Chapitre 73 : Je suis bientôt en guerre

261 51 36
                                                  

Je croyais avoir été clair avec le connard de corona.

D'ailleurs, si on fait une anagramme de corona, on obtient presque connard. Coïncidence ? Je ne crois pas. Eh oui ! Nous sachons !

Bref, je lui ai dit mes quatre vérités en face. Enfin, j'étais en face de la tour Eiffel, mais je sais qu'il était dans les parages. Ce genre de petit salaud, ça se cache dans les villes, dans les campagnes... Ça envahit partout !

Et puis, il y a encore les gilets multicolores qui se battent dans la rue. Je commence vraiment à en avoir marre d'eux. Il va falloir que je fasse quelque chose contre eux. Peut-être que je devrais les convertir en tant que fans de moi.

— Hé Jean-Michel !

— Non, moi c'est William.

Je le regarde. Il me regarde. On se regarde. Je le regarde. Il me regarde. On se regarde. Je le regarde. Il me regarde. On se regarde. Je le regarde. Il me regarde. On se regarde. Je le regarde. Il me regarde. On se regarde.

Qu'est-ce que j'en ai à foutre ?

— Donc Jean-Michel...

— William !

Je le balance par la fenêtre, il m'a saoulé.

— Jean-Gérard ?

— Oui ! C'est moi monsieur !

Un stag— employé se pointe sous mes yeux.

— Que puis-je faire pour vous, votre honneur ?

— Je suis un Dieu, pas une horreur, le rectifié-je.

— Pardon, je ne voulais pas vous bles—

Je m'en fous et je le balance par la fenêtre. J'en ai marre qu'on ne me respecte pas.

Je me tourne alors vers le dernier stag— employé de la pièce. Il tremble et je ne comprends pas pourquoi. Je n'ai pas balancé les autres parce qu'ils avaient une sale gueule non plus.

— Aurais-tu une solution pour virer tous ces gilets des rues ?

Il se fait pipi dessus.

— En raison du coronavirus, nous pouvons leur demander de rester chez eux pour éviter la propagation du virus et ainsi éviter que les hôpitaux soient dans la merde.

— Mais c'est leur boulot aux hôpitaux d'être dans la merde non ? Je sais pas, y a des malades et des morts quand même...

— C'est pourtant une solution qui éviterait des problèmes.

— Et comment les gens vont travailler ? HEIN ? COMMENT ? On ne peut pas travailler depuis sa maison !

— Nous n'avons pas d'autres choix.

— Nous allons sacrifier le travail pour ce connard de corona... Quelle triste période.

Je le déteste vraiment ce mec. Quand je vais le retrouver, je vais vraiment lui casser la gueule. Il me saoule.



---

Hey !

J'espère que ce chapitre vous aura plu, même si ça fait plus d'un mois depuis le dernier. /o/ Mais bon, ça commence à devenir habituel que j'écris n'importe comment ce truc je suppose. x')

Sur ce, prenez soin de vous et respectez les gestes barrières ! :3

C'est mon ProjetLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant