Chapitre 31 : Trelawney

40 5 2

Quand elle était en Primaire, Ilåna était allée plusieurs fois faire des recherches à la bibliothèque – pour un exposé, par exemple, avec interdiction formelle de se renseigner sur Internet. Elle avait dû s'engouffrer dans les rayons de la bibliothèque municipale, tendre le cou pour essayer de lire les titres des livres sur les étagères du dessus, et s'accroupir pour voir ceux d'en bas, les yeux survolant les initiales inscrites sur la tranche pour essayer de s'y retrouver. C'était plus facile quand elle avait précisément le nom de l'auteur et de la collection, sinon elle devait parcourir chacun des titres avec attention en cherchant ce qui se rapprochait de près ou de loin de son sujet. Avec sa dyslexie qui s'amusait à mélanger les lettres, sa tête se mettait à tourner et l'exercice devenait un calvaire. Et il fallait encore qu'elle feuillette le livre et qu'elle le lise, pour en tirer des informations...

A Poudlard, la magie simplifiait quelque peu les choses. Il suffisait de dire à haute voix le titre du livre qu'on recherchait, et peu importe où il était rangé – deux rayons plus loin ou trois étagères plus haut, ou alors dans le coin inférieur gauche de l'étagère, coincé entre deux énormes répertoires de créatures dangereuses –, le livre se dégageait tout seul et venait tranquillement à celui qui l'avait appelé.

Encore fallait-il savoir ce qu'on voulait... C'est pourquoi, quand Fiona demanda « Quelque chose pour nous aider à s'en aller sans que personne ne s'en aperçoive », une bonne dizaine d'ouvrages s'écroulèrent sur sa tête, lui arrachant un « AOOOOWH » de douleur.

Ils se mirent à éplucher les ouvrages – tâche qui se révéla, pour Ilåna, encore plus difficile que d'habitude. Les livres de sorciers avaient généralement des illustrations animées, un dragon complètement inutile qui courait entre les pages, des colonnes entières de texte invisible ou des passages en alphabet runique. Elle tentait de se concentrer, mais c'était d'autant plus difficile qu'elle ne savait pas réellement ce qu'elle cherchait. Quelque chose pour pouvoir discrètement quitter Poudlard, oui, mais quoi ? L'idéal serait un hologramme hyper-réaliste ou une statue de cire animée qui pourrait prendre sa place, ou alors une hallucination collective qui ferait croire à tous les autres élèves ainsi qu'aux professeurs qu'elle était bien là. Ou encore un sort d'amnésie, qui leur permettrait à tous d'oublier sa présence.

A cette pensée, Ilåna eut un frisson. Un sort d'amnésie, une hallucination collective... Tout cela lui semblait particulièrement malsain. Elle savait qu'elle fuyait Poudlard pour la bonne cause mais –

Étais-ce vraiment la bonne solution ?

Est-ce qu'ils n'étaient pas en train de faire n'importe quoi ? ...

Elle recouvra ses doutes par des certitudes, qu'elle assénait dans son cerveau entre deux lignes du grimoire : Je vais sauver Åna. Fiona et Mylon sont avec moi. Tout va bien se passer.

- Là ! dit soudain Fiona, en levant les yeux de son livre, brisant le silence du trio. J'ai trouvé quelque chose !

Elle tourna son livre vers Ilåna et Mylon et leur désigna une page intitulée « Disrapaître corrterecment, lacape d'insibivlité inservée », ou quelque chose comme ça.

- La cape d'invisibilité inversée, lut Fiona à haute voix.
- Cape d'invisibilité ? répéta Ilåna.
- Ce sont des capes enchantées, expliqua Mylon. Elles permettent à celui qui la porte d'être complètement invisible. Mais elles finissent par s'user et devenir de plus en plus opaques. On raconte qu'une cape parfaite circulerait depuis des générations, chez les descendants du frère Ignotus...
- Peu importe, coupa Fiona. Ce qui comte, c'est qu'avec la cape d'invisibilité, on ne te voit pas alors que tu es bel et bien là, d'accord ? Eh bien, avec cette potion, on a l'impression que tu es là, alors que tu es bien absent.

Un grand sourire pendait à ses lèvres – avec le grain de folie qu'Ilåna connaissait maintenant à son amie.

Une hallucination collective, songea-t-elle.

- Bon, très bien, dit Mylon, mais comment on la fait, ta potion ?

Il se pencha par-dessus la table pour lire la lise d'ingrédients à haute voix. Celle-ci comportait de l'aconite, une corne de Bicorne en poudre, du pus de Bubobulb, des plumes de Jobarbille, des cosses du Puffapod, ainsi que d'autres plantes et animaux dont Ilåna ne retint pas le nom.

- Je n'ai jamais entendu une liste d'ingrédients aussi longue, souffla-t-elle.

En cours de potions, ils ne manipulaient jamais plus de trois ingrédients à la fois, et déjà, ils avaient de la chance si leur potion n'explosait pas.

- Pareil, dit Mylon, mais ça reste faisable. La plupart des plantes poussent dans le parc de Poudlard, et pour les autres, il doit y en avoir dans les salles de botanique. Pour la corne de Bicorne et les plumes de Jobarbille, par contre, il faudra peut-être aller fouiller la réserve du Pr Slughorn...
- Aucun problème, dit Fiona en hochant la tête.


Nemesis Hogwarts Project [HP-PJ]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !