Chapitre 13 : Retrospective

85 9 2


Åna ne se souvenait pas de ses parents.

Elle était sûre qu'il y avait eu, à une époque, la chaleur et la douceur d'un foyer. Elle vivait avec son père, peut-être même avec son mère. Ils étaient bienveillants avec elle, ils la gâtaient. Elle se souvenait notamment d'une robe blanche et rose qu'elle adorait et qu'elle mettait souvent, et d'un pique-nique qu'ils avaient fait dans un parc. Il y avait de la confiture, des gâteaux et du jus d'orange. Mais quand elle essayait de se souvenir du visage de ses parents, ou de l'aspect de sa maison, tout devenait flou et vague. Elle avait vu sa mère depuis, sa mère déesse. Mais elle n'arrivait pas à la revoir revoir dans son enfance.

Quand elle avait trois ans, ou quatre, une femme était venue la réveiller dans son lit. Dans l'obscurité, elle l'avait prise pour sa mère et l'avait suivie docilement. La femme l'avait conduite, dans le jardin, à un char – un char conduit par des pégases.

Voler était une sensation formidable. Åna était émerveillée. Pour elle, c'était une simple balade et elle serait de retour chez elle avant le lendemain matin.

Après des heures de vol où, à force de regarder les villes et les campagnes défiler dans la nuit, Åna s'était endormie ; le char se posa sur une route de campagne et la femme réveilla Åna.

Elles marchèrent jusqu'à la forêt qui se trouvait non loin. La lune était haut dans le ciel et les étoiles étaient nombreuses. La femme guida Åna jusqu'au cœur de la forêt, un endroit particulièrement sombre et froid.

Et elle repartit.

Elle demanda à Åna de l'attendre tranquillement, ce qu'elle fit. Mais elle ne revint pas.

Ce n'est qu'à ce moment qu'Åna se rendit compte de sa situation. Elle était seule, loin de chez elle, perdue, et les ombres et les bruits de la nuit la terrifiaient. Elle pleura plusieurs heures, et finit par s'endormir.

Le lendemain, Åna fut réveillée par un louveteau, petit et gris, qui s'était approché d'elle. Elle cria et recula de peur, avant de s'apercevoir qu'il ne lui voulait aucun mal. Elle le caressa, et sa tristesse et sa peur disparurent au même moment.

Le louveteau la conduisit à la Maison du Loup, un peu plus profondément dans la forêt. Là vivaient de grands loups blancs qui la prirent sous leur aile, et leur chef, la puissante Lupa. Elle l'éleva comme une mère, lui apprit à se faire un nid dans les mousses, à chasser pour se nourrir, à ne pas craindre les bêtes sauvages, à parler le langage des loups.

Quand elle eut huit ans, Åna eut une vision de sa mère dans le miroir d'eau des ruines du sanctuaire de Diane. Elle fit faire serment à Lupa de prendre soin d'elle.

A partir de ce jour, Åna fut élevée comme un demi-dieu, avec d'autres demi-dieux qui vivaient eux aussi dans l'antre, mais qu'elle n'avait jamais rencontrés. Ils étaient seuls, perdus, et trop jeunes pour rejoindre le Camp Jupiter, mais Lupa avait fait serment de faire d'eux de bons soldats pour la légion. Elle leur apprit à combattre des monstres, à connaître les mythes, à parler le latin ; mais surtout, à travailler en équipe et à obéir aux ordres, deux valeurs précieuses à la grande légion Romaine. Mais pour Åna, c'était plus difficile que tout : elle voulait toujours avoir le commandement, ou alors elle faisait bande à part. Les autres la détestaient ; elle n'avait pas d'amis, sinon les loups.

A l'âge de onze ans, les demi-dieux rejoignaient le Camp Jupiter, où on leur promettait la sécurité, l'amitié, et une vie paisible. Mais Lupa refusa qu'Åna s'y rende. Elle n'avait pas intégré les valeurs romaines, elle était encore trop faible.

