Chapitre 43

112 14 4

Le vent commence a souffler un peu plus fort et je frissonne. 

Moi: Dites, Érika... j'ai vraiment envie de savoir, quel est votre pouvoir? J'ai vu que vous aviez l'air... puissante.

Elle pose sa main sur sa poitrine en riant.

Érika: Moi? Je n'ai aucun pouvoir mon grand. Je suis simplement l'alpha de ma meute, tout le monde me respecte.

J'hoche la tête lentement, un peu gêné.

Moi: Et... quelqu'un ici a quelque chose de spécial?

Érika: Non, aucun, nous sommes de pures loup-garou.

Elle m'adresse un clin d'œil. Je continue d'observer le comportement de Nathan avec Tina.

Moi: Vous n'avez pas d'âme sœur? Qui est le père de Benji?

Sa main entre une énième fois en contact avec mon épaule et son rire résonne dans mes oreilles.

Érika: Angelo, tu es bien trop curieux.

Moi: Pardon... Bon, je pense qu'il est temps d'y aller.

Je la serre un dernière fois dans mes bras et ce que je redoutais arrive. Nathan ne bouge pas d'un poil. Je m'approche de lui lentement, regardant Tina du coin de l'œil.

Moi: Nathan, tu restes ici?

Je peine à avaler ma salive, de peur d'entendre ce que je ne veux pas entendre. Éden reste derrière mais je sens qu'il veut intervenir et pousser son frère à partir. Finalement, contre toute attente, c'est Tina qui me répond après s'être transformée.

Je reste bloqué un moment sur sa longue chevelure rousse éclatante au levé du jour, le soleil la rendant brillante et le vent soulevant son doux parfum. Ses taches de rousseurs m'interpellent également, mais ce sont sur ses yeux verts que je reste bouche bée. 

Ils ont tous les yeux verts ou quoi?

 Je regarde Nathan, qui la vois lui aussi pour la première fois. Pourtant c'est bien moi qu'elle fixe.

Tina: Salut. Écoute, j'suis désolée pour hier, mais quand j'ai senti que Nathan commençait à bouillir, il a fallut que je le protège.

Elle tend son poing, que je tape en retour en guise de check. Je m'éclaircie la voix avant de lui répondre.

Moi: Je comprends.

J'attrape les manches de mon sac et me mords légèrement la lèvre, un peu stressé. Nathan reste fixé sur Tina, ce qui rend l'atmosphère lourd. Érika me regarde en levant les sourcils, l'ambiance est bizarre.

Moi: Bon, alors... comment ça se passe là au juste?

Érika: Pourquoi ne pas rester encore quelques heures?

Je relâche mes bras le long de mon corps, désespéré.

Moi: En fait, le temps est vraiment compté pour Naamah, j'ai peur qu'il lui arrive quelque chose, ou qu'il soit même déjà trop tard... Pourtant, je ne doute pas de ses capacités.

Nathan baisse la tête. Je ressens comme son cœur bats terriblement vite.

Eden: Oh mon gars dis quelque chose bordel!

Il s'approche de Nathan pour le secouer. Tina fronce les sourcils et je vois ses biceps se contracter.

Elle a l'air forte, je ressens plus de peur en la voyant plutôt que d'être nez à nez avec ce Benji.

Je tends les bras pour les séparer.

Moi: Bon ok, alors on se détends et on réfléchit. Surtout, on parle sérieux.

Je pose mon sac à mes pieds et croise les bras sur ma poitrine.

Moi: Nathan, je n'attendrais pas, je veux retrouver Naamah.

Nathan: Je viens uniquement si Tina me suis.

Érika et Tina se dévisagent. La tension monte d'un cran.

Érika: Notre meute est déjà assez faible, si elle part nous le seront encore plus.

Tina s'approche de nous et son odeur est encore plus forte dans mes narines.

Tina: Érika, avec l'aide qu'on a reçu, la meute reprendra vite des forces.

Érika fronce les sourcils et ses yeux changent de couleur.

Érika: Si jamais il nous arrivait quelque chose, Tina... Tu serais l'unique responsable.

Malgré son jeune âge et la puissance d'Érika, elle rétorque.

Tina: J'ai besoin d'être aux côtés de Nathan. Vous y arriverez sans moi, Benji est bien assez puissant.

Sa révélation me laisse perplexe et une goutte de sueur parcours mon dos.

Et si Benji était vraiment si puissant?

Érika: Comme tu voudras.

Sans montrer une émotion, Érika nous adresse un signe de la main et retourne vers son repaire. Sur le moment, je reste immobile, ne sachant pas si c'est bien le moment de partir. Eden me secoue pour me sortir de ma rêvasserie.

Eden: Ok, on y va.

J'attrape mon sac au vol et nous nous mettons en route. Un bruit de pas retiens pour attention et je me retourne sur un Benji énervé.

Benji: Une minute! Tina, tu restes ici.

Elle se retourne en se plaçant devant Nathan, comme un réflexe.

J'ai vraiment pas besoin d'un combat avant de prendre la route.

Tina: Je pense que j'ai aucun ordre à recevoir de toi.

Il s'approche d'elle pour la forcer à la suivre, lui agrippant le bras. Nathan la retient et s'interpose immédiatement. Je me transforme, le menaçant de mes crocs, mais cela ne semble pas du tout l'effrayer. Tina se débat et Nathan lance son poing sur la joue de Benji qui lui rend avec une puissance hallucinante. Nathan tombe au sol en se tenant la tête et Eden vole à son secours. Tina se transforme à son tour et je fonce sur Benji qui se transforme également, les muscles gonflés à bloc. Ses crocs se plantent dans mon cou mais avant que je ne puisse atteindre ses côtes avec mes griffes, Tina me plaque au sol. Je redeviens humain, complètement enragé.

Moi: Qu'est-ce que tu fous putain?

Érika se glisse derrière Benji et l'attrape par l'échine. Ses yeux sont plus rouges que jamais. Il redevient humain lui aussi et Tina fait de même.

Moi: C'est lui qui a commencé !

Érika: Benji, calme toi tout de suite.

Tina: Je ne l'ai pas touché!

Elle joint ses mains comme pour prier. Personne ne doit avoir le droit de toucher Benji, je suppose. Elle lui murmure quelque chose à l'oreille, que même mon ouïe ne parvient pas à entendre. Tina hoche la tête puis se retourne pour prendre la main de Nathan.

Érika: Allez-y, bon voyage.

Je retrousse mes manches, encore brûlant de colère. Benji me fixe, les membres tremblants, certainement pour la même raison.

J'aurais vraiment aimer lui mettre sa raclée.

Benji: Quand vous serez de retour, je me ferais une joie de vous défoncer un par un.

Érika le colle une claque derrière la tête, qui le fait fermer son claper.

Érika: Nous n'avons pas besoin d'ennemi, Benji! Il ne vous fera rien, allez-y maintenant.

Moi: Désolé Érika, mais il faudra qu'on règle ça en revenant, et crois moi Benji, tu n'oublieras jamais le goût de ton sang.

Je m'approche mais Érika nous tient éloignés.

Érika: Angelo...

Moi: Tu te souviendras de moi, je te le promets.

Sur mes dernières paroles, il me crache au visage. Cette fois Érika lui tranche le bras légèrement avec ses griffes.

Érika: TU PARS!

J'attrape mon sac, puis cette fois, je ne me retourne pas.

Contrat avec le surnaturel - TOME 2Lisez cette histoire GRATUITEMENT !