Chapitre 17

815 74 5

Chapitre 17

Nous nous collons dos à dos sans plus tarder. Le coeur qui s'accélère et les muscles contractés, nous observons la pénombre en attendant un quelconque mouvement de sa part.

Bordel, montre toi!

Je décide de me transformer en premier mais je suis vite copié par Eden et Nathan. Le stresse monte et nos crocs sont de sortie. Elle apparaît soudain devant Eden, sous sa forme de créature, en tant que Kimo. Le feu qui la traverse est vraiment impressionnant et nous restons figé sur place, tétanisés. Je me reprend et mon instinct me pousse à réagir vite. Je lui saute dessus mais je me brûle quand mon poil rentre en contact avec le sien. Au même moment, elle rabat sa queue encore plus enflammée sur moi, je n'ai jamais autant souffert de toute ma vie. Son grognement résonne ainsi que mon hurlement. C'est sur, j'ai alerté tout le monde. Les jumeaux essayent de l'arrêter en la poussant, elle me libère enfin et je tombe au sol, immobile et fumant. Je suis brûlé sur toute la partie droite, de mon épaule jusqu'à mon arrière train et ma patte avant est carbonisée.

Je ne peux pas les laisser se sacrifier, quelqu'un... s'il vous plaît...

Dans mon champs de vision, je peux apercevoir les jumeaux avancer à tâtons pendant qu'elle s'approche d'eux d'un pas ferme. Peu à peu, mes sens ne réagissent plus, je suis faible, je crois que je vais m'endormir. Pourtant, il me reste un espoir, je tiens tellement à ces deux là que je puise dans ce qu'il me reste de force pour me relever. Les brûlures commencent à cicatriser mais en vain, je ne tiens pas debout, je retombe de plus belle. Avant qu'elle ne puisse toucher Eden avec sa queue, elle est projetée vivement contre un arbre. Je ne sais pas qui a fait ça, je ne vois plus rien, tout est flou à présent.

*******

???: Angelo!... Angelo!

J'essaie d'ouvrir les yeux, je sens mon bras engourdi, du moins ma patte. Je suis toujours sous forme de loup et je me rend compte qu'il fait toujours nuit. J'ai du m'évanouir seulement quelques minutes après ce qu'il s'est passé. Une main caresse mon poil pendant que je regarde au loin, Hannah, couchée au sol et toujours contre l'arbre. Mon corps me brûle, surtout ma patte, je ne suis pas encore guéri? Devant moi, Eden et Nathan, intactes, s'approchent de moi. Je les vois dans mon champs de vision. En tournant lentement la tête, j'aperçois un corps féminin près de moi, mais je ne peux pas tourner assez la tête pour voir son visage. Elle me soigne, je crois.

???: Ça va aller... vite... aidez moi.

Mais qui parle? J'entend à moitié.

Nathan: Il va...

???: Oui... maintenant... partir...

De quoi ils parlent? Qui est ici avec nous?

Je sens quelque chose se glisser sous mon poil, mais je n'arrive pas à bouger. Quelqu'un passe sous moi, Eden? Nathan? Il se transforme et je suis maintenant sur son dos, je crois qu'il veulent me transporter dans un endroit plus en sécurité.

*******

Nous sommes arrivés. Où? Eh bien, près de la rivière, à l'endroit où sont regroupés les chevaux. Je reprend peu à peu mes esprits et la douleur se dissipe malgré mon impuissance à bouger ma patte droite. Dans un dernier effort, je redeviens humain et mon bras reste toujours immobile mais les marques de brûlures n'y sont pas.

Moi: Qu'est ce que... Eden? Nathan? Où est l'autre personne?

Nathan: Nous étions seuls, tu as dû délirer.

Moi: Non! Non... je l'ai vu percuter Hannah.

Eden: Hannah? La blonde s'appelle Hannah?

Moi: Oui... oui c'est ça. Nathan, aide moi à me lever.

Nathan: Ta mère à appeler trois fois, j'ai pas répondu... mec on est dans la merde.

Moi: C'était Naamah?

Un long silence fait siffler mes oreilles. Bien évidemment que c'était elle. Pourquoi me le cacher?

Nathan: Elle nous a sauver puis elle est repartie, elle t'as fais quelque chose mais, je sais pas quoi. Elle a soigner ton côté droit mais ta patte a été trop endommagée. En plus, on devait partir vite avant que l'autre ne se réveille.

Il m'aide à me redresser et je titube légèrement en me tenant le bras.

Moi: Comment elle a fait pour la pulvériser aussi violemment?

Eden: On a pas eu le temps de la voir faire, on a juste vu le loup en feu s'immobiliser et nous regarder. Elle faisait plus rien, juste figé comme ça et d'un coup... bam... Naamah lui a foncé dessus.

Moi: Son pouvoir... elle l'a manipuler avant de lui foncer dedans...

Nathan: Elle est vraiment forte, mais Hannah aussi. Elle se déplace rapidement et son feu est vraiment un très grand pouvoir, on aurait perdu face à elle si Naamah ne se serait pas pointée.

Eden: On devrait rentrer.

Moi: Qu'est ce que je vais dire à mes parents?

Nathan: Il faut leur dire la vérité! Que nous avons été attaqué.

Moi: Et ils vont se dire quoi, quand ils vont voir que vous n'avez rien? Qu'on s'en est sortis face à cette puissance phénoménale?

Eden: Écoute mon frère, il a raison, toujours.

Je souffle en fermant les yeux. Il a raison, rentrons et laissons les choses se faire.

Je suis maintenant dans mon lit, les yeux rivés sur le plafond et le bras endolori posé sur un coussin. J'y ai échappé de peu, heureusement que Naamah est venue. En rentrant, mes parents étaient déjà endormis et ne semblaient pas si inquiets. Ma mère a du se dire que j'étais en colère contre elle et que je ne lui répondrais pas, si elle savait.
Un bruit provenant de la fenêtre me fait sursauter. Une ombre entre à l'intérieur. Les yeux bleus me rassurent, c'est Naamah. Sans dire un mot elle s'assoit sur mon lit en posant sa main délicatement sur la mienne. Une chaleur brûle maintenant en moi, bon... pas comme tout à l'heure! Mais c'est une douce chaleur, une chaleur réconfortante, un sentiment de sécurité.

La honte! Si j'avais su qu'un jour je serais sauvé par une gonzesse!

Moi: Merci.

Naamah: C'est normal.

Elle pose à présent sa tête contre mon torse et respire fortement.

Naamah: Désolé.

Moi: C'est rien! T'y es pour rien!

Naamah: Elle a découvert que je la manipule, j'espère qu'elle ne me dénoncera pas. J'ai effacé sa mémoire pendant trois heures, je n'ai plus de force, plus de pouvoir jusqu'à demain.

Moi: Ne t'inquiète pas, ton chef ne doutera jamais de toi, tu l'as dis non?

Naamah: Oui... je l'ai dis.

Moi: Merci.

Naamah: Encore? Mais pourquoi?

Moi: Merci de me rendre comme ça.

Naamah: Comment?

Moi: Gentil et doux.

Contrat avec le surnaturel - TOME 2Lisez cette histoire GRATUITEMENT !