Chapitre 38

8 0 0


                                               Denis et Lucie avaient finalement investis une petite salle du deuxième étage afin d'y installer les différents panneaux où ils avaient disposé les différents clichés de la jeune fille.
Ils avaient au moins fait à eux deux l'équivalent de vingt-huit tours complets du lycée en courant pour réussir à régler les différents problèmes administratifs et de supervision des différents ateliers de leur classe, avant de réussir à se poser tranquillement sur deux chaises de la petite salle.
Lucie ne resta pas assise bien longtemps, constatant déjà un manque d'air risquant de devenir suffoquant une fois que les futurs lycéens parcouraient la pièce.
Elle ouvrit en grand la fenêtre et un courant d'air frais raviva ses poumons. La jeune fille en profita pour se délecter des différents parfums de fleurs que transportait le vent avec lui.
- Tu vois du monde ? la questionna Denis, excité à l'idée de découvrir de nouvelles têtes.
- Une foule entière, lui répondit-elle. Enfin, une foule pour la petite démographie de Penvanya...
Denis riait à sa remarque lorsque le téléphone de la jeune fille vibra.
Lucie le sortit de sa poche et regarda le nom qui s'affichait.
« Alex Brant ».
Lucie ne prit même pas la peine de répondre.
Cela faisait plusieurs jours qu'il la contactait pour savoir ce qu'elle comptait faire l'année prochaine. Si elle acceptait la proposition de son patron londonien. Lucie devait admettre qu'elle était très tentée, mais elle n'était pas encore tout à fait décidée.
Et puis qui disait Londres, disait Grand Conseil.
Rien que le penser lui donna légèrement la nausée.
Denis s'étirait et baillait bruyamment lorsqu'Emilia vînt à leur rencontre accompagnée de visiteurs, venus prendre connaissance de leur futur lieu de vie, dont elle était le guide.
- Dîtes, les apostropha-t-elle alors que les adolescents s'éparpillaient dans la pièce pour observer les photos, vous n'auriez pas vu Amélie par hasard ?
- En général on préfère éviter de croiser son chemin, pouffa Denis. Pourquoi ?
- Il y a, fit Emilia en levant les yeux au ciel, que c'est cette garce qui est censée s'occuper des visites avec moi, et qu'elle n'est pas là.
- Ce n'est pas vraiment étonnant, intervint Lucie. Elle doit encore avoir trouver un prétexte bidon pour arriver en retard ou s'occuper à autre chose.
Emilia mit ses mains sur hanches, visiblement exaspérée par la reine de la basse-cour.
Lucie ne put s'empêcher de penser que ses cheveux roux l'avaient embelli, la rendant un peu plus âgée, comme plus mure.
- Sauf, qu'elle n'est nulle part ! Même ses deux inséparables amies n'arrivent pas à la joindre.
Lucie fronça les sourcils.
Amélie n'était pas du genre à ne donner aucune nouvelle. Au contraire, le simple petit rhume était prétexte à faire parler d'elle. Les trois amis allaient continuer leur conversation lorsque Lucie se rendit compte que certains des adolescents s'étaient attroupés autour d'elle et la regardaient avec insistance.
- Mais je te dis que c'est elle ! s'énerva une fille.
- Tu es sûre ? fit une voix derrière elle.
Lucie regarda Denis d'un air décontenancé, tandis que le petit groupe de personnes s'agitaient devant elle.
- Hum... Je peux vous aider ? fit la jeune fille.
- C'est bien vous la photographe officielle des Free Fire ?! s'exclama la jeune fille de tout à l'heure.
Lucie fut prise de cours par la question et retint un juron devant la tête de son meilleur ami qui se retenait de rire.
- Je... Eh bien... On peut dire ça comme ça... mais...
- Alors c'est vrai qu'ils sont venus s'installer à Penvanya !!
Les jacassements reprirent, faisant renaître une petite migraine à Lucie.
- Comment êtes-vous au courant, d'abord ? se reprit soudain la jeune fille.
Une adolescente leva vers elle sa tablette montrant une page du site officiel des Free Fire.
Depuis quand avaient-ils un site officiel ces quatre-là, d'abord ?
La page nommait les différents membres de l'équipe qui accompagnait les Free Fire dans leurs tournées. Lucie écarquilla les yeux devant la photo d'une jeune fille aux rebelles cheveux blonds et aux yeux améthyste qui souriait. Elle.
Que faisait-elle sur leur stupide petit site ?!
Sans prévenir personne, la jeune fille tourna sèchement les talons et s'aventura dans les couloirs, sans même prêter attention à Emilia qui l'appelait.

AméthysteLisez cette histoire GRATUITEMENT !