Chapitre 36

11 1 0



                                             Il était déjà quatre heures du matin. Aucun d'entre eux n'avait dormi. Lucie était sortie de la salle de cérémonie d'un pas rageur et décidé, à la grande incompréhension des frères Bloom qui l'avaient attendu au pas de la porte, avant de repartir vers l'entrée qu'elle avait emprunté avec Dylan juste après avoir transplané.
Et puis, elle s'était mise à vomir.
Aron et Byron, qui avaient réagi le plus rapidement s'était précipité dans la ruelle froide plongée dans la brume de la nuit pour l'aider, l'un ramenant ses cheveux en arrière et l'autre lui évitant de commettre des dégâts irréparables sur sa tenue luxueuse et sur elle-même par la même occasion.
Lucie n'avait pas réellement fait attention à ses amis qui s'attroupaient autour d'elle et qui demandaient mille et une explications à Sir Fletcher qui semblait ne pas vouloir leur répondre.
Toute son attention était tournée vers ce que son corps rejetait.
Du sang.
Elle était en train de vomir du sang ! 


Par elle ne savait quel prodige, ils s'étaient retrouvés dans l'immense salon du petit manoir de Fletcher en un claquement de doigt. Il était maintenant quatre heures du matin.
Toute la petite troupe s'était installée autour de la table à manger, mis à part Fletcher qui s'était mis à faire les cent pas. Aucun d'eux n'avait pris la parole depuis qu'ils étaient arrivés. Aron et Byron avaient pris place aux côtés de leur « triplette », Dylan attendait nerveusement que le vieux vampire prenne enfin la parole tandis que Ian s'était mis en retrait. Comme à son habitude, il observait d'un œil de lynx le comportement de chacun.
La colère de Lucie était à peine redescendue, mais sa migraine s'était légèrement calmée et avait laissé place à une grosse fatigue. Fermer ses yeux l'aidait à se concentrer sur sa respiration.
- Quelque chose ne va pas avec ma transformation, finit par deviner Lucie en calant sa tête entre ses mains.
Fletcher s'arrêta de marcher de long en large, et leurs yeux se croisèrent. Sa remarque semblait à peine le surprendre.
- J'ai raison, n'est-ce pas ? Pourquoi est-ce que ça me rend malade ?
Le vieux vampire soutint encore un moment son regard avant de se gratter la tête et déclarer :
- Oui, affirma-t-il. Parce qu'elle n'a pas été achevée.
- Pardon ?! fit Dylan.
- Et vous comptiez me le dire quand, au juste ? demanda Lucie d'une voix à peine contrôlée. Vous vouliez me garder la surprise comme le fait que vous ayez récupéré et analysé mon sang sans mon consentement, ou que vous gardiez les restes du cadavre de mon ancêtre dans une bouteille ?
Dylan se leva d'un bond de sa chaise, complètement abasourdi par ce qu'elle venait de dire. Lucie faillit lever les yeux au ciel : ses longs cheveux blonds et soyeux étaient toujours aussi impeccable et même en colère il avait l'air d'un ange.
Bon, un ange dangereux, mais un ange tout de même.
- Vous avez fait quoi ?! s'indigna-t-il à nouveau.
- Je pense, dit Lucie, que la bonne question serait : qu'est-ce qui n'a pas encore été fait ? Je me trompe ?
Fletcher sembla soudain extrêmement las et s'assit lourdement sur un des fauteuils.
- La deuxième partie du processus de transformation.
- Et en quoi consiste-t-il ? Je suppose que cette deuxième partie revient à un acte volontaire et non plus à un concours de circonstances, sinon je ne serais pas dans cet état.
Fletcher acquiesça d'un signe de tête.
- Lucie doit être mordue par un autre vampire alpha avant de boire le sang de celui-ci en retour.
La jeune fille fut alors plus surprise de la réaction de ses compagnons que par la sienne.
Aron et Byron sursautèrent et faillirent tomber de leurs chaises, les yeux de Dylan semblèrent vouloir sortir de leurs orbites, tandis que Ian se réveilla en frappant du poing sur la table.
- Vous vous foutez de moi ?!! s'exclama-t-il, quasiment hors de lui.
Les quatre frères Bloom se mirent tous à parler en même temps, se jutant arguments contre-arguments à la figure. Lucie arrivait à peine à discerner correctement ce qu'ils hurlaient.
Une forte quinte de toux l'empêcha soudainement de respirer.
Tous arrêtèrent de parler pour la regarder avec inquiétude. Aron et Byron, de nouveau près d'elle, tapotaient gentiment son dos et lui tendirent un verre d'eau.
Le liquide transparent ne donnait aucune envie à Lucie. A vrai dire, toute sorte de liquide ne semblait plus pouvoir passer par sa gorge avant un moment. Ses doigts se refermèrent cependant sur le verre qui se mit subitement à geler.
Lucie dût se retenir de hurler tant elle commençait à détester ne pas pouvoir se maîtriser.
- Et vous ne pouviez pas m'avertir plus tôt ?
- Je comptais vous en parler Lucie, l'informa Fletcher. Mais cette deuxième phase de transformation comporte de nombreux risques que je ne suis pas encore capable d'identifier.
- Ah oui ? Et les effets secondaires de la première phase, vous n'étiez pas capable de m'en parler ?
- Quels effets secondaires ? dirent en chœur les jumeaux.
Ian, quant à lui, fronça les sourcils en se rappelant de leur conversation express sur le sujet.
- Les migraines matinales, la schizophrénie... ? Ce n'est pas dangereux ça, peut-être ?! continua Lucie en ignorant les jumeaux.
- Qu'est-ce que tu entends par schizophrénie ? s'inquiété Dylan en s'agenouillant près d'elle.
Le jeune vampire s'était mis à sa hauteur, voyant bien que lever les yeux vers eux lui faisait un mal de chien. Son attitude très protectrice rassura Lucie.
Elle était au moins parfaitement sûre que les frères Bloom ne lui avaient jamais rien caché quoi que ce soit.
- J'entends une voix étrange dans ma tête. Je sens une sorte de colère monter en moi et j'ai soudainement envie de voir le monde souffrir autour de moi. J'ai soudainement soif de sang et.. Et puis merde ! En quoi cette deuxième phase serait plus dangereuse ?! J'ai failli tuer trente personnes !!
Dylan fronça de nouveau les sourcils tandis que Lucie aperçut Ian serrer les poings à s'en faire saigner la paume des mains.
- Je comprends que votre force ait pu vous surprendre, mais...
- Mais enfin Sir Fletcher ! coupa-t-elle. J'avais la vie de toute une assemblée de vampire entre les doigts ! Vos vies ne tenaient qu'à un claquement de doigt !
- Je comprends tout à fait, dit Fletcher en haussant la voix pour qu'elle se calme. Mais comprenez que cette deuxième phase risque d'être énormément compliquée ! 

Fletcher se remit à marcher de long en large, cherchant visiblement ses mots.
Tous s'étaient tus, désireux de comprendre ce qu'il entendait par là. Il continua :
- Lorsqu'un vampire mort un humain cela n'a quasiment aucune conséquence, à l'exception des vampires alphas bien entendu. Mais un vampire buvant le sang d'un autre vampire est... Eh bien, c'est un geste très intime !
Lucie plissa un instant les yeux, ne comprenant pas exactement ce qu'il entendait par là. Elle se tourna vers les jumeaux mais tous les frères Bloom semblaient soudainement très gênés.
Ses iris durent parler d'eux-mêmes car Fletcher tenta de l'amener sur la voix de manière plus explicite :
- Par « intime », il faut que vous compreniez comme l'équivalent d'un baiser humain. De manière assez... hum. Intense ?
Lucie écarquilla les yeux en observant le vieil homme parler avec autant de pincettes, visiblement très gêné. Il faisait de grands gestes de mains, cherchant dans le blanc des yeux de la jeune fille une trace infime de compréhension de sa part.
- La force et la magie présentes dans le sang d'un vampire, qu'on certains peuvent considérer comme du poison même si ce n'en est pas vraiment, se trouvant à un taux plus élevé que de simples mortels humains... Font qu'une morsure de vampire à vampire peut provoquer... Eh bien... Hum. Des montées d'adrénaline, d'hormones... d'attirance sexu...
- CA VA ! s'exclama Lucie, se cachant le visage d'une main en sentant ses joues rosirent de gêne. Ça va, j'ai compris. J'ai compris !

Soudain un souvenir la percuta de plein fouet : une classe déserte et glacée.
Son regard coula discrètement sur Ian.
Visiblement, lui non plus n'avait pas oublié. Il regardait ailleurs comme si de rien n'était, tentant d'échapper aux yeux ronds, mais discrets, de la jeune fille. 

- Enfin bref, fit Fletcher. Chez les alphas, ce « poison » peut s'avérer très redoutable ! Il suffit de voir ce que cela donne lorsqu'ils s'en prennent à des humains. Entre vampires il n'y a aucun risque que vous vous transformiez en monstre dégénéré, bien sûr. Mais cela pourrait peut-être donner à forme à une sorte d'asservissement.
Lucie se leva.
Elle avait oublié qu'elle se tenait pieds nus dans sa magnifique robe de Kamerovsky. Qui aurait-cru que l'un des meilleurs tailleurs d'Angleterre fut un vampire si arrogant ! Sa coiffure ne ressemblait plus à grand-chose, mais elle s'en fichait. Après tout, elle en avait bien l'habitude.
Aron et Byron la soutenaient tous les deux par un bras.
- Et alors, quoi ? fit-elle à mi-voix. Je suis condamnée à vomir mes entrailles jusqu'à me vider de me propre sang ?
- Ne dis pas de bêtises, fit Dylan d'une voix douce.
- Je trouverai une solution. Tôt ou tard, il faudra prendre une décision. Allez-vous coucher, mon enfant.

Lucie marcha d'un pas lent vers l'escalier de marbre du manoir, accompagnée des jumeaux. Elle s'apprêtait à monter la première marche lorsque Lucie se retourna pour faire face à Fletcher qui se tenait aux côtés de Ian et de Dylan à qui il semblait vouloir parler.
- Sir Fletcher ? l'apostropha-t-elle.
- Oui ?
Lucie prit une grande inspiration avant de continuer :
- Vous êtes bien placé pour comprendre dorénavant que le monde des vampires me passe par-dessus la tête. J'ai accepté de venir chez vous par respect. J'ai accepté cette cérémonie de reconnaissance par respect. Finalement, je vous ai fait confiance et vous m'avez même caché que vous connaissiez mon ancêtre. Lorsque j'ai dit que j'exigeais qu'on me laisse vivre comme je l'entendais sans avoir à me mêler des affaires des vampires, ça valait aussi pour vous.
  
Elle marqua un temps d'arrêt puis acheva :
- Demain, je rentre chez moi. 

AméthysteLisez cette histoire GRATUITEMENT !