CHAPITRE 8

1.2K 115 8

Harry avait lu tous ses romans, de sorte qu'il savait que le vampire était son personnage littéraire de prédilection. En cours de lecture, l'idée qu'il aime les vampires l'avait rempli d'un mélange de fierté et d'espoir. Ces sentiments avaient été intéressant, intrigants, et quelque peu amusants. Il était toutefois totalement passé à côté de quelque chose et il n'y avait pas réfléchi davantage. Cette chose était qu'il y avait peut-être une raison pour cette fascination qui était la sienne.

Ses descriptions des émotions d'un vampire et de ses difficultés et tourments intérieurs étaient étonnamment futées. Il l'avait attribué aux capacités d'un bon auteur, mais il semblait comprendre des choses à propos des vampires qu'un humain ne devrait pas savoir, comme leur appétit, leurs fortes envies et leur solitude suprême.

Maintenant, tandis qu'il baissait son regard vers sa petite silhouette précieuse et qu'il voyait le désespoir dans ses yeux presque rayonnants, il n'avait pas d'autre choix que de croire qu'il y avait quelque chose de plus. Ce qu'il ressentait à propos de lui était étrange et il en avait été ainsi depuis qu'il l'avait vu dans ses rêves. Il se sentait obsédé, péniblement et désespérément intéressé. Et c'était ce que Louis avait ressenti envers sa race pour la majeure partie de sa vie.

Désespérément intéressé.

Il y avait une raison pour laquelle ces choses se produisaient. Il y avait une raison pour laquelle il était qui il était et avait fait ce qu'il avait fait avec sa vie. Il y avait une raison pour laquelle il ne pouvait littéralement pas ne pas penser à lui pendant plus d'un seconde et qu'il ne voulait plus le quitter pour rien au monde.

C'était tout simplement évident, tant dans le fait qu'il ne pouvait plus le dominer que dans ses qualités surnaturelles qui grandissaient dans sa petite silhouette. Louis William Tomlinson avait vécu la vie d'un être humain pendant 30 ans, mais il n'était pas humain. Pas complètement.

Il semblait le fixer du regard depuis toujours et il n'avait aucune idée de ce à quoi il pouvait bien penser. Finalement, il répéta ses paroles, et son ton fut énigmatique.

— Un vampire.

Harry ne put qu'hocher la tête, à une seule reprise.

— Prouvez-le-moi, exigea-t-il tandis que son regard glissait sur ses lèvres.

Il savait ce qu'il demandait. C'était ce que n'importe qui demanderait. Les canines d'un vampire étaient essentielles. Il les laissa s'allonger complètement puis il les lui montra, tout en observant en tout temps ses réactions avec les yeux perçants d'un faucon, craignant le pire.

Louis regarda ses canines, son expression demeurant mystérieuse. Il le vit déglutir avec difficulté, ce qui était normalement un signe de crainte. Il ne tenta cependant pas de reculer et ne montra aucune preuve lui permettant de croire à un sentiment de terreur croissante. Il croisa plutôt son regard et lui posa une question.

— Allez-vous me tuez, Harry ?

Harry éprouva un moment horrifié d'incrédulité. Il ouvrit la bouche pour répondre, mais il continua avant qu'il ne puisse le faire.

— Parce qu'il n'est pas très logique de me sauver la vie à deux reprises simplement pour me tuer.

De nouveau, Harry ouvrit la bouche pour répondre et il l'interrompit une fois de plus.

— Et je dois vous dire que cela détruirait complètement l'image que j'ai de vous s'il fallait que vous perdiez la tête et commenciez à m'arracher les membres un par un.

Le ton de sa voix venait de s'élever de nouveau, lui permettant de détecter une fois de plus la peur qu'il était certain d'avoir détecté.

C'était maintenant évident pour Harry qu'il continuait à parler ainsi parce qu'il allait peur de ce qu'il allait lui dire. Il voulait savoir s'il allait le tuer, et il ne voulait pas vraiment le savoir en même temps.

Le Roi Vampire [L.S]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !