Chapitre 13

15K 739 33
                                    

PDV Nasim

Assis dans la banquette arrière avec Camilla dans mes bras, je ne pouvais me détacher de son visage enflé et des traces de fouets sur son corps.
Et le pire, elle ne se réveillait pas malgré mes efforts.

Moi : Dépêchez-vous ! ~ dis-je au chauffeur.

Le trajet fût extrêmement long à mon goût.
J'appelais Maria pour lui demander de préparer une chambre. Je contactais par la même occasion le docteur de la famille.
Je ne pouvais la ramener chez elle ni chez Martin, il n'y avait pas assez de sécurité. Mais dans la villa, si.

Arrivés, je la portais jusque dans la chambre suivie de Maria. Je la déposais sur le lit le plus doucement possible par peur de lui faire mal.

Maria : Mais que lui est-il arrivée ?

Moi : Elle a été battue ~ dis-je amèrement.

Maria : Pauvre enfant ! Elle doit prendre une douche pour nettoyer ses blessures et...

Moi : Je vais le faire ~ la coupais-je.

Maria : Quoi ? Me demanda-t-elle intriguée.

Moi : Je vais le faire ~ répétais-je.

Maria : Ce n'est pas ta femme voyons ! Respecte son intimité... Imagine qu'à son réveil, qu'elle apprenne que tu lui as donné son bain !

Moi : Tu as raison...

Maria : Je vais chercher le nécessaire, j'arrive.

Seuls, je passais une main sur son visage. Je jurais de tuer ce Jo de mes propres mains si on l'attrapait.
Elle respirait faiblement, ce qui m'inquiétait.

Maria revint et je l'aidais en portant Camilla dans la salle de bain.

Je préférais n'informer personne de la situation, du moins pour le moment. Sa santé et sa sécurité étaient les plus importants.

Je descendais au salon remplir mon estomac de café. Je n'avais aucune appétit.

Quand je l'avais dans mes bras, plusieurs émotions m'avais pris. J'étais joyeux et triste en même temps. Et j'avais cru que mes larmes couleraient.
Je n'osais pas imaginer ce qui serait arrivé si je n'avais pas retrouvé cette prison souterraine.

Maria : Ça y est ! ~ dit-elle en descendant les marches,

Moi : Merci ! Si le docteur arrive, dis-lui de monter.

Je rentrais dans la chambre et un sourire étira mes lèvres quand je constatais que Maria l'avait habillée d'un de mes t-shirt et d'un pantalon en pyjama.

Toute trace de sang séché avait disparu. Mais les rougeurs de ceinture étaient encore bien visibles et sa joue enflée qui rendait désormais son œil gauche minime.

Quelques minutes après, le docteur entra enfin avec une infirmière.

Henri : Bonjour Nasim !

Moi : Bonjour Henri ! Merci d'être venu aussi rapidement.

Henri : Tout le plaisir est pour moi.

Ils lancèrent des regards peinés à Camilla.

Henri : Pouvez-vous sortir svp ? Je dois l'examiner.

Je patientais des minutes interminables dans mon bureau avant qu'Henri ne vienne.

Moi : Alors comment va-t-elle ?

Henri : Bien si on peut dire. Son kidnappeur lui a injecté une dose de drogue. Elle devrait normalement se réveiller demain.

Moi : Demain ??

Mon BodyguardOù les histoires vivent. Découvrez maintenant