Elle eut droit à une année supplémentaire, où elle s'entraîna plus durement et plus longtemps. Elle fit de réels efforts, s'intégra comme elle le pouvait au milieu de nouveaux sang-mêlés. Elle affronta des dizaines de monstres, gagna en puissance et en courage. Mais le jour de ses douze ans, Lupa la refusa encore. « Tu as progressé, avait-elle admis. Mais tu ne fonctionnes pas bien. Tu n'as pas compris l'esprit d'équipe. »

Åna s'était sentie désemparée. Elle avait demandé une année de plus.

« Mon antre n'est pas un asile, avait rétorqué Lupa. Je ne peux pas te grarder plus longtemps. »

Et Åna avait quitté la Maison du Loup.

Elle s'était retrouvée, pour la première fois de sa vie, dans le monde réel. Elle était désarmée et particulièrement vulnérable, c'est pourquoi elle ne passait pas plus d'une nuit au même endroit. Elle se déplaçait sans cesse de ville en ville, fuyant les monstres, sans vraiment savoir où elle allait. Elle dormait sur les bancs ou sous les ponts. Le froid ne la dérangeait pas, la faim un peu plus.
C'est à cette époque qu'elle reçut le premier cadeau de sa mère, son arc magique. Elle le trouva par hasard à-côté d'elle à son réveil et l'adopta immédiatement. Elle s'en servait pour chasser, pour combattre les monstres. Elle ne comptait plus le nombre de fois où il lui sauva la vie.

Åna réussit à se faire engager dans une épicerie, par un marchand taciturne qui ne lui demandait rien d'autre que d'être disponible. Elle parvint à gagner un peu d'argent et même à louer une chambre au-dessus de l'épicerie. Sa vie commençant à être plus agréable, elle pensait sérieusement à s'installer.

Jusqu'à ce qu'elle entende parler de la Colonie des Sang-mêlé.

C'était une petite fille, Mia, qui venait régulièrement à l'épicerie. Noire de peau, habillée en rose et blanc, elle avait à peine onze ans. Åna avait vu tout de suite que c'était une Sang-mêlé, même si elle ne saurait dire pourquoi. Un jour, elle se fit attaquer par un cyclope et Åna lui vint en aide. Elles devinrent amies peu à peu. Mia lui parla de la Colonie, lui raconta que sa sœur y était et qu'elle aurait voulu y aller, mais elle n'avait pas le courage de partir seule. Åna n'hésita pas. Elle récupéra son salaire, rassembla ses affaires dans un sac à dos, et partit avec Mia en direction de la Colonie.


Quelques mois plus tard, même si elles avaient perdu le compte, elles arrivèrent à la Colonie des Sang-mêlés.

Åna avait alors environ quatorze ans. Elle ne parla à personne de sa mère, de peur d'être rejetée par les Grecs, et se fit passer pour une indéterminée. Mais ça ne l'empêcha pas de partir en Quête avec ceux qui deviendraient bientôt ses meilleurs amis : Eléa Martins et Mo Alberto Ramone.

A la Colonie, Åna trouva tout ce qu'elle n'avait jamais eu à la Maison du Loup : des amis qui la respectaient malgré ses défauts, qui ne lui imposaient pas de norme, ne lui demandaient pas de « rentrer dans le rang ». Elle était heureuse, pleinement. Jusqu'à ce que son secret se fasse savoir, un an après environ. Elle se fit rejeter de la Colonie.

Elle erra alors, plus seule et plus triste que jamais. Elle n'avait nulle part où aller. Elle pensa à retourner à l'épicerie, mais en vérité, elle n'en avait pas le cœur.

Elle loua une chambre avec l'argent qui lui restait et qu'elle n'avait jamais dépensé. Et soudain, elle se retrouva dans la Cloche. On l'avait kidnappée, endormie et amenée de force. Elle avait dû s'habituer à cette nouvelle vie.

Et elle ne savait pas ce qu'était cet endroit, ni ce qu'on attendait d'elle.


Nemesis Hogwarts Project [HP-PJ]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !