Chapitre 17 - Anna

45 10 10
                                    

J'avoue que Jay m'intrigue de plus en plus, j'aimerais beaucoup qu'il me parle de sa famille, mais dès que j'aborde le sujet, il se plonge dans un profond silence ou bien il détourne la question. La dernière fois que j'ai osé m'aventurer sur ce terrain, il m'a répondu qu'il m'en parlerai un jour. Sa phrase m'avait fait froid dans le dos, parce que ça veut dire qu'il y a effectivement quelque chose à dire. Il y a bien des choses qu'il ne me dit pas, qu'il garde pour lui. Mon imagination est grande et je me suis mise à penser à toutes sortes d'éventualités : serait-il séparé de ses parents ? Mais pour quelles raisons ? Est-ce qu'ils sont en prison ? Est-ce qu'ils habitent ailleurs, dans un autre pays par exemple ? Peut-être qu'il ne connaît pas ses parents. Je n'en sais rien et toutes ces questions tournent dans ma tête. C'en est fatiguant.

J'aimerais tellement pouvoir être là pour lui, le comprendre, le réconforter même s'il le faut. Tout ce que j'espère c'est qu'un jour il me fera assez confiance pour se confier à moi.

Je me dis que je m'attache dangereusement à lui et me demande s'il pense également à tout ça. Est-ce qu'il pense même au fait de m'en parler un jour, ou bien cette éventualité était-elle complètement hors de portée ?

Je me sens perdue d'un coup. Assise, seule avec Mint, dans mon lit, je me rends alors compte que sa présence m'est réconfortante. Cette petite boule de poile commence à prendre beaucoup trop son aise dans mon lit depuis quelques jours !

Finalement, nous n'allons pas au cinéma, Jay ne se sent pas tellement bien. Je suis déçue, mais je me dis qu'on se refera cette sortie une autre fois.


Ce matin, je ressens une pointe d'excitation à l'idée de voir Jay mais quand il entre dans le bus, il ne me regarde pas une seule seconde. Il s'assoit loin de moi, pour la première fois depuis son arrivée. Je l'interpelle mais il ne me répond pas, sans doute trop captivé par sa musique dans ses écouteurs. Je ne veux pas me donner en spectacle alors je lui envoie un sms. Il n'y répond pas non plus.

Je réfléchis, essayant de chercher la moindre chose que j'aurais pu dire et qui ne lui a pas plu, mais je ne vois rien, je ne me souviens pas que nous étions en froid la veille.

Je décide de le laisser tranquille, pensant qu'il s'est seulement réveillé du mauvais pied. Après tout, ça arrive à tout le monde de ne pas être d'humeur à affronter le monde extérieur. Pourtant, après l'excitation que je ressentais tout à l'heure, il s'agit bien d'un sentiment de tristesse qui m'emplit peu à peu.

On sort du bus, mais il ne me calcule toujours pas. Il rejoint Ayden en même temps que moi, mais Jay lui demande s'ils peuvent se parler seuls à seuls. Je ne sais pas pourquoi, je décide de ne pas poser de questions et de laisser couler.

Ayden n'a pas l'air de comprendre mieux que moi pourquoi il lui a soudain demandé d'être seuls, ce qui me rassure un peu.

Je réalise que je suis seule sans mes deux meilleurs amis et que Maria me manque. Nos conversations, nos délires, nos messes-basses pendant les heures de cours, bref tout ça me manque plus que je ne veux bien l'avouer. J'écris beaucoup aujourd'hui dans mon carnet, à propos de l'amitié. La seule personne qui vient me voir est Jenny. Cela me surprend puisque nous nous parlons que rarement. Ça me fait plaisir et notre discussion tourne surtout autour de musique, mais c'est plaisant de parler à quelqu'un qui a les mêmes goûts musicaux que moi. Elle écoute aussi beaucoup de reggaeton.


J'ai décidé de prendre sur moi toute la journée, mais ce soir c'est trop. Je ne voulais pas faire une scène pendant la journée devant tout le monde, donc j'ai attendu jusqu'à maintenant. Nous voilà seuls, à nouveau en direction du bus qui nous ramène chez nous. Je me décide à l'affronter.

- Anna !

Bon, eh bien pas besoin d'aller vers lui puisqu'il vient à moi. Je me tourne vers lui et il continue :

- Je t'ai manqué ?

OK, j'ai loupé un épisode ou bien... ?

Il doit voir que je ne sais pas quoi répondre parce que mes yeux sont grands ouverts, remplis d'incompréhension.

- Je rigole ! Allez, monte, dit-il en m'indiquant les marches pour pénétrer dans l'habitacle du bus.

On monte ensemble et il s'installe à mes côtés, comme d'habitude.

- Alors t'as décidé de me reparlé ? je tente, pour comprendre les raisons de son silence.

- Ouais, euh à ce propos... désolé.

C'est ça ses explications ?

- C'est rien. Mais il va falloir que tu m'expliques, je lui réponds perplexe.

- Disons que... aujourd'hui n'était pas un bon jour.

- Je vois. Et je peux savoir pourquoi ?

- Il y a des jours avec et des jours sans... Que veux-tu que je te dise de plus ?

- Les raisons de ce silence, Jay.

Mes yeux le scrutent mais je sens qu'il détourne le regard exprès. Il ne m'en dira pas plus, je connais ce silence par coeur. Il ne va pas bien. Quelques chose le tourmente, j'aimerais tant savoir quoi. Je pourrais peut-être l'aider, ou au moins être là pour lui. J'ai l'impression de l'être mais sans réel but. Je ne peux pas le consoler lorsqu'il va mal et ça commence à me peser.

- Dis-moi ce qui va pas... je retente, en pressant son bras.

Il se détache de moi et m'assure qu'il va bien.

- Je ne te crois pas, mais Jay, regarde-moi.

Il pose ses yeux sur moi et je veux qu'il comprenne que je ne dis pas ça à la légère :

- Lorsque tu seras prêt à m'en parler, je serai là, d'accord ?

Je peux le voir se débattre avec ses démons, j'aperçois ses yeux légèrement humides et je me dis que je ne dois pas aller plus loin pour aujourd'hui. Il paraît si fragile à cet instant et pourtant si fort lorsqu'il reprend une contenance en me disant :

- Merci Anna, mais ça va tu sais. Juste une... mauvaise journée.

Je ressens sa tristesse à des kilomètres mais le presser de questions ne l'aidera en rien, je décide alors de prendre sa main et de la serrer fort, pour lui prouver que je suis là, quoi qu'il arrive.

Notre relation est étrange, jamais je n'ai fait ça avec Ayden et je ne pense pas que ça arrivera un jour. Nous sommes proches mais d'une autre manière. L'alchimie que je ressens avec Jay est toute autre. Elle me procure une sensation que je n'ai encore jamais ressentie. Je plonge dans son regard bleuté et lui souffle :

- Aucun problème, tu sais que je suis là.

Il pose sa tête sur mon épaule, sa main toujours dans la mienne. Ce moment hors du temps me donne des frissons et fait battre mon cœur un peu plus fort. Ses yeux étaient remplis d'une infinie tristesse et si je l'avais pu je lui aurais tout pris, pour qu'il se sente rien qu'un tout petit peu heureux. Il me regarde avec un faible sourire. Je réalise alors qu'il a peut-être ressenti la même chose que moi à cet instant. Peut-être.

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant