Chapitre 3 - Anna

129 24 28
                                    

C'est toujours plaisant d'avoir de la nouveauté pour briser cette routine que l'on se créée au lycée. Tous les jours, on se raconte les mêmes trucs, on parle des derniers épisodes de séries qu'on a vu ou on débat sur quelque chose de totalement inutile. Mais l'arrivée d'une nouvelle personne ça peut tout bousculer. Il y a enfin un sujet à aborder dont on n'a jamais parlé.

Maria ne m'a pas lâchée le soir, ses messages parlaient tous sans exception de James. Lorsque j'ai réussi à lui faire changer de sujet, elle a quand même continué à parler de la gente masculine puisqu'elle a commencé à me faire un topo sur Ayden.

« Il est devenu proche de toi quand même, non ? »

C'est ce message qui m'a fait levé les yeux au ciel, elle cherche toujours à analyser les comportements de chacun alors que je tente de vivre sans me poser trop de questions chaque jour. Elle ne m'aide pas, ça c'est sûr.
J'ai fini par éteindre mon téléphone vers une heure du matin et à m'endormir vers deux heures. Je ne te remercierai pas Maria pour tout ce sommeil perdu !

Je mentirais si je disais ne pas me soucier de James, je me mets à espérer qu'il soit à l'arrêt de bus ce matin pour lui parler de la journée que nous allons passer. Mes mains dans les poches et mon sac sur mes épaules, je marche en répondant aux messages de la conversation de groupe que nous avons sur Messenger avec Maria, Ayden, Nolan, Mattéo, June et Lisa.
Au moment où je range mon téléphone dans ma poche, j'aperçois James au loin, il attend. Plus je me rapproche, et plus je trouve qu'il n'est pas habillé en conséquence de ce froid polaire.

Est-ce que je rêve ?

Jay porte un jogging et un tee-shirt trop grand pour lui, avec juste des espèces de pantoufles aux pieds. Il se tient les bras, comme s'il avait froid. Évidemment qu'il a froid, il doit faire environ trois degrés. Il a une feuille déchirée dans sa main droite et son souffle se fait rapide au fur et à mesure que j'approche.
- Tiens, tu peux m'apporter les cours d'aujourd'hui, s'il te plaît ? Si tu veux pas, je comprendrai.
Il me tend son bout de papier, ridiculement petit et chiffonné. Je le dévisage et essaie de déchiffrer ce qu'il y a écrit dessus en même temps. Je tend la main et c'est presque comme s'il me le lançait dans ma main.
- Merci, dit-il sans me laisser le temps de répondre et il est déjà au coin de la rue.
Que vient-il de se passer au juste ?
Le bus est arrivé en même temps, je suis obligée de monter dedans et je ne peux donc pas le suivre pour lui demander plus d'explications. Je regarde le papier et trouve une adresse écrite dessus :

« 4A rue de l'olivier, l'arrêt où je t'ai fait être en retard (j'en suis désolé, crois-moi), au coin de la rue à droite. J. »

Mais pourquoi me donne-t-il son adresse ? Pour que je lui donne les...cours ? Un numéro de téléphone aurait été bien plus pratique. Et puis, il vient de quelle année lui ? En 2020 ça se fait encore de donner un petit mot à une fille ? Bon d'accord, ce n'est pas un « petit mot » à proprement dit, mais il aurait pu m'ajouter sur Facebook, Instagram ou bien même sur Twitter. L'incompréhension doit se lire sur mon visage même lorsque j'arrive au lycée parce qu'Ayden me saute littéralement dessus pour me demander ce qui m'arrive. Je ne réponds pas, croyant qu'il vaut mieux garder pour moi ce qui vient de se passer.

***

Personne ne remarque l'absence de Jay, même pas les profs puisqu'il n'est pas sur les listes officielles. Ça me fait un peu mal au cœur de savoir que personne ne se soucie de lui, à croire que personne ne l'a vu hier. Pendant le cours de bio, la prof nous impose des binômes. Je suis avec Jenny et notre travail consiste à disséquer une souris, je vous laisse imaginer mon niveau de dégoût actuel. La proviseure entre en plein milieu de notre cours, une distraction bienvenue pour nous donner une pause dans cette galère.
- Je cherche Anna Delys, elle est ici ?
Surprise par cette question, je mets deux secondes de trop à réagir, tandis qu'Ayden de l'autre bout de la classe m'appelle.
- Anna, elle t'appelle !
- Oui, oui je suis là, dis-je en retirant mes gants plein de sang.
- Tu veux bien me suivre, s'il te plaît ?
Je traverse les rangs de la salle de classe pendant que notre prof s'énerve parce que tout le monde a arrêté de travailler à cause de cette irruption inattendue.

