CHAPITRE 4

2.1K 154 19

Louis poussa un soupir de frustration. Il était assis au même endroit depuis au moins cinq minutes, ses doigts posés sur le clavier. Il ne mettait jamais autant de temps à trouver ce qu'il voulait écrire. Les mots étaient là, nageant dans son esprit, mais aucun d'eux ne daignait s'associer aux autres correctement. Tout cela était absurde. 

Le fait qu'un trio d'adolescents à la table d'à côté ne cessait de décrire d'une voix très forte le carnage contenu dans un certain film d'horreur dans ses moindres détails n'aidait pas. C'était distrayant, C'était le moins qu'on puisse dire. Mais ce n'était pas seulement ça.

Les mots dans sa tête ne collaboraient pas en grande partie parce qu'au cours des deux derniers jours, sa vie avait ressemblé à un flou étrange. Il ne consommait ni alcool ni drogues récréatives, mais il aurait pu jurer que ce dont il avait souffert s'apparentait à une forme d'amnésie. 

Il se souvenait d'avoir traversé un terrain de stationnement en direction d'une épicerie puis il s'était réveiller dans son lit, comme d'habitude, le corps chaud, à l'aise et un peu plus endormi qu'à la normale. Il ne pouvait pas s'empêcher de se demander si les événements de la nuit dernière n'avaient pas été un rêve. Les rêves n'avaient pas toujours de fin. Cela aurait un certain sens.

Mais depuis lors, il avait éprouvé de brefs souvenirs de certaines choses. C'est comme s'il s'agissait de petits bouts d'une bobine de film séparés du reste du film et qui étaient mis en lumière pour une seule seconde. Il voyait des chevaux, ou du moins, il les sentait et les entendait. Il y avait du vent. Des lumières des fêtes.

Et un homme.

Louis ferma ses yeux pour un instant, prit une longue inspiration chancelante puis s'adossa dans sa chaise en laissant tomber ses bras. L'homme était tout ce qu'il désirait.

Louis avait toujours des rêves précis. Certains de ces rêves contenaient des hommes, des hommes si charismatique qu'ils avaient obtenu des places spéciales dans ses histoires et ses livres. Des séries entières avaient été imaginées autour d'eux.

Il n'avait cependant jamais rêver d'un homme comme lui. Il était pour ainsi dire littéralement inconcevable. Il n'aurait jamais pu l'imaginer. Le plus frustrant de tout était que malgré le fait que cet homme soit le personnage le plus puissant qu'il avait vu dans un rêve, il ne semblait pas être en mesure de trouver le bon moyen de lui donner vie. Il voulait désespérément se servir de lui dans ses écrits, mais on aurait plutôt dit que c'était lui qui l'utilisait.

— Non, mec, la merde sortait de sa bouche à ce moment-là parce que sa gorge avait été cousue à même le gars et son...

Eh merde, pensa furieusement Louis. Il n'avait jamais été tenté de dire à quelqu'un de se taire. C'était une chance pour les garçons derrière lui qu'il n'y ait aucun enfant dans les environs, car ils auraient offert à Louis l'excuse dont il avait besoin pour se montrer méchant.

Il respira à fond et ferma ses yeux. Il le revit presque aussitôt. Ce n'était qu'une vision furtive, mais elle était si puissante et omniprésente qu'il avait honnêtement l'impression qu'il était là en train de le regarder.

Si je pouvais transposer quelqu'un comme lui sur papier, je vendrais comme Malcom Cole, pensa-t-il. L'auteur de romans à sensations fortes Malcom Cole dominait la liste de best-sellers du New York Times depuis des années et le ferait encore probablement des années à venir. Ses descriptions des gens et des lieux avaient une telle profondeur et étaient si tridimensionnelles que c'était comme s'il en avait fait lui-même l'expérience. Louis donnerait à peu près n'importe quoi pour être aussi doué que lui. Aussi couronné de succès qu'il l'était.

Le Roi Vampire [L.S]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !