Chapitre 24 - Anna

39 9 2
                                    

Ce qui s'est passé la semaine dernière nous a rapproché avec James. Il est à fleur de peau depuis qu'il a parlé avec le père de Lola. Il ne nous a pas tout raconté sur le chemin du retour. Nous étions beaucoup trop fatigué pour formuler des phrases cohérentes. Malgré tout, James nous a ramené sains et saufs chez nous et nous avons fini par tous dormir chez Ayden, c'était la seule solution pour que nos parents ne se rendent compte de rien. Les parents d'Ayden sont conciliants et ne nous ont pas entendu rentrer vers quatre heures du matin. Je crois bien que nous nous souviendrons tous les trois de ce jour pour toute notre vie.

Lola s'en est sortie, heureusement. Je ne sais pas comment James se serait senti dans le cas contraire. Jour après jour, il nous a raconté sa conversation avec Charly. J'en suis encore retournée, j'avoue. Je n'aurais pas pensé une seule seconde que la décision d'aller lui parler aurait tout changé. Ayden n'était pas convaincu que ce soit une bonne idée, il ne voulait pas trahir Jay. Ce n'est pas non plus ce que je voulais, mais son père devait savoir les raisons du geste de Lola. Du moins, pour moi il devait savoir qu'elle n'est pas la jeune fille innocente qu'il pensait. Je savais que je prenais un risque mais sa réaction a dépassé toutes mes attentes. James ne nous en a pas voulu du tout le lendemain, et j'en étais soulagée.


Les jours qui ont suivi ont été moins tristes et je sais que James s'en remet tout doucement. Il nous a assuré qu'il allait bien et que ça a été l'électrochoc pour effacer toute trace d'elle dans son portable, et dans sa vie. Je le trouve plus léger depuis hier, je sens qu'on lui a retiré une grosse épine du pied.

Malgré ça, je sais que ça lui reste dans un coin de la tête et Ayden et moi faisons tout pour lui changer les idées. D'ailleurs, je dois me préparer pour aller au cinéma avec Jay. Nous avons enfin convenu d'un jour et je n'aimerais pas arriver en retard !

Je me prépare, relève mes cheveux en un chignon et me maquille légèrement, un coup de mascara n'a jamais tué personne ! Je me sens d'humeur à me maquiller un peu plus et mets un rouge à lèvre nude en plus du mascara. Ma combishort en jean fera l'affaire et une fois mes sandales aux pieds, je préviens ma mère que je sors.


Lorsque j'aperçois Jay, un sentiment heureux m'envahit d'un coup. Il me fait la bise et me prend rapidement dans ses bras, un moment furtif, mais pas désagréable. Le cinéma n'est pas très loin, il nous faut à peine dix minutes à pieds pour l'atteindre.

Nous n'avons pas encore choisi le film et Jay me demande ce que j'aimerais aller voir. Je n'ai aucune idée et il propose alors plusieurs choix.

Je choisis une comédie parmi les trois films qui passent à cette heure-ci. On se prend des pop-corn, des boissons et on se dirige vers les caisses pour payer.

Je sors mon portefeuille et Jay me regarde d'une étrange manière.

- Tu me ranges ça tout de suite ! C'est moi qui invite, je te dois bien ça, dit-il avec un sourire entendu.

- Mais non, tu n'as pas besoin.

- Écoute, aujourd'hui je suis d'humeur généreuse, j'ai envie de te payer un ciné, je te le paie et c'est tout, s'impose-t-il.

Je n'ai pas le temps de protester puisque c'est notre tour et il commande déjà nos places. Ça me gêne qu'il ait payé mais je ne veux pas me donner en spectacle devant tout le monde, alors je ne dis rien. Il me tend mon billet et nous avançons vers les salles. On se dirige alors vers le numéro correspondant et on entre s'y asseoir. Il n'y a que six personnes à l'intérieur, ce qui nous semble tout de même étrange pour un samedi après-midi, la semaine de sortie du film.

Nous attendons que le film démarre tout en discutant, de choses et d'autres. Les pubs démarrent mais nous n'y faisons pas vraiment attention.

Le film commence et je regarde Jay, intriguée qu'il n'y ai pas plus de monde dans la salle. Les images commencent à s'enchaîner et l'ambiance du film est tout sauf comique. C'est sombre, effrayant et l'atmosphère est pesante. D'un coup, le titre apparaît avec le générique du début et nous nous rendons compte que ce n'est pas la bonne salle. Ce n'est pas écrit « 1 » sur le ticket mais « 7 ». Comment Jay a-t-il pu se tromper ?

Il me regarde avec un air désolé et je lui dis que ce n'est pas grave, je suis fan des films d'horreur, ça tombe bien. Annabelle 3 commence sous nos yeux. James me demande si je veux sortir mais je l'assure que j'adore ce genre de film, en revanche il n'a pas l'air à l'aise...

- On reste ! Ça me fera encore plus rire quand tu vas sursauter pour un rien ! J'adore ! je lui chuchote.

Il me lance un regard de celui pris au piège et je ne peux que rigoler devant son air ahuri.

- Et puis, Annabelle, c'est mon vrai prénom, je déclare.

- Pardon ? répond-t-il effrayé.

- Je déconne ! Oh putain, c'était énorme t'aurais dû voir ta tête !

J'essaie d'étouffer mon rire pour ne pas déranger les autres mais je n'y arrive pas vraiment, on se prend une remarque des seules personnes présentes dans la salle, mais je n'en ai pas grand-chose à faire, sa tête en valait la peine !

Au bout d'un moment, Jay me prend la main et je le laisse faire, appréciant ce geste. Je mentirais si je disais que ça ne me fait rien. Le contact de sa peau me fait du bien, je sens sa chaleur dans ma main et d'un coup je me sens apaisée, à ma place. Lors des moments qui sont censés faire peur, je sens que ça fonctionne sur lui puisqu'il exerce une pression plus forte avec ses doigts entremêlés aux miens.


En sortant de la salle je ne peux m'empêcher de rire à propos de toutes les fois où Jay a fermé les yeux parce qu'il avait peur de ce qui allait se passer. Je ne peux pas non plus m'empêcher de rire parce que nous nous sommes trompés de salle. C'est vraiment qu'à nous que ça pouvait arriver ça !

Une chose est sûre : je n'oublierai pas cet après-midi de sitôt. Être avec Jay, me rend heureuse et insouciante.


***


Ce soir, les vacances vont démarrer pour deux semaines. Qu'est-ce que ça va faire du bien d'avoir enfin une pause ! J'ai hâte de pouvoir faire autre de mes journées que d'aller en cours. Je sais déjà qu'on va avoir beaucoup de devoirs maison, mais en deux jours ce sera bouclé.

Ce qui est moins réjouissant, c'est qu'après ces deux semaines, on va devoir faire nos vœux pour la fac. Je n'ai encore aucune idée de ce que j'aimerais faire plus tard. Je sais que je suis passionnée d'écriture, mais de là à en faire un métier ? Je ne sais pas. Je suis perdue concernant mon orientation mais malgré ça, je sais qu'il va falloir que je fasse des choix. Je me garde ça pour plus tard, mais à un moment donné je serai face au mur, bien obligée de faire un choix.

Je me demande ce que Jay voudrait faire, c'est un sujet qu'on n'a pas encore abordé du tout. Je ne sais pas si nous serons dans la même ville, et soudain un sentiment étrange s'empare de moi.

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant