Chapitre 25 - James

48 12 8
                                    

- Tu crois vraiment que c'est une bonne idée de jouer sur les deux tableaux ? je demande à Ayden.

- De jouer sur quoi... les deux tableaux ? Non, mais tu me prends pour qui ? Je crois que tu ne comprends pas la signification de l'expression, je me trompe ? dit-il amusé.

- Attends, comment ça ?

- Bah oui, jouer sur les deux tableaux, ça voudrait dire que je voudrais sortir avec les deux. En l'occurrence, je ne veux pas sortir avec Anna. C'est ma meilleure pote, ma sœur, tu vois.

Je me rends compte de ma connerie et ris à gorge déployé.

- T'es vraiment pas doué avec les expressions françaises, à croire que t'es pas né ici, hein !

- C'est vrai, je réponds en me triturant les ongles, je devrais pourtant arrêter de faire ça lorsque je suis nerveux.

- De quoi, c'est vrai ?

- Bah oui. Je suis né à Elda, en Espagne.

- Nan, pas possible ! Mec, t'es espagnol ?

- Oui, enfin ma mère est né là-bas, j'explique.

- C'est carrément cool ! Tu sais parler espagnol et tout ?

- Si, pero lo escribo más que lo hablo.

- T'as dit quoi, là ? C'est trop cool, mec ! J'adorerais savoir parler cette langue !

- Oui, dis-je en rigolant. Bon revenons à ce que je te disais même si c'était pas la bonne expression, tu m'as compris. Qu'est-ce qui t'intéresse tant chez Maria pour que tu lui parles malgré tout ce qui se passe entre elle et Anna ?

- Jay, Jay, Jay ! Déjà de un, il se passe rien entre Maria et Anna, justement c'est ça leur problème : elles ne se parlent plus. Mais ça, j'y peux rien, moi ! Maria ne veut plus lui parler et j'en ai aucune idée de ses raisons, j'ai pas envie d'en parler avec elle. Quant à Anna, elle m'a assuré que ça la dérangeait pas.

- Et tu l'as cru ?

- Bah oui, c'est Anna, tu sais bien qu'elle est franche !

- Mais Anna est une fille, et tu sais ce que font les filles parfois ? Elles mentent. Et là, elle t'a clairement sorti le plus beau mytho du siècle.

- Nan, elle est pas comme ça, il tente de s'en convaincre.

- Bon écoute, je ne suis pas là pour te juger, mec, tu fais ce que tu veux, ça te regarde, mais t'aurais pu choisir une autre meuf que l'ancienne meilleur ami d'Anna, tu crois pas ?

- On choisit pas pour qui on est attiré... Regarde-toi, t'as choisi d'être attiré comme un aimant par Anna ?

Je détourne le regard, la conversation prend un tour bien trop personnelle à mon goût ! On parle de lui, pas de moi. J'écourte notre discussion et on reprend notre partie de Call of Duty, je vais l'éclater cette fois !


***


Une fois Ayden parti de chez moi, le silence pesant revient peu à peu me hanter. Il s'empare de moi comme une créature qui monterait peu à peu sur moi jusqu'à m'engloutir tout entier. Je n'ai pas faim ce soir, je monte prendre une douche et l'eau coule le long de mon corps. Rien n'y fait, je n'arrive pas à penser à autre chose qu'au corps de Lola gisant dans la salle de bain, les bras ballants et couverts de sang. L'eau me brûle, mais cela me fait du bien et du mal en même temps. Ce doux mélange de sensation me rappelle que je suis vivant, que je suis toujours là.

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant