Chapitre 14 - Anna

51 14 16
                                    

Le cours de madame Hodge est vraiment sans intérêt, on est censés apprendre l'anglais et elle nous fait simplement répéter des mots, sans but. J'ai vraiment très envie de dormir, c'est plus fort que moi, je somnole.

Mon téléphone vibre dans ma trousse. Oui je suis du genre à garder mon téléphone dans ma trousse pour vérifier l'heure, croyez-moi. Je tente un coup d'œil tout en gardant l'esprit en alerte autour de moi pour ne pas que la prof ne me voie.

« Hey, t'endors pas ! Mattéo m'a demandé de sortir avec lui, je fais quoi ? »

Je suis instantanément réveillée, comme si je n'avais jamais été fatiguée et soupire intérieurement. Nous nous sommes éloignées depuis quelques temps, mais ce message me fait espérer que je ne l'ai pas perdue définitivement et qu'il reste de l'espoir quant à notre amitié. Malgré ça, le contenu de son message m'exaspère au plus profond de moi.

Encore ce Mattéo. Mais quand est-ce qu'elle va comprendre qu'elle doit arrêter tout ça ?

Mon téléphone toujours dans la trousse, je tente de rédiger une réponse. Je commence le par déverrouiller et c'est alors que je n'ai rédigé que le début de mon message et la prof m'arrache la trousse de mes mains.

Merde.

Elle a débarqué en mode ninja, je ne l'ai pas entendu et je l'ai à peine vu qu'elle l'avait déjà en sa possession. Elle retire mon portable de la trousse et peut aisément lire le message qui s'affiche. Je prie de toutes mes forces pour qu'elle ne le lise pas à haute voix. Qu'elle ne partage pas ce message avec toute la classe. Non seulement Maria m'en voudrait, mais alors toute la classe serait au courant des agissements de Mattéo et surtout du fait que Maria ait besoin de mon conseil pour donner une réponse au mec en question. Bref, il faut à tout prix éviter ça.

Tout le monde retient son souffle en s'attendant à ce que madame Hodge ouvre la bouche, mais aucun son n'en sort.

Je ne tente aucun regard vers Maria de peur de me faire incendier rien qu'en la regardant. Après ce qui me semble être une éternité la prof verrouille mon téléphone et le pose sur son bureau, puis elle me rend ma trousse. Elle me toise mais ne dit toujours rien.

Au bout de longues minutes, elle reprend son cours non sans m'avoir demandé de venir à la fin de l'heure. Je suis soulagée parce que ce qui s'est passé aurait pu se transformer en règlement de compte.


À la fin de l'heure je récupère mon téléphone mais avec un avertissement et un topo de dix minutes sur l'utilisation du téléphone en classe, des réseaux sociaux et de l'impact des écrans sur notre sommeil. Autant vous dire qu'elle est partie loin dans sa réflexion. Je l'ai écouté jusqu'au bout, non sans avoir levé les yeux au ciel intérieurement un bon nombre de fois.


***


- Jay ?

Il se tourne pour me faire face.

- Ça te dit de venir chez moi après les cours ?

J'espère secrètement qu'il dise oui parce que j'aimerais vraiment passer la soirée avec lui, pouvoir regarder une série ou une émission ridicule juste pour passer le temps.

- Tu n'as pas encore vu Mint, mon chat ! j'ajoute avant de le laisser répondre.

- J'aimerais, vraiment je t'assure, j'aimerais venir chez toi et voir ton chat, il s'amuse.

- Mais ? Parce qu'il y a un mais, n'est-ce pas ? dis-je.

- Mais je peux pas. Je dois aller faire...des courses ce soir, continue-t-il hésitant.

Je ne sais pas s'il s'agit de sa véritable raison, ou bien peut-être qu'il a simplement envie d'être seul, ce que je peux comprendre, mais il pourrait me le dire au lieu de me mentir. Faire des courses ? C'est pas à lui de s'occuper de ça quand même.

- Oh d'accord, pas de soucis, une autre fois ?

- Mais oui ! Et puis on pourrait aller au ciné si tu veux ! me dit-il comme pour tenter de se rattraper.

- Ouais carrément !

- Je suis désolé, crois-moi, dit-il en plongeant ses yeux dans les miens.

Oh.


Je décide alors d'aller voir ma grand-mère qui habite à quelques rues de chez moi. Elle sera sans doute très heureuse de me voir à l'improviste, pour une fois.

Après avoir passé deux bonnes heures chez elle, lui avoir raconté à peu près tout ce qui se passe dans ma vie et après avoir vu trois albums photos que je regarde chaque fois que je viens chez elle, ma grand-mère me dépose une tasse de chocolat chaud qui est la bienvenue en cette fin d'après-midi.

Elle me demande de lui en dire plus sur James, mais je ne peux pas lui raconter grand-chose de plus que ce que je lui ai déjà dit. Elle me fait alors remarqué que je n'ai presque uniquement parlé de lui depuis que j'ai passé sa porte.

Cette soudaine prise de conscience me frappe de plein fouet lorsque je réalise qu'elle a raison. Mais bon, je parle également d'Ayden et ce n'est pas pour autant que... Non c'est juste qu'on passe la plupart de notre temps ensemble. Maria semble avoir trouvé en June et Lisa ses meilleures amies comme nous ne l'avons jamais été.

Je reçois un message sur mon téléphone :

« Désolé de ne pas être venu, on se fait ça quand tu veux. J'espère que tu m'en veux pas. »

Mais qu'il est mignon.

Est-ce que je viens vraiment de me dire ça en lisant son sms ?

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant