Chapitre 24 : S'échapper

51 6 8

Némésis partie, Arachné recula lentement, pour s'endormir au bord de sa toile.

Åna se retrouvait seule, empêtrée dans un cocon gluant, face à la forêt humide. Les cris des oiseaux et des singes s'élevaient dans les arbres. Åna les écoutait distraitement, tentant de remettre les éléments en ordre dans sa tête.

Elle avait une sœur, une petite sœur.

Pour la première fois, elle avait -

Une famille.

Bon, il est vrai, sa mère lui était apparue en rêves, quelquefois. Elle avait même pu la voir, dans le miroir d'eau de Lupa, le jour où elle avait découvert qu'elle était une demi-déesse. Mais bon, Fortuna ne faisait pas office de mère modèle, à l'instar des autres dieux, d'ailleurs. Åna distinguait la mère de ses souvenirs de la Fortuna qu'elle connaissait - c'étaient deux personnes différentes.

Elle aurait pu dire que ses amis à la Colonie - Mo, Eléa, Raoul, ses amis du bengalow d'Aphrodide, sans oublier les Apollon - avaient été comme une famille pour elle, et Chiron, comme un père. Et puis bon, sa mère était fille aînée de Jupiter, elle pouvait donc, elle aussi, considérer tous les demi-dieux comme ses cousins. Mais quand on se fait passer pour une indéterminée pendant deux ans et qu'on a, en plus, une origine romaine dans un camp grec, difficile de se sentir totalement à sa place.

Restait Lupa. Difficile de faire plus romaine qu'elle, et puis, elle l'avait recueillie, élevée, et lui avait tout appris. Mais la rivalité existant entre les différents orphelins et le climat de camp militaire qui régnait au refuge de Lupa avaient contribué à ce qu'Åna s'y soit toujours sentie mal à l'aise.

Là... C'était différent.

Elle avait une sœur, une sœur véritable, qui partageait avec elle le père et la mère. Les liens du sang, ceux qu'on ne peux pas défaire. Åna avait toujours rêvé de connaître ça, la vraie famille. Avoir un père, un foyer, des frères et sœurs. Ce que Némésis lui avait révélé récompensait tous ses espoirs. Elle aurait sauté de joie si elle n'était pas empaquetée dans ce fichu cocon.

Qui que soit cette sœur, elle courait un grave danger. Elle représentait, pour une raison obscure, une arme d'un grand pouvoir pour Némésis. D'une manière ou d'une autre, la déesse devait s'être arrangée pour pousser sa sœur à venir la sauver, ainsi, elle pourrait la cueillir le moment venu...

Mais les demi-dieux n'étaient pas du gibier ! Et Åna n'était pas un bout de viande, prête à servir d'appât !

Réfléchis, s'intima-t-elle.

Elle avait appris, auprès de Lupa, à rester pragmatique en toute situation, compter ses possibilités, une à une. Même si elle la détestait, Åna respectait l'enseignement de Lupa.

Priorité numéro 1 : s'échapper. Quelles étaient ses possibilités ?

Dans le cocon d'Arachné, Åna ne pouvait pas esquisser un mouvement. Si Némésis lui avait pris son poignard, elle sentait toujours son arc et son carquois dans son dos. Si elle parvenait à attraper une flèche, peut-être pourrait-elle utiliser la pointe pour déchirer le cocon. C'était faible, mais ça pouvait marcher.

Il lui fallait juste un peu de chance.

En tant que fille de Fortuna, on pouvait s'attendre à ce qu'Åna soit poursuivie par la chance dans la vie - du genre, avoir de bonnes notes, gagner au loto, rencontrer par hasard l'homme de sa vie, tout ça. Tu parles ! Elle n'avait eu que des malheurs dans sa vie, être fille de la déesse de la chance n'y changeait rien. Bien sûr, elle avait eu de gros coups de chance qui faisaient qu'elle était toujours en vie aujourd'hui, mais ils étaient accompagnés de sacrifices. Par exemple, si elle n'avait pas été prise dans la toile d'Arachné, elle serait tombée dans le précipice et en serait morte, mais elle n'était pas, actuellement, dans la meilleure situation possible. En même temps, qu'est-ce qui l'avait amenée dans cette toile ? Se mère répondrait le hasard, Trivia dirait son destin. Dans tous les cas, elle avait fini par obtenir plus de réponses qu'elle ne l'espérait.

Nemesis Hogwarts Project [HP-PJ]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !