CHAPITRE 17 RETROUVAILLES 2/2

13.5K 1.7K 63
                                    

La voiture roulait à toute vitesse au plus grand bonheur de kadia.

La musique donnait un air de fête à cet instant que pour rien au monde elle ne voudrait manquer.

Elle était tellement excitée qu'elle ne tenait pas en place.

Dans ses rêves les plus fous, elle ne pouvait imaginer que ce jour arriverait.

Se tournant vers l'homme qui était assis à ses côtés, elle osait se le dire

" son homme"

Oui, il était désormais à elle.

Sans s'en rendre compte, elle le fixait sans retenue suivant toutes les lignes de son visage si parfait à ses yeux.

Ses lunettes de soleil lui donnait un air mystérieux qui la faisait carrément craquer.

- Kadia je te vois dé, bouma diekhal nak bébé dengua?

( je te vois tu sais? ne me mange pas, c'est tout ce que je demande)

Elle se cacha le visage entre les mains en rigolant tandis qu'il lui jetait un coup d'oeil en rigolant

- Aye omar kou la bayi tu me dis ça?

( omar comment tu peux oser me dire ça?)

- ah lo beugue ma wakhla? Depuis sank khefo

( que veux-tu que je te dise? depuis tout à l'heure, tu ne sourcilles même pas !)

- tu es grave! Je te signale que tu regardes la route et tu ne sais pas ce que je fais

- mais je te surveille du coin de l'oeil

Ils rigolèrent ensemble et Omar regarda sa montre avant de lancer un appel.

La sonnerie emplit l'habitacle et bientôt une voix retentit

- salut beau gosse, c'est maintenant que vous appelez?

- ahhhhhhhhhhhhh par le cri strident que poussa Kadia

Omar faillit avoir le tympan crevé.

Il observait sa femme qui devenait toujours une autre personne en compagnie de ses deux amies.

Toute sa timidité s'envolait comme par magie et ce constraste le saisissait.

Il se concentra sur la route et les laissa papoter.

S'arretant dans une station service, il prit des trucs à grignoter et à boire.

Cette petite escapade, il la prenait comme un répit.

Arrêter de cogiter.

Cesser de se torturer l'esprit.

Profiter d'être avec elle.

Essayer de déchiffrer ce qu'il ressentait exactement pour elle.

Ils faisaient peut etre les choses à l'envers mais ils se sentaient bien ensemble et pour le moment c'est tout ce qui comptait.

Elle était toujours au téléphone mais prit congé des filles quand il pénétra dans la voiture.

- tu comptes me dire où on va?

- reste assise et attachée, c'est tout ce que je te demande

- tu savais qu'un de mes plus vilains défaut c'est la curiosité?

- c'est bon à savoir

- chéri, arrête de me torturer stp

Omar se tourna lentement vers elle et mit ses lunettes au dessus de sa tête pour mieux la scruter

INTERDITOù les histoires vivent. Découvrez maintenant