13

20.1K 1.6K 750
                                    

Après un certain temps, Kuroo et Kenma ont décidés qu'il était temps pour eux de rentrer chez eux. Kuroo fit ses aurevoir à Bokuto, tandis que Kenma descendait les escaliers pour sortir du bâtiment. Il n'avait pas l'air d'être quelqu'un qui aimait dire au revoir - ou bonjour - d'ailleurs, donc Akaashi et Bokuto n'y ont pas fait très attention.

Kuroo quitta finalement la pièce au bout de quatre minutes environ, ayant oublié qu'il était censé partir en premier lieu. Il fit un signe de la main et parti rejoindre kenma en courant, sachant que s'il ne se dépêchait pas, il devrait passer plusieurs minutes de plus à essayer de le rattraper.

Debout à côté du lit de Bokuto, Akaashi regarda la porte ouverte qui menait au couloir.

"Ton ami te ressemble beaucoup."

"presque, sauf..." rétorqua Bokuto, assis bien droit dans son lit. «Il est un peu plus... Un idiot, c'est le moins qu'on puisse dire." Il rit et se frotta le visage avec lassitude.

Le son du rire de Bokuto fit tournait la tête d'Akaashi vers lui. C'était une réaction à laquelle Akaashi ne s'attendait pas du tout, mais il a joué sa surprise et n'a réussi à répondre qu'un "je vois".

Bokuto regardait Akaashi, presque étonné. "Pourquoi tu restes debout? Assis toi!" Il tapota l'espace vide à côté de lui avec conviction.

"Non, ça va. Je pensais en fait prendre bientôt congé aussi..."

"Quoi? Pourquoi?" La déception était claire dans sa voix. "Tu n'es ici que depuis environ trente minutes."

Akaashi se gratta la tête. "Ça fait plus de trois heures, en fait."

"C'est la même chose!" Bokuto se rapprocha de l'endroit où se tenait Akaashi, tout en restant assis dans son lit. "En plus j'ai parlé à Kuroo la plupart du temps, donc ça ne compte pas."

"Qu'est-ce qui ne comte pas?" Akaashi fit un pas en arrière imperceptible.

"Les trois heures!" Il devenait frustré. "Je suis très mauvais pour mesurer le temps maintenant, aussi, si tu ne l'avais pas remarqué. Trois heures, ça fait parfois sept heures. Mais trois heures, ça peut aussi ressembler à sept minutes. Je ne suis peut-être pas aussi vif qu'avant, mais la phrase «Le temps passe quand vous vous amusez», elle est toujours vraie pour moi, même aujourd'hui. 

""Alors ... Trois heures, ce n'est rien." Marmonna Akaashi.

"Exactement!" Les yeux ambrés de Bokuto s'illuminèrent à nouveau.

Akaashi évita de les regarder. "Je comprends Bokuto, mais je dois encore y aller." Il évita complètement de regarder Bokuto. "Je resterais si ça ne tenait qu'à moi. J'ai juste quelque chose à faire, mais je ne manquerai pas de te rendre visite demain."

Bokuto ne fit aucun bruit. Il pressa ses lèvres entre elles et tomba en arrière sur son lit. Il avait probablement mille choses à dire, mais il les garda toutes pour lui et roula à la place sur le côté, se détournant d'Akaashi.

Akaashi était choqué. Il n'aurait jamais cru que Bokuto était du genre à bouder soudainement. Il regarda autour de lui et fronça les sourcils, et se dit qu'il valait mieux prendre congé.

"Je te vois demain."

"Tu veux récupérer ton écharpe?" La question est venue de nulle part. Bien que ce soit lui qui a posé la question, Bokuto s'y accrocha fermement.

Akaashi le regarda et ferma sa veste. "Ouais ..."

Consterné, Bokuto s'assit dans son lit et passa lentement la main autour de son cou pour retirer le morceau de tissu chaud. Il prit son temps, l'idée de l'enlever le tuant plus vite que la maladie elle-même.

"... Mais je veux aussi que tu la garde."

Ces derniers mots avaient tellement choqué Bokuto qu'il s'était arrêté et leva les yeux vers Akaashi. Ses mains se tendirent, se détendirent et reposèrent contre son cou. "...Ca te dérange pas?"

"Non." Akaashi réussit le plus faible des sourires. "S'il te plaît, garde la et prends en soins, Bokuto."

après ces dernières paroles, il se détourna et s'éloigna, sentant qu'il n'aurait pas pu partir s'il avait passé une seconde de plus dans la pièce.

______________________



In another life [bokuaka]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant