Chapitre 54 : Mes aventures à l'Élysée débutent

848 154 44
                                                  

Vous savez quoi ?

En fait, je ne sais pas non plus. Je voulais juste commencer ce chapitre comme le précédent. C'était pour le rythme et la poésie. Pour la beauté en somme.

Ne m'en voulez pas. Sinon je mange tous vos cordons bleus.

Aujourd'hui, j'ai décidé d'explorer un peu l'Élysée. Oui, un peu comme Dora. En même temps, Dora est un modèle à suivre. Je devrais faire rentrer quelque chose à son sujet dans les programmes scolaires. J'en parlerais avec des ministres. Il doit bien y avoir quelqu'un qui gère ça.

Pour découvrir tous les secrets de l'Élysée, je m'empare d'une torche et d'un sac à dos violet. Un peu comme Dora, encore. J'ai même proposé à mon ami le brun de m'accompagner.

— Tu as tout ce qu'il te faut ? lui demandé-je.

— Je n'ai pas trouvé de carte Manu.

Vous voyez le smiley avec une larme ? Eh bien sa gueule ressemble à ça en ce moment.

— Tant pis. On aura encore plus de surprises.

On entre dans l'Élysée. Il fait tout noir, déjà parce que c'est la nuit. Et puis, on n'a pas allumé. Mais on n'a pas envie de se faire spoiler l'endroit non plus.

— AÏE EUH ! hurle mon ami.

— QUOI ?

— Je me suis pris un mur dans la gueule.

— Oh.

On se regarde.

Enfin, on essaie parce qu'on ne voit rien dans le noir.

Soudainement, on voit un chat noir au fond. Je le reconnais immédiatement et on se fusille du regard.

— Ne bouge pas. Son acuité visuelle est basée sur le mouvement, je prévins mon ami.

— C'est un chat, pas un dinosaure.

— Justement. Il m'a volé un cordon bleu un jour. Jamais je n'oublierais ce chat.

On s'approche de ce chat. Il ne bouge pas et commence à ronronner. Il essaie vraiment de nous manipuler. Et ça marche pour mon ami qui le caresse.

— Tu fais quoi ?

— Je lui fais des câlins.

— D'accord.

Il regarde le collier du chat.

— Oh regarde ! Il s'appelle Dracula ! m'annonce mon ami.

— Tu crois qu'il serait ami avec Nemo ?

— Grave.

— Bon, on le garde.

Je mets le chat dans mon sac et on continue nos aventures.

Oui, parce que ce n'est que le début... Bientôt, nous serons grave dans la merde...

(Notez le suspens, merci.)


C'est mon ProjetLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant