CHAPITRE 15

1.5K 288 6
                                    










Au dehors la pluie continuait, mais les orages avaient cessés, allongée sous les draps dans l’immense chambre, au tout immense lit, Rainbow n’avait cessé de se retourner sur elle-même telle une crêpe. Rien ne se passait comme elle l’avait imaginé, absolument rien. Elle sentait que sa vie prenait doucement un tournant qu’elle n’avait pas prévu, un tournant qu’elle avait déjà pris, et qui, en une seule nuit, lui avait tout couté. Les hommes n’étaient pas des gentils, ça elle l’avait compris durant cette nuit fatidique, et elle non plus elle n’était pas une gentille, voilà pourquoi elle avait été punie de la sorte, et sa phobie se chargeait de le lui rappeler chaque année, quand elle faisait semblant d’oublier.

Depuis six années, et très bientôt sept ans, elle était parvenue à modeler sa personnalité afin qu’elle puisse plaire à l’Être à qui elle avait fait la promesse de changer. Mais sans doute avait-elle échoué, car avec cet homme qui avait été mis sur son chemin, elle éprouvait des choses qu’elle s’était interdite. Jusqu’à présent, il ne lui avait rien fait de répréhensible, au contraire, il était présent comme nul ne l’avait jamais été avec elle depuis plus de six ans. Il ne se moquait pas de sa phobie, il faisait mieux, il lui avait appris que c’était elle qui était au contrôle.

Lui aussi, il était comme ça.
Avant qu’il ne meure.

Ou plutôt avant que je ne le tue.

Comme aspirée, Rainbow retourna sans le vouloir à six années en arrière. Elle entendait sa voix qui la suppliait de s’en aller que c’était trop dangereux pour elle de rester là, mais le danger était justement ce qu’elle recherchait. Les mâchoires serrées, et les yeux humides de larmes naissantes, elle était sur le point de se perdre pour de bon dans sa douleur lorsqu’un petit coup à la porte la fit sursauter. Elle clignant des yeux, se redressa partiellement, et fixa le panneau en bois. La grande pièce était éclairée, le silence était si paisible, tandis que son âme, elle, elle était si tourmentée. Tant de souvenirs, tant de regrets, de douleurs, et une seule promesse, promesse qu’elle était sans doute sur le point de briser.

Une série de trois faibles coups retentit, la seule personne pouvant frapper à sa porte aussi tardivement ne pouvait être que son patron, afin, comme elle l’avait dit, il n’était plus vraiment son patron. Alors, lorsqu’elle le détaillait comme un chien le ferait avec un magnifique morceau de viande, elle ne faisait rien de mal, et lorsqu’elle frémissait à chaque fois qu’il l’avait touché, ça n’était pas non plus interdit. Ce n’était pas non plus mauvais que son corps s’embrase comme un feu de camp à chaque fois qu’il prononçait son prénom en l’enrobant avec son doux accent italien qu’il ne laissait apparaitre que là. Comme s’il voulait la rendre plus fébrile qu’elle ne l’était déjà.

Savait-il l’état dans lequel il la mettait, avec ses yeux dotés de ce noir profond, ses cheveux couleur jais, ses belles lèvres parfaitement sculpter, et bon sang, ses larges épaules, son buste tout aussi conséquent, bien dur au touché, et ses hanches étroites, et il sentait si bon… il ne devait pas l’approcher. Plus encore, elle ne devait pas se laisser approcher, se décida Rainbow en se rallongeant sur le flanc, le regard porté sur l’entrée. Elle fit mine de dormir, en laissant le silence lui demander de partir. Mais avant qu’elle n’arrive à la fin de sa pensée, la porte s’ouvrit lentement, aussi se redressa-t-elle à nouveau, pour faire face son sublime et immense corps a beauté presque irréelle. Et comble des choses, il était torse nu.

— Je croyais que vous dormiez, lança Antonio en entrant sans même attendre qu’on l’invite.

Elle le regardait les yeux ronds, les lèvres entrouvertes, et les joues légèrement roses. Elle ne l’observait pas comme toutes les autres, avec fausseté, ou une envie de le plaire, c’était comme si elle voulait même se cacher de lui, et c’était aussi ce que lui avait voulu faire, mais il était là. Alors, autant faire face.

Le sacrifice de l'angeOù les histoires vivent. Découvrez maintenant