CHAPITRE 40

1.2K 275 35
                                    
















Ô temps, suspend ton envol…

Antonio avait entendu une fois cette phrase dans la bouche d’un de ses professeurs qui se moquait alors de ses élèves qui voulaient plus de temps pour finir un exercice de mathématiques. Et Antonio s’en souvenait uniquement pour une seule raison : il avait hâte ce jour-là de rentrer à la maison pour pouvoir aller à la foire de la glace qui avait lieu juste derrière chez eux. Cette journée avait été mémorable, sa mère avait été heureuse, et a bien y réfléchir, Antonio réalisa que c’était la toute dernière fois qu’il avait vu sa mère heureuse. Et moins d’un mois plus tard, elle était morte. Comme si elle savait que sa fin était proche, que les coups qu’elle recevait de son mari alcoolique finiraient par la tuer. Et aujourd’hui, Antonio avait la nette impression que ce jour dans un passé lointain refaisait surface, et que tout était exactement pareil.

Ô temps suspend ton envol…

Deux mois une semaine et quatre jours maintenant qu’il était marié, et il lui suffisait de baisser les yeux sur sa montre pour en donner les minutes et secondes précises. Deux mois une semaine et quatre jours durant lesquelles elle avait ri comme jamais. Deux mois une semaine et quatre jours durant lesquels il se cachait pour la regarder quand elle ne le regardait pas. Deux mois une semaine et quatre jours durant lesquels ils avaient dansé tous les jours sur une place différente en Italie. Oui, sa Rainy adorait danser, il l’avait su durant leur lune de miel. Alors chaque jour il se débrouillait pour trouver une place sur laquelle des chanteurs locaux se produisaient, et là, il la faisait tournoyer, il l’écoutait rire, il regardait ses yeux briller de mille feux, il regardait sa peau se colorer de rose. Alors lui aussi il était heureux.

Deux mois une semaine et quatre jours durant lesquels il avait cuisiné pour elle tant qu’il ne l’amenait pas dans un restaurant pour lui faire goûter toutes les spécialités du pays, si bien que sa Rainy avait pris quelques kilos, et il adorait cela aussi. Deux mois une semaine et quatre jours durant lesquels il avait appris qu’elle était de mauvaise humeur les matins et qu’il lui fallait toujours une demi-heure pour devenir elle-même.
Deux mois une semaine et quatre jours durant lesquels il avait paniqué lorsqu’elle avait eu une petite intoxication alimentaire qui l’avait alors paralysé de peur quand il la voyait vomir si bien qu’il se serait cru mourir avant l’heure. Deux mois une semaine et quatre jours durant lesquels il ne pouvait s’empêcher de lui prendre la main, de l’embrasser sur les lèvres, dans le cou, sur le front ravi de la chatouiller.

Oui, deux mois une semaine et quatre jours durant lesquels la vie avait pris des couleurs si vives qu’il avait constamment l’impression d’être dans un autre monde. Et aujourd’hui ils étaient de retour d’Italie dans la maison qui avait vu naitre tout ceci. Un retour au gout fort étrange. Était-ce parce qu’il lui restait dix-sept jours à vivre ?

Aussi, une fois encore : Ô temps, suspend ton envol…

Il voulait encore l’entendre rire, il n’était pas rassasié. Il voulait encore la toucher, la voir, lui parler, il voulait pouvoir lui offrir tout ce que son cœur avait comme amour, ne serait-ce que le millième de ce qu’il ressentait pour elle. Il voulait… dans un soupire de capitulation, Antonio ferma les yeux en sentant la colère poindre, mais très vite une tristesse profonde reprit le pas. Il ne voulait pas la quitter, tout sauf ça. Il voulait l’étreindre encore, il voulait l’embrasser, il voulait passer toute ces nuits blotti contre elle, il voulait… de nouveau la colère lui vrilla le cœur, si fort qu’il serra les dents en se retenant de hurler. Il voulait vivre !

Il se passa les doigts dans les cheveux et se détourna de la tonne de documents posés sur son bureau de la villa et remonta les escaliers à la recherche de Rainbow. Elle avait été morose depuis leur retour, même si elle le cachait bien, lui il pouvait le voir. Il connaissait suffisamment ses yeux pour savoir quand leur joie n’était pas totale.

Le sacrifice de l'angeOù les histoires vivent. Découvrez maintenant