Chapitre 15

28 2 0



                                                 Ce matin-là, Dylan s'était levé très tôt. Habillé d'un simple slim noir et d'un long pull beige un peu large, le jeune vampire s'était afféré à son nouveau travail rituel du matin : le petit déjeuner. Il y prenait un goût particulier, la maison de Lucie étant agréablement immense et chaleureuse, et s'y plaisait beaucoup. Cela lui changeait des hôtels de luxe de Londres qu'il fréquentait habituellement avec ses frères. Il se mettait donc à la tâche, la main dans la pâte, pendant que le reste de la maison dormait encore. Au menu : croissants et pains au chocolat faits maison, yaourt sucré accompagné de coulis de groseille et enfin chocolat chaud. Il faisait de plus en plus froid et les fêtes de fin d'année se rapprochaient à grand pas.
A cette idée, le visage du vampire s'adoucit.
Noel.
Il ne l'avait pas fêté réellement depuis des années, de trop longues années. Le fait d'être obligé de rester aux côtés de Lucie, et d'être devenu l'un des gardes du corps attitrés de celle-ci pouvait paraître frustrant, cependant il y voyait dorénavant une manière de former une petite famille comme il l'avait longtemps souhaité. Il se rendait compte d'être devenu un vrai papa poule, aussi bien pour Lucie que pour ses frères, mais l'alchimie entre tous ses membres était apparue tout de suite. Mais Lucie le pardonnera-t-elle réellement un jour ?
- Salut, fit une voix en baillant derrière lui.

Le jeune homme sursauta, sortant brusquement de ses pensées. Comme Lucie avait pu s'en douter, il avait déjà préparé le petit déjeuner et une bonne odeur de viennoiseries chatouillait gentiment ses narines. Elle se dirigea vers la table, ignorant presque le vampire et remettant légèrement son immense pull vert en place qui lui arrivait jusqu'à ses genoux.
Alors qu'elle s'apprêtait à s'asseoir, les portes fenêtres de la terrasse s'ouvrirent dans un grand fracas.
- Héééééé, bonjour tout le monde ! braillèrent en cœur les jumeaux.
- Ah, vous en avez trouvé un magnifique, remarqua Dylan.
La jeune fille se tourna vers eux, intriguée par la remarque de Dylan et se frotta plusieurs fois les yeux.
Ils avaient sur les épaules un énorme sapin !
Immense, d'un vert sombre et soyeux, et fraichement coupé de la forêt voisine.
- Afin de ? demanda Lucie en le désignant du bout du doigt.
- Créer une immense famille joyeuse, aimant les petites licornes roses du monde des bisounours et vivant tout à fait normalement ? dit platement Ian en apparaissant d'un des escaliers.
Son regard croisa les yeux bleus glacés de son frère aîné, souriant à peine à sa remarque.
- Cela vous dirait de décorer le sapin mercredi ? continua finalement et joyeusement Dylan, ses habituelles étoiles scintillantes dans les yeux.
Lucie, qui venait d'entamer un pain au chocolat avec une lenteur admirable écarquilla un instant les yeux avant de répondre d'un ton doux et souriant :
- Pourquoi pas, ce serait amusant.
Ian soupira entre ses dents, visiblement agacé par la réponse. Lucie l'observa un instant et haussa les épaules. Contrairement à Dylan qui avait révélé une toute autre personnalité que celle d'un prédateur dangereux, Ian apparaissait comme le même étrange jeune homme à la personnalité à multiples facettes. Les yeux azurs du jeune vampire croisèrent les améthystes de la jeune fille qui pressait distraitement sa main à son front.

Ian plissa les yeux.
Elle semblait étrange tout d'un coup. En la détaillant d'un regard expert, il crut distinguer une forme de fragilité étrange. Lucie détourna distraitement le regard. Que fuyait-elle ? Que cachait-elle ?
- Bon ! dit soudainement Lucie. C'est pas tout ça, mais je vais finir par rater mon bus !
Un long silence se fit.
Les quatre vampires fixèrent bizarrement la jeune fille, qui paraissait tout à fait sereine d'aller en cours. Ils ne comprenaient pas le désir imperturbable de la jeune fille de continuer sa vie quotidienne habituelle.
Le lycée, était une invention futile à leurs yeux (enfin surtout ceux de Ian qui ne cachait jamais son mépris pour les individus autre que ses frères). Pourtant la jeune fille avait insisté, persisté. Et voilà qu'elle y allait.
- Tu ne veux toujours pas qu'on t'amène ? finit par articuler Dylan.
- Merci, mais je préfère le bus ! N'arrivez pas en retard !
Sur ces mots, elle sortit rapidement en emportant son sac et son imparable appareil photo.

AméthysteLisez cette histoire GRATUITEMENT !