Chapitre 24

21 2 0



                                                               Lucie prenait comme à son habitude une pomme dans son casier alors qu'elle écoutait Denis, infatigable dans son argumentation pour l'obliger à l'accompagner au match de rugby de l'après-midi. Persuadé qu'il y rencontrerait l'homme de sa vie là-bas, son meilleur ami semblait avoir tiré un trait définitif sur Marc, ce qui rassura la jeune fille.
Contempler les corps bien bâtis des sportifs ne faisait jamais de mal à personne, mais ce n'était pas réellement le hobby de Lucie. Pendant longtemps, se perdre une nuit ou deux dans les bras d'un d'entre eux pour des histoires sans lendemain avait été une activité à laquelle elle s'était donnée plusieurs fois, noyant son chagrin dans les soirées étudiantes. Mais elle avait appris que ni l'alcool, ni le sexe, ne viendrait jamais à bout du sien alors elle avait arrêté.
Ce ne fut pour autant pas la raison pour laquelle elle désirait décliner l'offre de Denis, malgré son acharnement.
En fait, elle était inquiète pour Ian. Il ne s'était pas levé le matin, sans doute encore profondément endormi après les blessures qui lui avaient brûlé la peau la veille. Lucie n'en n'avait rien montré, mais elle avait énormément pris sur elle cette nuit-là, alors qu'elle tentait de le soigner au mieux qu'elle pouvait. Les rôles s'étaient soudain inversés entre eux, Ian étant devenu plus vulnérable qu'elle ne l'était. Elle avait découvert une nouvelle facette plus fragile du personnage qu'il incarnait tous les jours.
Et ces picotements qui lui avaient électrifiés le corps lorsque leurs peaux s'étaient touchées !
Menant un vrai combat contre elle-même, Lucie avait tout fait pour détourner les yeux de son cou dans un premier temps, qui l'attirait inexorablement depuis qu'elle avait goûté à son sang – sans doute que le poison de gobelin y avait été pour quelque chose.
Et puis, quand ses iris d'un bleu ciel étincelant avait finalement croisé les siens elle s'était retenue, encore. Mais pour l'embrasser cette fois. Elle avait posé sa main sur son front, feignant de prendre la température, afin de l'obliger à reprendre ses distances.

- Allez !! S'il te plait Lucie, tu m'avais promis que tu assisterais au moins à un match avec moi avant la fin de l'année, lui rappela Denis.
- Je sais, déplora Lucie en croquant dans sa pomme et refermant son casier, mais...
Sa phrase se perdit dans le vide, alors que ses yeux s'écarquillaient de surprise.
Un visage visiblement irrité était apparu derrière la porte de son casier au moment même où elle l'avait refermé.
Celui de Ian Bloom.
- Mais-mais... qu'est-ce que tu fiches ici ? s'indigna-t-elle finalement. Tu devrais être en train de te reposer, crétin !
Le concerné grimaça, comme agacé par la question.
- Toujours aussi accueillante à ce que je vois, dit-il. Et oui, effectivement, si seulement tu ne faisais pas exprès d'oublier ça – il désigna le thermos que Lucie utilisait pour ramener du sang discrètement avec elle au lycée – tous les matins sur la table de la cuisine !
Lucie fronça les sourcils, intriguée par la marque d'attention peu habituelle, puis haussa les épaules en s'emparant du dit thermos. Après tout, c'est bien lui qui l'avait aidé à se nourrir de sang la première fois.
- Attendez, fit Denis derrière elle, t'es en train de dire qu'ils habitent chez toi là ?
Lucie sauta sur son meilleur ami en lui priant de parler moins fort. Elle avait complètement oublié de lui partager ce « détail » ! En même temps, les explications n'avaient pas été réellement explicites sur le coup et il n'avait même pas posé de questions, comprenant que le sujet était compliqué. Il avait joué le jeu, mais visiblement Lucie pas assez.
- Je croyais que tu l'avais compris, se défendit Lucie. S'il te plait, ne boude pas ! Je ferais tout ce que tu voudras, je te le jure ! S'il te plait, s'il te plait !
Denis qui faisait déjà la moue, eut un sourire féroce. Lucie comprit, elle s'était fait avoir !
- Donc, tu viens avec moi au match ! déclara-t-il.
- Et ? demanda Lucie qui sentait qu'il n'avait pas fini.
- Et... tu viens à la soirée d'Emilia le 31 !
Le visage de Lucie se ferma légèrement. Elle chercha de l'aide auprès de Ian, aide qui ne vint pas. Il la regardait de ses yeux azurs inquisiteurs, un peu ailleurs, qui l'obligèrent à détourner le regard.
- Eh, fit Denis, tu as juré je te rappelle. Il est temps que tu arrives de nouveau à t'amuser le soir de la saint Sylvestre, ma belle.
Il continua d'un air innocent et angélique :
- Et puis, il parait que l'équipe de rugby est invitée.
Ce dernier argument la fit rire, et elle frappa dans la main de son ami. Vendu, le sort était scellé. Au pire, elle trouverait bien une excuse de dernière minute le soir du 31 décembre et il le savait bien. Il tentait toujours ça, chaque fin d'année.

Lucie reporta son attention sur Ian, qui les dévisageait d'un air impassible et toujours très calme, pour vérifier qu'il s'était un minimum remis des aventures de la veille. Comme d'habitude, il s'était à peine coiffé laissant ses cheveux blonds s'éparpiller anarchiquement sur son visage et était vêtu de noir. Des vêtements à la fois ample et moulant, faisant tout son charme et accentuant son côté très craquant. Elle regarda ensuite au-dessus de son épaule, voyant des filles arriver au loin.
Emilia.
C'est vrai, qu'elle avait également invité les frères Bloom à sa fête. Invitation à laquelle Ian n'avait pas répondu. Elle non plus d'ailleurs.
- Salut Lucie ! dit Emilia, sourire aux lèvres. Ah Denis aussi ! Vous avez une réponse pour la soirée alors ?
Les deux concernés la saluèrent ainsi que ses amies, tandis que Ian restait en retrait (Lucie sentait toujours ses yeux posés sur elle, l'analysant). Lucie et Denis échangèrent un regard amusé, Emilia ne perdant jamais le sens de ses priorités. Et le fait qu'un des frères Bloom soit présent devait jouer un peu également.
- Sans soucis ! dit gaiement Denis. On a peut-être la chance de revoir Lucie Peters en soirée pour 2018 !
Emilia partagea son enthousiasme, bien que Lucie en connût l'origine. Lucie avait toujours eu le chic d'attirer un nombre incroyable de garçons dans les soirées auxquelles elle participait. Emilia en avait bien profité, dans le passé, jusqu'à ce que Lucie s'absente brusquement de toutes les festivités lycéennes et universitaires qui s'organisaient à Penvanya et ses alentours.
Peut-être Emilia pensait attirer les frères Bloom, cette fois-ci. Ian Bloom, en particulier.
Non, vraiment. Emilia ne perdait jamais le nord.
Bizarrement, Lucie sentit son cœur se serrer. Elle fit mine de regarder l'heure et fit un signe à Denis vers le gymnase. Laissant Emilia et ses copines en face de leur plus grand fantasme.
- Eh ! s'exclama-t-elle. Y a pas ton match qui va commencer, Denis ?
Les yeux de Denis trahirent son angoisse.
- Quoi ? Mince ! Vite ou on aura plus de place !
Et il l'entraina au galop dans le couloir.


AméthysteLisez cette histoire GRATUITEMENT !