Chapitre 14

19 3 0



                                       Tous les vampires naissent avec des pouvoirs étranges et obscurs. Ils sont dotés de plusieurs capacités : une rapidité et agilité hors norme, des sens surdéveloppés, une faculté de régénérescence, ou encore la capacité à faire faire n'importe quoi aux humains : le pouvoir de persuasion. Ce qui est encore plus spécifique chez les vampires c'est qu'ils ont tous des pouvoirs différents qui leurs sont propres, un don unique.
C'est ainsi que le dimanche matin Lucie se retrouvait dans le jardin, tous les membres de son corps gelés, et regardait Ian, Aron et Byron faire des démonstrations de leurs pouvoirs très spéciaux.

Aron et Byron avaient le pouvoir de se métamorphoser en tout ce qu'ils voulaient, mais utilisaient surtout des gadgets de leurs inventions très farfelues aux utilités différentes. Ian était en possession d'un étrange feu bleu qui faisait brûler ou exploser tout ce qu'il voulait, il était également doté d'une rapidité très surprenante. Lucie savait également que Dylan, qui était plutôt occupé à faire la cuisine plutôt que de faire des démonstrations, avait le pouvoir de télékinésie : il pouvait bouger n'importe quel type d'objet (ou liquide) par la pensée.
Cependant, elle n'en n'avait cure ! L'importance des pouvoirs d'un vampire lui importait peu, et elle le faisait bien comprendre en soufflant le plus fort possible et en observant leurs gesticulations d'un air blasé.
Chez elle, aucun pouvoir ne s'était encore manifesté, ce qui la rendait plutôt sereine pour le moment (sachant qu'être un vampire était une information pas encore très bien digérée).

Dylan appela tout le monde lorsque le repas fut prêt. Il était devenu le « chef de famille », comme il le répétait si bien, en moins d'une journée, adorant s'occuper de la cuisine, comme si cela eut été toujours le cas.
D'un geste tout à fait insouciant, et malheureusement trop naturel, Ian avait pris deux poches de sang et s'en versait goulument dans son verre en le remuant pour mieux renifler l'odeur qu'il dégageait tel un grand vin renommé. Lucie le regardait d'un air dépité. Dégoutée, même.
Comment un être aussi mignon pouvait se délecter d'un liquide aussi monstrueusement répugnant ?
- Tu veux un verre ? lui proposa-t-il avec un sourire froid.
- Va te fa...
- Tu sais, la coupa Dylan, boire du sang activerait tes pouvoirs.
Elle se tourna vers lui, comme curieuse d'en savoir plus.
- C'est vrai ?
- Tout à fait, dès que nous naissons nos parents nous font boire un peu de leur sang et nos pouvoirs s'activent ainsi au berceau. Cependant tu es un vampire alpha, et en plus un nouveau vampire alpha de dix-sept ans. Vu la puissance magique que ça représente, je pense qu'il serait plus prudent d'attendre Fletcher.
- Super, railla Ian, et quand est-ce qu'il vient Fletcher ? Si on attend trop longtemps, qui te dit que les conséquences de ne pas se nourrir de sang ne soient plus catastrophiques que si elle en buvait maintenant ?
- Non mais, fit remarquer Lucie, je m'en fichais complètement vous savez ?
Lucie était pour l'instant sûre du fait qu'elle ne boirait pas de sang, et l'avait bien fait comprendre. L'attitude froide et distante, presque sans humanité de Ian l'agaça.
- En parlant de berceaux, dit-elle en feignant ignorer ce dernier, les vampires ne sont pas censés être immortels ?
- Ouais,... commença Aron.
- ... on est immortel, termina Byron.
- Immortel ne veut pas dire non stérile, précisa Dylan.
- Mais ... il y a énormément de vampires sur Terre alors ?
- Non pas vraiment car beaucoup de vampires finisse par se lasser de l'éternité et se suicide. Généralement ils ont des enfants à partir de deux-cents cinquante ans donc on a quand même une bonne marge entre chaque génération de vampires.
Lucie se figea un instant, tentant de mettre sous forme de schéma mental toutes les informations. Comment pouvait-on parler de mort et de suicide de manière si naturelle et détachée ?
L'immortalité, elle, ça ne l'arrangeait pas...
Alors qu'ils arrivaient au dessert, Lucie décida de se changer les idées et prétexta se rappeler d'un énorme dossier à préparer sur les énergies renouvelables (ce qui n'était pas totalement faux vu qu'elle aurait dû le faire déjà depuis un mois) pour fausser compagnie aux frères Bloom.
Elle avait beau apprécier plus qu'elle ne le voudrait la compagnie des jeunes vampires, et elle avait beau en être devenue une malgré elle, elle n'arrivait pas à s'y faire. Elle n'avait pas su comment réagir lorsque l'inimaginable avait percuté sa réalité, et tentait de ne pas tomber dans une folie surréaliste.


                                      Le soir venu, Lucie ne vint pas manger. Elle devait à tout prix finir ce fichu dossier et elle ne mangerait pas jusqu'à temps qu'elle ait finit, et s'était donc installée dans la bibliothèque. Elle griffonnait sur le papier, martelait son clavier d'ordinateur, arrachait presque les pages d'une tonne de livres qui s'avéraient être au final inutiles.
Son cerveau commençait à s'enflammer, mais elle ne devait pas arrêter son travail. En s'accrochant à sa vie de simple humaine, lui permettait de garder une stabilité qu'elle ne voulait pas perdre.

Vers vingt-deux heures, elle entendit la porte d'entrée se fermer. Dylan lui avait annoncé plus tôt qu'ils avaient une mission de chasseur cette nuit-là – elle ne voulait rien savoir de plus, préférant se détacher un maximum de ce nouveau monde. Quelqu'un était sans doute resté sur ordre de Fletcher bien qu'ils l'auraient volontiers et sans hésiter, laissée seule, obéissant à leur supérieur de cet étrange Grand Cercle. Mais Lucie se fichait de « qui », se fichait de cette société de vampires, et tout ce qui lui importait étant son dossier.
Quelqu'un frappa à la porte.
Ce quelqu'un dut d'ailleurs frapper plusieurs fois car Lucie, trop occupée à déchiqueter des livres, n'entendit pas.
Lorsque Ian entra dans la pièce, il se retrouva face à un temple de feuilles étalées au sol, accrochées grâce à des punaises sur les murs, et chiffonnées un peu partout. Lucie leva les yeux vers lui. Il avait rapporté un hamburger, fait maison, accompagné de quelques feuilles de salade.
Et un verre de sang.
L'odorat hyper sensible et développé des vampires qu'elle avait malheureusement acquit et qu'elle découvrit au même instant ne l'avait pas trompé. La douce odeur du liquide rouge chatouillait ses narines.
- Pour la énième fois, je n'en boirais pas ! lança-t-elle.
Ian haussa les épaules, un sourire au bord des lèvres.
- C'était pour moi, ironisa-t-il.
Il lui tendit la nourriture, qu'elle refusa d'un geste.
Elle n'avait pas fini, ce n'était pas le moment de se laisser aller. Il ne lui restait pas grand-chose, mais il lui fallait au moins une heure encore de travail... acharné. Ian s'installa confortablement, le dos appuyé contre un mur épargné par les feuilles, buvant tranquillement sa précieuse boisson.
Lorsque Lucie eut enfin terminé, son ventre se mit soudainement à grogner. Ian fit glisser la nourriture vers elle qui ne se fit pas prier deux fois. Elle mangea tout très rapidement. Sa première bouchée fut comme une explosion dans sa bouche. Un délice ! Dylan cuisinait vraiment bien : il avait un don !
- Pourquoi ? demanda-t-il en désignant un ensemble de feuillets.
- Pour le lycée, répondit-elle simplement en haussant les épaules.
Il la regarda avec un large sourire aux lèvres, il semblait très amusé.
- Tu viens de mourir, tu es devenue un vampire, tu as appris que tu l'avais toujours été en vérité – qui plus est un vampire parmi les plus puissants qu'il puisse exister – et toi tu t'inquiètes à propos d'un dossier de lycéen ?
Bon d'accord, c'était tout à fait futile quand on y réfléchissait. Cependant elle ne s'était pas remise dans la routine humaine.
Humaine... elle commençait à penser comme un vampire. Vampire qu'elle était devenue après tout.
Un court silence s'installa.
- Pourquoi ne pas laisser tomber ? fit-il après avoir goulument bu une dernière gorgée.
- Laisser tomber ?
- Le lycée, les études, les futilités humaines ! Tu n'as pas besoin de rester avec eux.
- Il faut bien que je continue à m'instruire, ... que j'ai le Bac ?
Lucie le regarda avec un étrange regard. Pas un instant elle ne semblait croire en ce qu'elle disait et pourtant elle s'y attachait, s'y cramponnait. Elle continua d'une voix lourde :
- J'ai une famille humaine, un meilleur ami humain, un patron humain, et je vis sur une planète majoritairement humaine. Et quand on réfléchit, j'étais encore humaine il y a quelques jours.
Le jeune vampire arqua un sourcil, il savait déjà tout ça.
Elle inspira un grand coup et continua :
- Alors même que je l'étais encore, j'aurais pu me convaincre de laisser vivre le monde sans moi et pourtant je ne l'ai pas fait. Je suis morte et pourtant me voilà métamorphosée en vampire. Et même après ça, je n'ai pas trouvé de raisons valables d'abandonner ceux que j'aime.

Ian passa une main dans ses cheveux. La façon dont pensait cette fille était tout à fait, et admirablement, dangereux et déconcertant.
C'était en pensant de cette façon que les vampires ne pouvaient pas se faire respecter en général, mais Lucie avait la particularité de faire peur avec cette gentillesse. Rien que son regard dur et doux à la fois de cette couleur améthyste la rendait intimidante. En tant que vampire béta, Ian aurait dut la servir avec respect et aurait dû la craindre mais la jeune fille avait raison. Elle était toujours la même, elle avait gardé son côté humain. Qui croirait qu'un vampire sanguinaire se cacherait sous un si joli minois ?
- Tu as vraiment l'intention d'aller à ton lycée demain, constata-t-il.
- Oui, affirma la jeune fille.
- On va être obligé d'y aller aussi, tu es vraiment égoïste ! ironisa-t-il.
- Je suis très bien capable de me débrouiller toute seule.
- Bien sûûûûr...
Lucie arqua un sourcil, agacée par son ton naturellement arrogant. Sa voix veloutée et si légèrement grave, lui faisait toujours un étrange effet. Elle chassa ses réflexions en chassant quelques mèches de ses cheveux sur son front. Elle prit sa couverture, préalablement présente, et s'enroula à l'intérieur contre toutes les perturbations extérieures.
- Je te signale, que c'est à cause de toi et ton frère que c'est arrivé.
Ian fut surpris par la pique. Sa mort, bien sûr... il se savait responsable. Il n'avait pas pour habitude d'être compatissant ou d'avoir des regrets vis-à-vis de tous les actes abominables qu'il avait pu faire subir, mais en cet instant, il se trouva déconcerté par sa propre réaction. Il ne savait pas quoi dire.

Il posa alors une main sur la couverture la caressant délicatement au niveau de sa tête. Sans doute était-ce sa façon à lui de s'excuser, il ne l'avait jamais fait auparavant. Lucie savait aussi que ce n'était pas dans sa nature, mais la nouvelle jeune vampire ne réagit même pas.
Elle s'était déjà endormie.


AméthysteLisez cette histoire GRATUITEMENT !