- Tu ne saurais pas où est James Holliger ?
- Jay, euh James ? Non madame, il n'a pas pris le bus ce matin.
Je ne veux pas lui parler du mot qu'il m'a donné, et je ne veux pas non plus lui dire qu'en réalité je l'ai vu ce matin. J'estime que ça ne la regarde pas réellement.
- D'accord, bien, tu n'as pas eu de ses nouvelles du tout ?
- Non. Et puis, pourquoi j'en aurais ? je lui demande un peu en rigolant, mais surtout parce que je ne comprends pas où elle veut en venir.
Son regard suffit à me calmer et à me répondre silencieusement que je n'aurais pas du lui dire ça.
- Tu peux retourner en cours, Anna.
Je m'exécute et tous les yeux sont rivés sur moi. C'est pas croyable la curiosité des gens ! Je regagne ma place aux côtés de Jenny. J'entends des chuchotements à mon sujet du genre de « Mais qu''est-ce qu'elle a fait ? » ou « Qu'est-ce qu'elle lui voulait tu crois ? » ou encore « tu crois qu'elle a fait quelque chose ? ». J'aimerais parfois pouvoir répondre à ces personnes que ça ne les regarde pas, et qu'ils feraient mieux de s'occuper de leur propre vie plutôt que de celle des autres, mais je n'ai pas envie de me fatiguer avec ce genre de personnes.
Jenny me pose aussi la question et je décide alors de lui répondre qu'il s'agissait de quelque chose à propos de mon orientation de l'année prochaine. Un petit mensonge n'a jamais fait de mal à personne, je n'ai aucune envie de lui dire que c'était par rapport au nouveau. Je n'ai pas envie de le dire à Maria non plus. Je ne sais pas pourquoi, mais ça me fait un truc que personne ne s'intéresse à lui, même pas une petite phrase disant qu'il n'est pas à, non rien du tout !

Le cours est perturbé par ma sortie avec la principale, et maintenant tout le monde parle dans tous les sens. La prof commence sérieusement à s'énerver, ça y est, elle est désespérée, elle n'arrivera pas à tous nous faire taire, à présent elle menace tous ceux qui parlent. C'est à mourir de rire, mais pour le bien de tous il ne vaut mieux pas lui montrer.

La seule personne à remarquer l'absence de James est M. Enola, notre prof de sport. Il demande seulement parce qu'il a été mis au courant qu'un nouveau devait arriver dans notre classe et qu'il dit connaître toutes nos têtes. Nolan a l'air de tout juste réalisé son absence :
- Oh mais oui, c'est vrai qu'hier il y avait un petit nouveau ! Jason quelque chose non ?
- James, pas Jason mais James, je réponds sans laisser le temps à personne de le faire.
Mon ton agacé n'a échappé à personne, je ne comprends pas moi-même pourquoi le fait que Nolan se soit trompé dans son prénom m'énerve à ce point. Mais c'est pas compliqué de faire attention aux personnes autour de nous si ?

Je ne suis pas du genre à m'attacher rapidement aux personnes que je rencontre, je ne pense pas qu'il s'agisse d'attachement à proprement parlé. Mais la demande de la proviseure me trotte malgré tout dans la tête, c'est comme si je ressentais le besoin de le protéger étant donné que j'ai été la première personne a qui il a parlé ici. Pourtant, je ne devrais pas ressentir ce besoin. On a dû se parler environ vingt minutes mis bout à bout nos bribes de conversations dans la journée. Son absence d'aujourd'hui m'inquiète plus que je ne voudrais le montrer. Je me sens obligée d'aller chez lui, après les cours. Je me sens obligée de lui rendre ce service, je me doute bien que ça a dû lui coûter de venir ce matin me donner son adresse, ce serait un manque de respect que de ne pas lui donner ce qu'il m'a demandé ?

Il avait l'air vraiment perturbé et je dirais presque qu'il avait l'air d'aller mal. Après tout, il ne connaît personne d'autre et je suis la seule personne à qui il ait réellement parlé hier. Son absence n'a pas l'air d'inquiéter Maria, elle qui pourtant n'a fait que de me parler de lui la veille.La totalité de la classe me dévisage, sûrement parce que j'ai répondu à Nolan sur un ton cassant, mais je m'en fiche, son prénom c'est James, et non Jason.
On commence le cours avec des matchs de volley, chacun dans son équipe respective et le prof annonce le programme de ces matchs.

Je passe l'heure à rire avec Ayden, il est vraiment comme un frère pour moi. On peut rigoler de tout, parler d'à peu près tout et n'importe quoi, à n'importe quelle heure de la journée et de la nuit. Je sais que je peux compter sur lui, et je crois que c'est le plus important. Je sais que son amitié est sincère, depuis la primaire on a toujours été dans le même établissement. Parfois dans la même classe et parfois non, mais ce qui compte le plus c'est que l'on n'a jamais arrêté de se parler. Même lorsque je me suis un peu éloignée à cause d'une histoire qu'il a eu avec une fille. Ayden a toujours su garder notre amitié. Parfois, s'éloigner d'une personne est la meilleure solution pour se rendre compte de la valeur de celle-ci, et pour voir si vous comptez toujours autant pour cette personne. Ç'a été le cas avec Ayden. Et je serai toujours présente pour lui, quoi qu'il puisse se passer, c'est une chose que je me suis promis.

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant