Chapitre 37 - Anna

35 8 2
                                    

C'est arrivé ? On s'est embrassés ? J'avoue que je n'arrête pas d'y penser depuis ce matin. Ce moment reste gravé dans ma tête, mais en même temps j'ai l'impression qu'il était hors du temps, que plus rien n'était réel. Que nous n'étions que tous les deux, dans une bulle. Je suis sur un petit nuage, la journée se passe encore mieux que ce que je l'avais espéré. Je n'aurais jamais pensé qu'elle allait prendre une tournure pareille. Mais ce n'est pas pour m'en déplaire. Sa façon de me toucher m'a vraiment retourné. Il est doux, il est attentionné et ses lèvres sont si agréables. J'aime tout chez lui, mais je crois que depuis aujourd'hui j'aime encore plus ses lèvres. Elles sont pleines, délicates et pressantes en même temps. Mes sentiments se sont décuplés à ce moment. Ce que j'ai ressenti est indescriptible et en même temps j'ai une terrible envie de prendre un stylo et une feuille et de décrire tout ce qui m'est passé par la tête pendant cet instant.

Nous ne l'avons pas dit à Ayden et c'est bien mieux comme ça, je crois qu'on a tous les deux besoin d'un peu de temps pour assimiler tout ça, et pour profiter... J'ai envie d'en parler avec lui, mais pas maintenant, pas aujourd'hui. Viendra le moment où je lui parlerai de mes sentiments, mais pas tout de suite. En revanche, une phrase reste gravée dans ma mémoire, ce qu'il m'a dit lorsque nous étions encore seuls cet après-midi m'a vraiment touchée. « Tu es ce que j'ai de plus précieux », sa phrase est allée se nicher directement dans mon cœur.


Nous nous amusons vraiment bien tous les trois dans le parc d'attractions et après deux gaufres, une glace pour Jay, et quelques manèges, James nous invite à venir finir la journée chez lui.


– On peut y aller alors, je crois qu'on a fait le tour, intervient Ayden.

– Ouais, je crois aussi ! Bon alors, on se fait un Fifa ? s'exclame James, ravi.

– Carrément, mec !

– Allez, c'est parti, je lance.


On se retrouve tous les trois chez Jay et j'apprécie vraiment cette fin de journée. Je suis contente que Jay puisse passer du temps avec Ayden aussi. Ils s'entendent vraiment bien tous les deux. Je nous prépare de quoi grignoter dans la cuisine, et je les entends parler de Maria au loin. Pourtant lorsque je reviens vers eux, je les surprends à changer rapidement de sujet, comme pour m'éviter d'entendre parler d'elle. Je ne fais aucune remarque, n'ayant aucune envie d'aborder le sujet Maria aujourd'hui.

La seule raison pour laquelle je regrette qu'Ayden soit là, c'est parce que je ne peux pas embrasser Jay. Je me surprends à penser au fait que j'aimerais être dans ses bras, mais je me retiens de le faire puisque notre meilleur ami est ici et qu'il se sentirait bien de trop si nous commencions à nous rapprocher ainsi. Je n'ai pas envie qu'il le sache, pas aujourd'hui en tout cas.


***


Je viens de rentrer chez moi, épuisée par cette journée qui a été plutôt mouvementée. Je me couche dans mon lit, en repensant à notre baiser. Je dois dire qu'il ne m'a vraiment pas laissée indifférente. J'avais qu'une seule envie c'était de l'embrasser, encore et encore. Nous n'avons pu que nous faire un rapide bisou lorsque je suis partie parce qu'Ayden est resté jusqu'à très tard, et je suis donc partie en même temps que lui, pour éviter tout soupçons de sa part. Je branche mon téléphone à son chargeur, n'ayant plus que quelques pourcent de batterie. Au même moment, il vibre et m'indique l'arrivée d'un nouveau message. C'est James. Un long message pour me remercier pour tout ce que j'ai fait pour lui aujourd'hui. Je trouve ne pas avoir fait grand-chose, c'était simplement deux sorties, mais je suis ravie de savoir que ça lui a plu. On continue de s'envoyer des sms pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que l'heure m'indique trois heures du matin. Nous ne reparlons pas de ce matin, mais je sens que quelque chose a changé entre nous. Nous sommes plus ouverts, peut-être un peu plus séducteurs aussi. Du moins, il l'est. Je trouve sa façon de m'écrire totalement craquante et je ne peux pas résister à lui répondre. Malgré tout, il faut que je dorme parce qu'il se fait vraiment tard. Son message de bonne nuit me fait chaud au cœur. Ce que je ressens à cet instant n'est autre que du bonheur. Et c'est le cœur remplit d'amour que je tombe dans les bras de Morphée.

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant