Chapitre 22 Je crois que c'est le vœu que nous formons tous.

25 4 10

Sterenn

Non !!! pas le réveil ! pas déjà !

J'ai dû m'endormir au-delà des deux heures du matin et mon sommeil a été peuplé de rêves.

J'y ai croisé le calme d'un oncle, la voix riante d'une cousine, le sourire doux d'un cousin, des montagnes de dossiers et une elfe aux yeux verts.

Avec tout ça, il n'est pas étonnant que j'aie eu du mal à trouver le repos. Mais il est déjà six heures vingt. Péniblement, je me traîne jusqu'à la salle de bains, règle le jet d'eau presque froid pour me donner une gifle d'énergie, retiens un juron parce que la gifle est VRAIMENT très froide ; puis j'enfile les premiers vêtements qui me tombent sous la main. Je me changerai avant que Gwendal et Soizg n'arrivent ; pour le moment, un jean, une petite blouse et une veste iront très bien.

Lorsque j'arrive dans la cuisine, un bol de café noir m'attend.

-Tu n'as guère dormi, souffle ma grand-mère en désignant de la main tout ce que j'ai préparé depuis hier.

-Petite insomnie, expliqué-je en avalant une gorgée du breuvage, noir et fort. Exactement comme je l'aime. Et puis, je ne vais encore pas être très présente aujourd'hui, je voulais prendre de l'avance... Tu ne m'en veux pas ?

-De quoi ? Tes cousins sont venus pour te voir, il est logique que tu les voies. Nous avons l'été devant nous. Et puis j'aime le sourire qui s'épanouit sur ton visage. Ils sont à la hauteur de tes attentes pour le moment ?

Je réfléchis un instant avant de hocher la tête.

A vrai dire, je n'avais pas vraiment d'exigences puisque je ne savais même pas qu'ils existaient. Je ne sais que depuis mardi que j'ai deux cousines et cinq cousins et vu tout ce qui s'est passé depuis mon arrivée, je n'ai guère eu le temps de me poser pour m'interroger. Avec un brin de mauvaise conscience, je m'aperçois que je n'ai pas rappelé Leslie pour tout lui raconter et que je vois mal comment je le ferai pour le moment. Quelle ingrate !

Pourtant, mon remords s'écarte assez vite devant la perspective de cette nouvelle journée.

Même la messe semble passer rapidement. Peut-être parce que pour lutter contre la fatigue, et parce que j'ai déjà fait le tour de presque tous les visages présents, je me noie dans mes pensées, répondant par réflexe : les préparations qu'il me reste à faire, les cousins que je vais encore rencontrer, la nouvelle de ma mère que je continue à tourner dans tous les sens pour en exploiter tout le potentiel.

Au retour, avant de repasser en cuisine, je sors quelques minutes pour appeler Leslie. Malgré sa voix ensommeillée, elle est comme toujours, pleine d'énergie dès que nous commençons à parler, exige une photo de mes cousins, surtout de Gwendal qui visiblement l'inspire beaucoup, s'amuse de mon étonnement face aux réactions autour de moi. Elle se fait grave lorsque je lui raconte ce que j'ai déjà lu du dossier de ma mère et enthousiaste d'apprendre que j'ai commencé à la lire.

Bref, je lui fais un résumé des moments qu'elle rate, pas aussi détaillé qu'à mon habitude, j'écoute son propre récit de ses cours de surfs, de ses sorties, des restaurants qu'elle a déjà testés, de ses parents qui m'embrassent et pour la première fois depuis très longtemps, je me rends compte que je ne l'envie pas du tout. Je suis heureuse de savoir à quel point elle se régale, mais je réalise brusquement que je ne regrette pas de ne pas être auprès d'elle. Finalement, elle avait peut-être raison il y a quelques jours, lorsqu'elle estimait que Magali m'avait rendu le plus grand des services.

Je la renvoie rapidement à sa grasse matinée : les cousins seront là dans moins d'une heure, je finis de préparer ce qui pourra m'avancer, comme la marinade qui accueillera mes filets mignons avant de me changer. J'ai rarement eu autant de choix pour me faire belle et je finis par choisir une jupe floue et un petit top, assortis à une chemisette légère. Une ceinture tressée marque ma taille et mes longs cheveux flottent librement sur mes épaules, même si j'ai emporté une pince au cas où.

Un été pour une vieLisez cette histoire GRATUITEMENT !