14

22.7K 1.7K 3.2K
                                    

Akaashi se réveilla en sursaut cette même nuit, ses cris étranglés l'avaient tiré de son sommeil. Il avait tressailli et s'était assis rapidement, refermant sa main sur sa bouche pour maîtriser les sons presque hystériques qui venaient de lui. Sa respiration était lourde, son rythme cardiaque plus rapide que d'habitude; Akaashi pouvait sentir son cœur battre dans sa gorge, le rendant difficile à avaler.

"M- Mer-de..."

C'était la cinquième fois de ce mois-là qu'Akaashi devait se sortir d'un autre cauchemar. Ils lui ont donné la nausée à un point tel qu'il a dû s'asseoir dans son lit et avaler des respirations profondes et lentes pour se refroidir, et c'est exactement ce qu'il a fait, en levant les mains pour se frotter les yeux avant de jeter un regard tendu autour de lui. sa chambre.

Expirant fortement, Akaashi se tourna pour regarder le bureau près de son lit. Son téléphone était là. Hésitant une seconde seulement, il tendit la main et prit l'appareil entre ses mains. Lorsque l'écran s'est allumé, un message de Bokuto l'attendait.

"Dors bien, Akaashi." Il avait été envoyé il y a deux heures.

Akaashi glissa et déverrouilla son téléphone avec des mains tremblantes.

De: Akaashi (Envoyé à 2 h 47)

[Tu es là?]

Bokuto:

[Ouais! Akaashi? Je pensais que tu t'étais endormi.]

Akaashi dut attendre presque une minute la réponse de Bokuto. C'était la plus longue minutes qu'il avait jamais vécu de sa vie.

Akaashi:

[Je me suis réveillé. Cauchemars.]

Bokuto:

[Cauchemar? T'as fait un cauchemar? C'était mauvais?]

Akaashi:

[Eh bien, cela a réussi à me réveiller.]

Bokuto:

[Le genre de réveil tranquille?]

Akaashi:

[Non, plus comme le genre cliché, où tu te réveille en t'asseyant dans le lit avec des sueurs froides.]

Bokuto:

[Et tu t'es calmé? Tu te sens mieux?]

Akaashi fixa le SMS et poussa un soupir tremblant. À en juger par ses mains toujours tremblantes, il savait que non.

Akaashi:

[Ouais. Je suis juste un peu secoué.]

Bokuto:

[Je ne te crois pas pour la partie du "Ouais".]

Akaashi:

[Je vais bien.]

Bokuto:

[Très bien, eh bien ... On verra ça.]

Fronçant les sourcils, Akaashi regarda l'écran de son téléphone et posa sa tête sur le côté. Ce n'était pas le style de Bokuto de remettre en question ce qu'il disait de manière aussi simple.

In another life [bokuaka]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant