Chapitre 11 - James

62 12 11
                                    

 Je crois bien que grâce à Anna, j'ai trouvé la force de me lever ce matin. C'est sans grande conviction que je ferme la porte à clés et me dirige vers le monde extérieur. En m'installant auprès d'Anna, je décèle un léger sourire qui étire ses lèvres et je le lui rends instinctivement.

J'ai réussi à dormir sans me réveiller une seule fois cette nuit, ce qui relève de l'exploit si l'on prend en compte que ça fait depuis quelques années que ça ne m'étais pas arrivé. Ma soirée avec Anna y est pour quelque chose, je le sais, je le ressens. Elle apporte une légèreté dans ma vie, qui a rarement été présent ces derniers temps. Pas même Lola n'avait réussi à me donner une nuit de sommeil pareil.

Mais bordel, pourquoi je repense encore à Lola. Elle appartient au passé. Elle et son stupide copain. Enfin, à l'époque.


Anna n'est pas très bavarde ce matin, mais ça me convient. Elle a ses écouteurs et change de chanson toutes les trois minutes. Je le remarque car elle allume son téléphone sans le déverrouiller et appuie furtivement sur le bouton « suivant ».

Pourtant lorsqu'on se rapproche du portail du lycée, elle décide d'enfin me parler.

- Je ne sais pas pourquoi tu n'étais pas là, mais t'en fais pas ça va aller aujourd'hui.

Elle soutient mon regarde en attendant une réponse, et je me sens d'humeur honnête parce que je m'entends lui confier :

- Merci pour tout ce que t'as fait pour moi, vraiment. Ça me touche beaucoup et c'est grâce à toi que j'arrive à surmonter le fait que...

Je ne peux pas terminer ma phrase, ses deux meilleurs amis nous saute dessus en s'écriant à quel point l'examen qu'ils doivent avoir sera le plus dur de leur vie. Anna ne me quitte pas du regard mais échange quelques mots avec Ayden et Maria pour les rassurer.

Je me mets un peu en retrait mais sens tout de même le regard interrogateur d'Anna peser sur moi. Ses longs cheveux virevoltent avec le vent et son parfum me vient comme une douce fleur que l'on sentirait en plein été. Elle est très jolie aujourd'hui.


- Alors, ça va mieux depuis la semaine dernière ? C'est quoi ce truc dont la prof nous parlait, que tu nous as pas dit ?

- AYDEN ! s'écrie Anna en écartant grand ses yeux et je le ressens comme un avertissement envers lui.

Pourtant, je ne vois pas de quoi il parle, elle ne m'en a pas parlé lorsqu'elle est venue.

- Bah quoi, on nous dit que tu traverses une période difficile et on a pas le droit de savoir ?

- La prof vous a dit quelque chose ? je commence à m'énerver.

- Oui...

Je ne le laisse pas terminer, parce que là tout de suite c'est envers Anna que ma colère se dirige.

- Tu ne m'as rien dit ? j'assène envers elle.

- Je n'ai pas jugé que c'était important. J'en sais rien de quoi elle parlait, moi !

Elle répond plus par obligation parce que je sens bien qu'elle est gênée de ne rien m'avoir dit. J'essaie de me calmer tout de suite, sinon je vais effectivement attiré encore plus de soupçons sur moi.

- C'est pas grave, t'inquiètes.

Ayden quant à lui me scrute et j'ai la vague impression qu'il s'en veut de m'avoir posé cette question. Après tout, je ne peux pas leur en vouloir.

- Non vraiment, je suis désolée, j'aurais dû te le dire, je sais. Mais c'est bête tu vois, on passait de bons moments chez toi et j'ai voulu...te préserver, plus ou moins, des remarques inutiles tu vois ?

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant