Chapitre 19

17 3 1




- LUCIE ! Deux bières ambrées pour la table sept !
La jeune fille releva la tête.
La voix de son collègue venait de la faire sortir de ses pensées. Elle se dépêcha de préparer les deux boissons et les fit glisser sur le bar. Les clients affluaient de plus en plus dans le petit restaurant de Boris, alors même que les Free Fire n'étaient plus là.
A cette idée, la jeune vampire sourit : elle était enfin tranquille ! Ian et Dylan avaient été convoqués par leur grand-père, un homme très haut placé du Grand Conseil, la laissant entre les mains des jumeaux les plus fatigants de la terre. D'une certaine manière cela ne la dérangeait pas, et l'arrangeait également : moins de vampires, moins de problèmes. Lucie continua son travail efficacement et lavait les tables rapidement. Au bout d'un moment les commandes rentraient si rapidement qu'elle due aider au service également.
Elle prit quelques plats et se mit en direction de la table quatorze en slalomant entre les clients et ses collègues. Lorsqu'elle arriva enfin à destination, elle cligna plusieurs fois des yeux : deux grands lapins noirs se tenaient devant elle.
- Mais qu'est-ce que...
- Eh bien parlons-en, fit Byron (car c'était lui sous le premier costume de lapin). Qu'est-ce que tu fais ici ?
Lucie se frotta plusieurs fois le front, tellement Aron et Byron commençaient à la fatiguer. Pourquoi devait-elle toujours se coltiner des abrutis pareils ?
- Je travaille. Et je peux savoir pourquoi vous êtes déguisés en lapin ?
- On travaille notre anonymat, sourit Aron.
- Je ne pense pas qu'en étant déguisé en lapin ça va vous aider à rester incognito, fit remarquer la jeune serveuse, un léger sourire au coin des lèvres.
- Oui et bien, si tu n'étais pas partie à l'improviste toute seule on n'aurait pas eu à se déguiser, donc maintenant on t'attend.
Lucie soupira : dans ce cas ils allaient pouvoir attendre longtemps car elle ne comptait pas partir tout de suite. Elle décida de travailler toute la journée sous l'œil vigilant des deux lapins, qui ne pouvaient s'empêcher de faire des blagues et de grogner lorsque la jeune fille les réprimandait. La fin de journée se fit d'un calme progressif, les clients disparaissant en même temps que leur espoir d'apercevoir leur idole.

Quand elle eut fini son service, elle voulut prévenir les deux frères mais ils avaient disparu. Elle scruta la salle et les derniers clients : ils n'étaient plus là.
Elle haussa les épaules, un peu fatiguée, et se dirigea à l'arrière du restaurant. Elle se changea rapidement, avec un jean slim noir et son long pull vert en rajoutant une écharpe noire en laine. Il faisait de plus en plus froid ! Lorsqu'elle ouvrit la porte pour sortir elle se retrouva une nouvelle fois devant les deux lapins qui lui tendaient un étrange thermostat multicolore.
- Bon appétit, ricanèrent Byron et Aron.
Lucie débloqua l'ouverture de l'objet et une odeur, qui était devenue familière ces derniers jours, lui chatouilla les narines. Du sang.
Elle commença à boire doucement, comme s'il s'agissait d'un chocolat chaud, sous le regard approbateur de ses deux gardes du corps à qui elle fit une grimace. Ils auraient pu prévoir plus grand. Elle avait terriblement faim.
Et dire qu'il y a encore une semaine, elle refusait catégoriquement de se nourrir de cette manière.
- Votre majesté ? firent les deux frères simultanément en lui tendant chacun un bras.
Lucie se prit au jeu et fit une petite révérence avant d'accepter leurs bras.
Bras-dessus, bras-dessous, les trois amis marchèrent pendant un moment dans les rues de Itown en direction d'un arrêt de bus. Lucie dut les réprimander souvent : ils avaient déjà risqué trois fois de se faire reconnaître et il était hors de question pour la toute jeune vampire de refaire une course endiablée comme la première fois.
C'est pourtant déguisés en lapin que chaque soir, Aron et Byron, vinrent la chercher au fil des semaines à chaque fin de services. Les cours avaient repris, mais quasiment tous les jours, Lucie vint Chez Bo' afin de servir les nouveaux clients qui affluaient pour ne pas décrocher avec la réalité ou du moins sa réalité. Et tous les jours, la jeune vampire s'amusait un peu plus en compagnie des deux frères Bloom déguisés avec qui elle tissaient de plus en plus de liens forts. Elle aimait rire avec eux, courir avec eux, parler avec eux. Ils étaient farceurs et moqueurs mais Lucie le leur rendait bien. L'absence de Dylan et Ian n'était pas si mauvais que ça au final, car l'insouciance et la bêtise d'Aron et Byron la rendait plus joyeuse.

                                             Un soir, alors que les deux frères Bloom et Lucie se dirigeaient vers l'arrêt de bus après avoir fait la fermeture du restaurant avec Boris, la jeune fille se figea.
Byron et Aron s'arrêtèrent automatiquement (dans le cas contraire, ils se seraient faits arracher leur bras à cause de la force de vampire alpha peu contrôlée de Lucie).
- Y a un pro... ? commença Aron.
Lucie ne le laissa pas finir sa question et fit un virage serré dans une toute petite ruelle. Les deux jeunes hommes bruns faillirent finir étaler contre un mur, mais Lucie n'en n'avait cure.
Elle jeta un coup d'œil discret dans la rue principale en faisant signe aux garçons d'arrêter de parler.
La licorne et le lion étaient encore là.
C'était devenu une malédiction !
Lucie leur expliqua vaguement la situation et ils attendirent tous les trois que les deux fans hystériques soient passés. Le problème, c'est que la licorne et le lion ne semblaient pas vouloir quitter la rue eux et se trouvaient maintenant devant l'arrêt de bus.
- Il est où le prochain bus pour notre chère maison paumée ?
- A l'autre bout de la ville, fit Lucie.
- Hein ?!
Lucie sourit maladroitement.
- Ben comme tu l'as dit, c'est une maison paumée dans une ville paumée. Donc des bus, il y en pas trente mille non plus...
Aron soupira un moment, et les oreilles de son costume de lapin s'affaissèrent légèrement.
- Bon... commença-t-il.
- ...il n'y a qu'une solution, termina Byron.
Lucie haussa un sourcil.
- Et c'est quoi ? demanda-t-elle.
Les deux garçons lui reprirent une main et se placèrent stratégiquement en regardant au-dessus des toits.
- Alors tu plis les jambes, lui indiqua Aron.
Elle s'exécuta sans réfléchir.
- Et à trois tu les tends, finit Byron.
Elle se prépara.
- Un, deux,...
- TROIS ! hurla Aron.
Et c'est alors qu'ils s'envolèrent à travers les nuages.
Enfin, ...c'est l'impression qu'elle eut sur le moment. En réalité ils avaient « seulement » sauté extrêmement haut, dépassant les toits, se retrouvant avec une magnifique vue sur Itown.
La nuit était tombée, la lune brillait dans le ciel étoilé et les décorations de noël de la ville clignotaient de toute part. Le spectacle était tout bonnement magnifique.
- OUHOUUUUUUUU ! hurla Byron un sourire aux lèvres en redescendant sur un toit et en s'éjectant encore un peu plus loin.
D'accord, ils allaient traverser la ville en sautant de toit en toit.
Lucie devait admettre que cela lui plaisait : les cheveux dans le vent, la sensation d'invulnérabilité... Elle se rendait compte des nouvelles capacités de son corps. Il était léger, incroyablement puissant, et d'une résistance étonnante. Dylan lui avait dit que ses capacités de vampire alpha mettraient un peu de temps à se manifester mais elle se rendait compte de sa supériorité physique sur les jumeaux : elle sautait beaucoup plus haut et beaucoup plus loin qu'eux.

Soudain une odeur particulièrement forte entra en collision avec ses narines alors qu'elle dépassait d'étranges ruelles sombres. Elles étaient moins éclairées de décorations publiques d'hiver mais elles l'attiraient curieusement.
Cette odeur, c'était du sang.
Elle s'arrêta près d'une antenne accrochée de manière peu banale à l'un des toits proches et tendit l'oreille. Il y avait une bagarre, et cela faisait énormément de bruits... comme des grognements d'animaux.
Elle sauta encore plus près pour essayer d'apercevoir ne serait-ce qu'un mouvement, suivie de près par les deux lapins volants (sans doute eux aussi attirés par l'odeur avec curiosité).
C'est alors qu'ils les vient.
Trois hommes aux dos étrangement voutés. C'était eux qui grognaient. Devant eux, une jeune femme ensanglantée gémissait et pleurait à chaudes larmes.
Des vampires.
- Ce sont des omégas, chuchota Byron.
- Dangereux, violents, ... et stupides, compléta Aron.
Mais la jeune fille s'en fichait. Son esprit l'avait deviné, son corps lui s'en fichait. Ce qui lui importait, c'était l'odeur. Du sang. Beaucoup de sang.
Ses pupilles se dilatèrent et suivirent les trois omégas du regard. Le corps de la femme était maintenant étalé par terre, et les trois vampires s'abreuvaient goulument son sang.
Elle ne supportait pas de voir la scène. Lucie tentait de se persuader qu'elle ne supportait pas l'horreur des faits, mais au plus profond d'elle-même, une voix criait de jalousie. Elle voulait ce sang. Pour elle.
- Tu devrais nous laisser f..., commença Aron.
Mais Lucie était déjà partie, bondissant sous les yeux effarés des jumeaux.

Son atterrissage se fit en douceur, autour des trois prédateurs qui pourtant reculèrent à l'approche de ce qui semblait être un de leur semblable. Pourtant, ce n'était pas l'un deux. Tout chez cet être leur était supérieur, ils le savaient, ils le sentaient. D'étranges yeux violets scintillaient devant eux et semblaient les consumer de l'intérieur. Ils grognèrent encore plus fort, mais se replièrent sur eux-mêmes comme des chiens battus.
Ils avaient peur. Peur d'elle.
Mais ces yeux de vampires changèrent rapidement de direction : le corps de la femme. Il y avait du sang partout. Tellement de sang. Elle le voulait.
Et elle avait soif, très soif.
Ian l'avait prévenue : un vampire alpha avait besoin d'une quantité de sang beaucoup plus importante que le vampire lambda. Et elle n'avait bu que l'équivalent d'une pochette de sang, qui étrangement ne lui suffisait jamais assez.
Le corps de la femme mourante se mit à léviter à quelques mètres au-dessus du sol par sa simple volonté.
Etrangement son esprit ne lui obéissait plus trop : tout ce qu'elle savait c'est qu'elle voulait boire, qu'elle voulait se nourrir. Les trois omégas ne semblaient pas du même avis et grognaient, mais une force supérieure les clouaient sur place, impuissants.

Tout à coup les oreilles de Lucie sifflèrent et du sang gicla de tout côté. La pression qu'exerçait le désir de soif disparut aussitôt. Elle vit alors trois têtes rebondirent sur le sol enneigé et glacé. La violence de l'action réveilla définitivement Lucie qui fit retomber violemment la femme inerte à terre.
La jeune vampire tourna la tête vers ceux qui avaient causé le massacre.
Aron et Byron, les yeux luisants d'une intensité qu'elle n'avait jamais vu, et se léchant leurs mains couvertes du sang des trois victimes la regardaient curieusement.
Qu'allait-elle faire à la jeune femme ?
- Nous sommes chasseurs de vampires, lui rappela l'un deux. Tout vampire prenant pour victime les humains sera éliminé.
La voix était glaciale, avec un ton réprobateur. Mais qu'allait-elle donc faire de cette femme ?
Une main se posa sur son épaule. La menace n'était pas faite aux omégas défunts, mais s'adressait plutôt à elle. C'était Byron qui de ses yeux dorés tentait de la rassurer. La rassurer de quoi ? Elle était parfaitement calme en fait, mais elle se rendait compte maintenant à quel point sa vie avait changé et à quel point elle était restée beaucoup trop sereine jusque-là.
D'un seul coup, le corps inerte de la femme, se remit à bouger.
Elle grognait et ses os semblaient se disloqués et craquaient bruyamment.
- Tout humain mordu est un vampire mort, déclara Aron.

Le sang gicla. La femme fut décapitée.


AméthysteLisez cette histoire GRATUITEMENT !