CHAPITRE 15 RETOUR AU BERCAIL

12.5K 1.8K 90
                                    


*************** Kadia ***************

Les bruits environnants me parvenaient de loin, de très loin.

Le demi sommeil dans lequel j'etais plongée me rendait bizarre, comme si je ne vivais pas réellement la scène.

Et pourtant....

J'ouvrais les yeux doucement et retrouvais les couleurs de la pièce telles que je les ai laissées hier.

Ma première nuit à Dakar venait de se terminer et je me reveillais au gré des sons extérieurs.

J'y suis vraiment.

Je suis réellement de retour.

Me tirant doucement du lit, je me rendais dans la salle de bain pour prendre une douche afin d'éclaircir mes idées.

Une fois ceci fait, les habits que j'avais soigneusement rangé dans l'armoire hier furent inspectés et je choisissais alors une tenue décontractée d'intérieur.

Je ne sais même pas d'où m'est venue la force hier soir de déballer ma valise et de ranger mes affaires.

Certainement un besoin de penser à autre chose, de m'occuper malgré la fatigue et ne pas analyser les paroles de ma mère qui me mettaient face à la réalité.

A ce que nous avions fait.....

Comment les personnes autour de nous vont- elle reagir face à cette nouvelle?

Je soupirais un bon coup, me demandant maintenant que j'étais douchée et habillée, ce que je comptais faire de ma journée.

Rester assise sur ce lit, gardant la porte de la chambre close ne changera rien.

Le pire, c'est que je savais exactement ce que j'avais à faire.

Je mettais alors mes chaussures, saisissais mon sac à main et sortis de la pièce.

Dès que je posais le pied dehors, ma mère m'accueillit avec un énorme sourire en venant à ma rencontre.

- t'es reveillée mon coeur? Je voulais te laisser dormir me dit- elle en me serrant dans ses bras et me planta une bise sonore sur la joue.

J'arrivais juste à esquisser un sourire

- tu as bien dormi? Allez viens, j'ai préparé un bon petit déjeuner en t'attendant.

Elle me prit le bras, me guida jusqu'à la table à manger qui était tellement garnie qu'il suffirait juste de poser les yeux dessus pour être rassasié.

- euh... tu attends quelqu'un?

- non, c'est juste toi et moi. J'en ai trop fait c'est ça?

- je crois bien que oui

- que veux- tu? Tu n'as plus que la peau sur les os, regarde toi, on dirait que tu n'as rien mangé depuis des mois.

Ok. J'ai un peu maigri certes mais ces derniers temps, je reprenais du poids mais bon....laissons la faire.

- tu exagères un peu non?

- peut être mais assieds toi et mange stp. D'ailleurs où comptes- tu aller comme ça?

- je dois sortir ....

- pour aller où? Tu viens juste d'arriver! pas avant d'avoir mangé en tout cas.

Elle avança la chaise en guise de signe pour que je m'asseye.

Je dois avouer que je n'avais pas vraiment envie d'avaler quoique ce soit, ayant trop de choses en tête mais ne voulant pas la vexer vu les efforts qu'elle avait fait, je prenais place et me servis des oeufs sur le plat et du pain.

INTERDITOù les histoires vivent. Découvrez maintenant