CHAPITRE 10

1.4K 110 9

C'était comme s l'on était poussé à travers un ballon. C'était cette impression forte et immédiate que Louis ressentit quand Harry les téléporta depuis la caverne fantastique. C'était inconfortable, mais pas de manière excessive. Le sentiment d'être étiré, poussé et tiré s'intensifia cependant d'avantage. Au moment précis où il pensa dire quelque chose, ils sortirent de l'espèce de bulle d'espace-temps dans laquelle ils avaient été, et Louis sentit Harry le stabiliser avec une poigne solide tandis que le monde redevenait solide sous ses pieds.

Il remarqua immédiatement la foule de gens serrés les uns contre les autres. Tout autour de lui, des docteurs, des infirmières et quelques policiers, certains en uniforme et d'autres en civil, figèrent sur place. Certains d'entre eux laissèrent tomber les fichiers ou les dossiers qu'ils portaient. L'un deux lâcha sa tasse de café qui aller éclater contre le plancher ciré et désinfecté, et un ou deux titubèrent en s'immobilisant sur-le-champ.

Louis expira d'un souffle chancelant en voyant ce calme et cet immobilisme soudain devant ses yeux et jeta un coup d'oeil autour de lui. Il reconnut son environnement immédiatement. Ils étaient dans un hôpital, fort probablement sous terre. Les uniformes médicaux, l'absence de fenêtres et les lumières halogènes très brillante donnaient cette impression.

Environ deux douzaines de personnes se trouvaient dans le corridor achalandé. Il y avait deux ascenseurs ainsi qu'une porte menant à une cage d'escalier d'un côté et deux portes battante en métal au bout du long corridor.

Il y avait deux autres hommes dans la pièce à part des docteurs et des autres agents. Ils se trouvaient à côté de Harry et était presque aussi grand et aussi beau que lui. C'était peut-être une autre illusion et peut-être qu'il rêvait vraiment, mais Louis sembla reconnaître que ces hommes étaient plus que des humains. Il éprouva un nouvel élan rapide de ressentiment ; pendant 30 ans, le monde surnaturel s'était dissimulé à ses yeux, peu importe avec quelle intensité il s'était répandu en injure contre la réalité. Et là, en l'espace d'une nuit, ils apparaissaient tous en force.

Son ressentiment était toutefois dominé par le sentiment de danger qui s'empara de Louis quand il vit toute la scène.

Un des hommes non humains avait des cheveux bruns courts et des yeux brun de chiot. L'autre avait des cheveux châtains et des yeux verts. Leurs yeux étaient perçants et saisissants, du genre aimable qui plaisait immédiatement aux agents et qui transformaient les vedettes d'Hollywood en légendes.

Louis absorba ces impressions très rapidement puis il se tourna de nouveau vers les docteurs, ls infirmières et les policiers dans le corridor. Ils fixaient tous Harry du regard, leurs yeux bien grands et leurs mâchoires ouvertes.

Naturellement, Louis leva aussi les yeux vers lui. Les yeux intenses d'Harry rougeoyaient maintenant comme des feux rouges. Louis inhala brusquement. Cette image inattendue était plus qu'étrange et vint le remplir d'une appréhension soudaine et renouvelée.

Le reste du monde s'estompa tandis que le visage de l'homme le plus beau qu'il avait jamais vu lui apparut nettement. Tout ce qu'il avait «appris» au cours des dernières heures se répéta en boucle dans sa tête et Louis eut une épiphanie.

Ce n'est pas un rêve, pensa-t-il. Il est vraiment un vampire.

—Lou, restez près de moi, commanda-t-il doucement.

Il prononça alors un ensemble de mots mystérieux et étrange, et Louis ressentit ce qui pourrait seulement être décrit comme étant une ondulation dans l'air. Il se retourna pour regarder la scène dans un silence abasourdi alors que les gens dans le corridor se redressait tous presque en même temps. Leurs mains tombèrent sur le côté de leurs corps et ils fixaient le vide devant eux.

Le Roi Vampire [L.S]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !