Chapitre 8 Mais avant qu'on referme le chapitre,

24 6 2

Sterenn

Comme s'il sentait que je ne suis pas encore à l'aise, Yann se livre le premier; il me parle de ce qu'il reste de sa famille: ses deux enfants, grands déjà, avec lesquels tout n'a pas été simple.
Ils vivent dans le Sud, avec leur mère, Mylène. Elle était montée en Bretagne, pour lui, du temps de leur amour flamboyant, mais elle ne s'y était jamais vraiment faite, au climat, aux gens, à l'omniprésence de la famille et au pouvoir absolu de ses beaux-parents.
Elle était trop citadine, trop forte tête, pour supporter ça. Azelize et Marielle, ses deux belles-soeurs, avaient aussi du tempérament, mais elles savaient mieux composer, sans compter qu'Azelize avait presque toujours fait partie du décor.

Après leur divorce, elle et restée dans la région, un moment. Mais elle a fait ce qui était le mieux pour leurs enfants, quitte à mettre mille kilomètres entre eux au moment où c'était devenu impératif.
Il en a souffert, beaucoup, tout en comprenant ses choix. Depuis, les choses se sont arrangées, surtout avec Gwendal, plus malléable -son caractère prêt au compromis est une énigme vu son hérédité.
Avec Soizig, ils n'ont pas encore surmonté le mélange attraction-répulsion, mais ils progressent.
Il a détesté de ne pas voir grandir ses enfants, mais il comprend son ex-femme. Ils ont toujours été sa priorité.
Elle l'a prouvé face à lui, mais aussi en d'autres circonstances et les savoir en de bonnes mains l'a un peu réconforté. Elle a tout fait pour ne pas nuire à leur relation.

-Tu l'aimes encore? Je suis stupéfaite lorsqu'il hoche gravement la tête. Si on divorce, dans mon esprit, c'est qu'on ne s'aime plus.
Mais sa réponse ne me surprend pas. Le lien entre eux est, et restera toujours absolu. C'est juste la forme qui a changé.
Il lui semble qu'elle a refait sa vie; lui a eu quelques aventures, mais sans réelle place pour quelqu'un d'autre. Quant à Mylène, jamais elle n'a fait passer son rôle de mère à celui de femme, quitte à se séparer d'un amoureux peu fiable face aux enfants.

-Tu comprends pourquoi je t'explique ça? Je n'en veux pas vraiment à ton père d'avoir refait sa vie. C'est humain. Surtout pour un jeune veuf. Je sais être tolérant en fait. Mais je ne lui pardonne pas de t'en avoir exclue en le faisant, ni de t'avoir volontairement coupé de nous. De t'avoir menti et malmenée. Et encore je suis sûr que tu ne nous dis pas tout.

-Parce qu'il n'y a rien de plus à ajouter. Tu as compris l'essentiel. Tu auras l'occasion de voir de tes yeux le mois prochain.

-Clairement, ça promet d'être très intéressant, mais rassure-toi, on sera dans les parages, ne serait-ce que pour avoir une explication avec ton père ; une en ta présence, une sans toi, certainement.

-Je n'ai pas envie d'être encore tenue à l'écart de ma propre vie. Si des choses doivent se dire, je veux en être.

Yann murmure qu'on verra. Dans ma tête, c'est tout vu. Mais je fais marche arrière pour le moment et change de sujet.

-Parle-moi d'elle.

-Tu lui ressembles. Bien sûr, on te le répète depuis ton arrivée. Mais ça m'a frappé presque douloureusement. Elle me manque, ... Comme une sœur, mais plus que ça. Elle était notre trait d'union, notre ciment avec Pierrick et Erwan.
Rien n'est plus pareil entre nous depuis. On était prêt à tout pour elle, pour la protéger, même si parfois elle nous trouvait trop présents et qu'elle pouvait prendre de mauvaises décisions, juste pour ne pas suivre notre avis.
Elle et moi, on avait un lien très spécial. Je crois que mes frères te diront la même chose. Avec la même sincérité. C'était l'une des qualités de ta mère. Etablir un tel lien avec tous ceux qu'elle aimait qu'on se sentait tous uniques. Mais je l'ai toujours ressenti ainsi... elle éclairait la moindre pièce où elle rentrait ; elle était attentive à tous, avait toujours le mot qui te montrait qu'elle te voyait, vraiment. Elle avait un sens de l'écoute hors du commun et faisait passer ce qui lui tenait à cœur avant tout le reste. Elle était passionnée, parfois tête brûlée. Je me rappelle quand elle a voulu ouvrir un magasin de fleurs avec Azelize.

Un été pour une vieLisez cette histoire GRATUITEMENT !