas part, je me contente simplement de tendre l'oreille, rien de plus.

Et si c'était écrit ? || Charles Leclerc Où les histoires vivent. Découvrez maintenant