Chapitre 23

23 3 0



                                                        Le début de d'hiver se résumait assez simplement pour Lucie. Depuis déjà trois semaines, elle enchainait les entrainements sous la tutelle impérieuse de Dylan Bloom, et la jeune vampire s'était vite aperçue qu'il n'était pas le leader du groupe Free Fire et l'aîné des frères Bloom pour rien. En effet, il était un professeur incroyablement exemplaire, exigeant et quelque peu sadique auquel elle arrivait à échapper seulement grâce à Aron et Byron qui étaient rapidement devenus ses deux compagnons de jeux favoris.
Ian, quant à lui, n'avait toujours pas refait surface, n'avait pas repris contact, et chaque fois que Lucie demandait à Dylan ce que pouvait bien faire son frère, celui-ci haussait nonchalamment les épaules comme si cela lui importait peu.
Ses journées donc, se résumaient en quatre points : entrainements physiques, apprentissage des coutumes et de l'histoire du monde vampire, documentations sur l'étrange passé de sa famille et boulot à Itown au restaurant Chez Bo'.
Ce dernier point d'ailleurs était une des seules choses qui lui permettaient encore de ne pas perdre complètement la tête. Elle y retrouvait ses habitudes, travaillait comme elle l'avait toujours fait dans un environnement familier et chaleureux... elle oubliait pendant un moment ô combien sa vie avait basculé dans un tournant loin d'être attendu.
Enfin à un détail près.
Byron et Aron l'accompagnaient toujours, au début comme une petite escorte, et s'étaient finalement transformés en deux véritables amis pleins d'humour sur qui Lucie pouvait compter. A cette pensée, la jeune vampire sourit comme une idiote en visualisant leurs idiots costumes de lapin qui se présentaient soit sur une table du restaurant soit à la sortie de l'établissement.

- Lucie ! fit la voix forte de Boris.
La jeune fille sortie de sa bulle et regarda derrière elle, alors qu'elle nettoyait une énième table du restaurant maintenant fermé depuis plus d'une heure maintenant. Elle regarda son ami nain Boris et également patron qui la regardait d'un air sévère.
- Oui ? fit-elle joyeusement en lui souriant.
- Je sais que tu es pleine d'énergie en ce moment, lui dit-il, pour une raison qui m'échappe d'ailleurs, mais ménage toi un petit peu !
Il lui fit un clin d'œil et lui désigna l'horloge d'un coup de tête.
- Il est presque vingt-trois heures ! Dépêche-toi de t'en aller te reposer ou c'est moi qui te chasse d'un coup de pied dans le derrière !
Lucie rit doucement devant la tête de son patron. Elle l'embrassa sur la joue et lui promit qu'elle partait sur le champ.
La jeune vampire récupéra donc ses affaires, troquant ses habits de travail contre un slim noir et un immense pull d'hiver accompagné de son écharpe. La température avait énormément baissé ces derniers temps, et lorsqu'elle ouvrit la porte de sortie du personnel du restaurant Lucie faillit se chanter une louange, toute contente qu'elle était d'avoir ramené sa grosse écharpe en laine.
Il faisait un froid de canard ! Elle faillit même éternuer en sentant un léger flocon de neige se poser délicatement sur son nez. Elle regarda le ciel entre les toits qui couvraient la ruelle étroite en respirant à grande gorgée l'air froid.
Son téléphone vibra. Elle l'ignora. Lucie savait qui appelait.

En sentant un mouvement sur le côté, elle se tourna vers ce qu'elle pensait être Aron et Byron, ses indécollables amis et accessoirement gardes du corps vampires, mais se figea sur place en apercevant la silhouette qui se dessinait dans l'ombre.
- Donc tu m'ignores, constata Ian avec un sourire en coin.
Lucie mit du temps à hausser les épaules. Elle ne s'attendait absolument pas à le voir, lui.
- Eh bien, tu accueilles toujours les gens de ce regard ? demanda-t-il d'un ton sarcastique.
Tous les muscles de la jeune fille se tendirent, et elle sentit son cœur faire un bon dans sa poitrine.
- Je suis si horrible que ça ? continua-t-il en riant devant la tête déconfite de Lucie.
Non. Bien sûr que non, il était parfait. Toujours tout de noirs vêtus, une capuche noire cachant légèrement ses magnifiques cheveux blonds en pagaille faisant ressortir ses yeux azurs qui luisaient dans la pénombre, Ian était un stéréotype de l'homme parfait avec son corps mince et athlétique et son léger sourire taquin.
- Où est-ce que tu étais ? dit Lucie d'une voix plus glaciale qu'elle ne l'aurait voulu.
Ian ne réagit même pas à son ton froid, et paraissait même assez las. A bien y réfléchir, tout son corps semblait fatigué malgré son infatigable posture droite et son aura féline.
- Dylan m'a appelé. Aron, Byron et lui sont partis en mission expresse pour la nuit alors on m'a chargé de te récupérer à leur place.
Lucie plissa les yeux. Eh bien, elle était heureuse qu'il fasse l'effort de venir lorsqu'on lui en donnait l'ordre !
- Où est-ce que tu étais ? répéta Lucie. Tu n'as pas répondu à ma question.
Ian soupira et adossa son corps anormalement fatigué contre le mur de pierre derrière lui. Il passa une main dans ses cheveux, comme légèrement gêné.
- Des dettes à honorer.
- Des dettes à honorer ? tiqua Lucie. Tu t'en vas sans prévenir et sans donner aucunes nouvelles parce que tu as des dettes à honorer ? Tu fous la merde dans la vie des autres, que tu abandonnes ensuite pour honorer des dettes ? Tu crois pas être endetté envers moi, non plus ?
Ian soupira la énième fois.
- Ecoute..., fit-il d'une voix toujours plus lasse. Je ne peux pas échapper à ses dettes.
- Parce que tu en as encore ?
- Oui.
Lucie pesta, et commença à marcher le long de la ruelle, suivie de loin par Ian qui avançait d'un pas très lent qui ne lui ressemblait pas.
- On m'a chargé de quelques missions, continua-t-il. La dernière... ne sait pas véritablement passée comme prévu alors je suis rentrée plus tôt.
Lucie continuait inlassablement sa marche, en essayant de cacher son inquiétude face à la voix sans énergie du jeune vampire. Il avait du toupet, mais au fond elle ne lui en voulait pas tant que ça. Pourtant, cette histoire de dette l'avait ô combien agacée. Agacement qui se matérialisa par le shoot d'une cannette de bière qui, visiblement, n'avait pas eu le plaisir d'atterrir dans une poubelle.
- S'il te plait, Lucie ! Arrête-toi ! fit-il d'une voix plus forte.
Lucie obéit, elle s'arrêta. Elle tourna sur elle-même pour se retrouver face à Ian, qui l'avait rattrapé à une vitesse incroyablement et qui lui tenait maintenant le bras.
Son corps s'électrifia. Le contact de la main du vampire sur la peau de la jeune fille fut un véritable choc thermique. Non pas qu'il lui faisait véritablement de l'effet, mais pour une toute autre raison majeure.
- Mais... tu es complètement gelé ! s'exclama Lucie.
Ian, lui un adressa un faible sourire sur un visage dont la jeune alpha se rendait compte de la pâleur. Puis elle sentit un liquide chaud se mêler entre ses doigts, dont l'odeur remonta vivement à ses narines. Il était blessé, il saignait de son bras où de petites lignes rouges étaient dessinées et se refermaient déjà.
Mais l'odeur si particulière de son sang, qu'elle aurait malheureusement reconnue entre mille depuis le jour où...bref, était chargée de quelque chose d'autre de légèrement épicée. Lucie ne le vit même pas se débattre pour cacher ses blessures, de toute manière les vampires cicatrisaient à une vitesse surhumaine alors elles disparaîtraient en un rien de temps.
Il paraissait si faible, et pourtant ses yeux étaient toujours autant remplis de malice et d'une haine aux origines troubles.
- Des dettes, hein ? répéta-t-elle plus doucement.
Il lui fit signe de reprendre son chemin, et tous deux se dirigèrent vers l'arrêt de bus. Malgré toutes les répliques cinglantes et sarcastiques qu'il put lui sortir sur le trajet, Lucie savait que le jeune vampire était dans un piteux état. Et pourtant, il se tenait droit et fier. Et pourtant, il ne perdait en rien de son fort caractère. Au grand damne de Lucie !
Elle boudait. Lui aussi, d'ailleurs. La soirée allait s'annoncer merveilleuse !

Heureusement le bus arrivait déjà ! La route jusqu'à Penvanya se passa dans un certain silence, coupé de temps en temps par des joutes verbales entre les deux jeunes gens. Lucie faisait l'aveugle et la sourde oreille aux souffrances du vampire. D'un certain côté, elle était certaine qu'il détesterait le fait qu'elle ait de la pitié pour lui. Elle aurait détesté qu'on lui fasse remarquer son mal-être à sa place. Pitié et compassion, personne n'en n'avait besoin selon elle.
Mais de la compréhension, oui.
Lorsqu'ils sortirent du bus, ils durent continuer un moment à monter à pied jusqu'à la maison entourée des sapins protecteurs de la forêt. Lucie s'arrêta un instant et huma la bonne odeur nocturne de pin qui imprégnait l'air tout en admirant le ciel étoilé aussi bien d'astres lointain que de lucioles virevoltantes.
Un juron la fit pourtant se retourner sur elle-même.
Lucie hoqueta.
Ian était à terre, le corps étalé dans la neige, essayant inutilement de se relever au prix d'efforts qui le laissait échapper des râles. Lucie se précipita vers lui, passant son bras sous son épaule.
Bien plus petite et menue que lui, elle peina quelque peu à les relever tous les deux et trembla légèrement avant de réussir à prendre de l'assurance dans sa démarche pour les ramener à bon port. Ian respirait si mal !
Lucie fronça les sourcils, alors qu'elle cherchait les clés de la maison dans la poche de son pantalon. Des gouttes de sang tombaient sur le tapis d'entrée.
Les blessures du vampire étaient toujours ouvertes.

AméthysteLisez cette histoire GRATUITEMENT !