Chapitre 34 : Fortuna

27 3 5

Tyché et Åna se retrouvèrent en haut de l'arbre, de nouveau au milieu de l'hiver et des monstres. Tenant toujours son bras, Tyché sauta alors dans le vide. C'était beaucoup trop haut pour s'en sortir intact, mais les branches des arbres et la poudreuse amortirent leur chute. Deux secondes plus tard, elles se relevaient et couraient. Les monstres se dressaient devant elles comme les ennemis d'un jeu de plateformes, mais ils dérapaient dans la neige ou se rentraient dedans et tombaient pèle-mêle. Tyché et Åna n'avaient qu'à enjamber les créatures assommées. Elles se mirent à courir encore plus vite, dépassant bientôt la foule de monstres et s'élançant dans la forêt. Tout ce qui aurait barré la route à Åna en temps normal – les branches basses, les racines, les ronces –, elle l'évitait naturellement. Même le vent soufflait dans leur sens, les poussant encore plus en avant. C'était une sensation enivrante – Åna se sentait libre, complètement libre, et quoiqu'elle fasse, le monde se plierait à ses désirs. Pour la première fois, elle avait l'impression que tout était possible. Elle pourrait s'enfuir, vaincre Némésis et ses monstres, rejoindre Eléa et Mo –

Alors c'est donc ça, mon pouvoir, se dit-elle. Son pouvoir qu'elle avait enfoui au fond d'elle-même, gardé en botte secrète, lui préférant le combat classique que Lupa lui avait enseigné. Son pouvoir, qui si elle le travaillait, pouvait lui apporter une gloire sans limites, une vie parfaite sans efforts –

Cette sensation dura tout le long de la course effrénée à travers les arbres. Alors qu'elle se laissait guider par Tyché, des images défilaient dans le cerveau excité d'Åna . Sa tête tournait à la vue de tous ces désirs devenus réalité. Son cœur battait à tout rompre. Déjà, elle n'était plus prisonnière. Déjà, elle rentrait chez elle. Déjà elle était libre –

Cela s'interrompit brutalement, quand Tyché lâcha son bras et qu' Åna se heurta contre la paroi de verre.

La limite de la Cloche.

Quand Åna baissa les yeux après avoir observé celle-ci, elle vit la déesse toujours à ses côtés. Sauf que ses cheveux tombaient à nouveau en bataille dans son dos, et sa robe bouffante étaient redevenue une robe blanche plissée.

- Fortuna ! s'exclama Åna. C'est vous !

La déesse plissa les yeux.

- Mhm, oui, c'est moi, mais... (Tout à coup, elle se tapa le crâne.) Tyché a encore fait des siennes, n'est-ce pas ?

- Hum, oui, dit Åna.

Mais c'était bien, ajouta-t-elle dans sa tête. Elle sentait l'ivresse de sa liberté s'échapper alors que le monde retrouvait ses couleurs mornes, et elle aurait voulu lui courir après.

- Qu'est-ce qu'elle t'a dit, au juste ? demanda Fortuna.

- Elle a dit... ( Åna essaya de retrouver ses souvenirs. Elle décida de passer la partie sur la clairière, le petit coin de paradis où elle avait un instant voulu rester pour toujours.) Elle a dit que vous n'étiez pas assez puissante, et que vous aviez besoin d'elle pour entrer ici.

Fortuna grimaça.

- Elle a raison, dit-elle. J'ai du mal à l'admettre, mais c'est vrai. Pour une raison que j'ignore, la barrière magique crée par Némésis fait plus d'effet sur moi que sur ma forme grecque. Ça ne m'étonnerait pas qu'il ne me reste que quelques instants ici, d'ailleurs, avant d'être éjectée par magie.

- Non ! s'exclama Åna.

Fortuna haussa les sourcils. Åna se sentait si faible, tout à coup, à l'idée que sa mère – sa bienfaitrice, sa protectrice – s'en aille. Elle détestait ça. Elle se força à se ressaisir.

Nemesis Hogwarts Project [HP-PJ]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !