CHAPITRE 39 RIEN NE VAUT LA FAMILLE

13.8K 1.8K 101
                                    


************ Kadia *****************

Je me doutais qu'elle réagirait mal mais j'avais toujours dans l'espoir qu'elle soit heureuse de me voir et que même si elle ne voulait pas l'admettre, son visage trahisse une quelconque émotion en ce sens.

Désillusion?

On pouvait appeler ça comme ça.

Ce sentiment que j'ai éprouvé quand je l'ai vue ramasser ses affaires sans un sentiment et vouloir quitter la pièce.

Voilà ce que j'ai ressenti au point de vouloir m'en aller de dépit avant que Salif ne la retienne et lui dise quelque chose qui l'avait sans nul doute fait changer d'avis.

- qu'est ce que tu peux bien avoir à me dire?

sa question était accompagnée d’un regard froid, insensible et indifferent.

Je ne pus que sourire en voyant Salif quitter la pièce nous laisser seules.

- on peut s'asseoir?

Sans me répondre, elle se dirigea sur le canapé et s'y installa malgré elle, cela se voyait clairement.

A mon tour, je m'asseyais et passais la main sur un faux pli de ma robe avant de relever la tête, prête à faire ce pour quoi j'étais venue, qu'elle le veuille ou non à savoir sortir tout ce que j'avais sur le coeur.

- merci de m'accorder quelques minutes de ton temps si précieux.

Elle haussa un sourcil percevant le ton ironique dans ma voix.

- Aisha, j'ai fait beaucoup beaucoup d'erreurs et je vais commencer par reconnaitre mes torts avant toute chose. Tu m'en veux pour t'avoir caché ce qui se passait dans ma vie ces derniers mois et je m'en excuse profondément. J'ai voulu te parler des dizaines de fois et le jour où j'en ai enfin eu l'occasion, la présence d'Omar et de son fils ici même chez toi m'en a empêché alors qu'on était à deux doigts de foutre en l'air notre ...mariage.

Elle me regardait choquée avant de secouer la tête comme si elle n'y croyait pas et ses paroles me le confirmèrent

- mariage. Je ne peux même pas croire ce que je suis en train d'entendre. Toi et Omar?

- quand je n'ai plus pu le cacher, je t'ai avoué que je l'aimais. Une seule personne au monde le savait et c'était toi! Les raisons de mon départ, tu les connais, ce n'est pas nécessaire d'y revenir mais ce que tu ignores, c'est tout ce qui s'est passé ensuite. Omar m'a sauvé de moi-même! Il m'a sauvé de la justice et il m'a protégée! Oui je l'aimais et je vais te raconter tout ce qu'il a fait pour me rendre encore plus amoureuse de lui et pourquoi malgré la honte que j'éprouve en repensant à mes actes, je vais tout te dire, comme je l'ai toujours fait.

Les yeux écarquillés, Aisha ne pouvait qu'écouter tout ce que sa cousine lui relatait depuis cette soirée où elle avait quitté sa maison pour se rendre dans un hôtel, perdue, malheureuse et pleine de rancoeur.

Elle n'omit aucun détail de sa vie depuis, de sa rencontre avec ses amies "spéciales", de sa réputation toute faite à Abidjan et de ses sentiments grandissant envers cet homme qu'elle avait aimé dès le premier regard.

                   **************

Aisha écoutait et pour une fois entendait, le coeur battant.

Kadia, la tête froide continua son récit sans se démonter malgré les réactions scandalisées de sa cousine par moments et en arriva jusqu'à ce jour de son retour à Dakar.

- voilà, tu sais tout et comme je te l'ai dit, je ne t'ai rien caché, absolument rien!

Aisha semblait pétrifiée et ne prononçait plus aucun mot avant de se ressaisir et de lever les yeux vers Kadia.

INTERDITOù les histoires vivent. Découvrez maintenant