16

20.2K 1.5K 1K
                                    

«Hé, Akaashi?


"Hm?"


"Quand est-ce que tu penses qu'il neigera?"


"Je ne sais pas ... La neige tombe au hasard."


"Ouais, mais ... Est-ce que ... Tu penses qu'il va neiger bientôt? Ou peut-être en janvier?"


"J'espère. Ce serait bien. Tokyo a besoin d'un peu plus de neige de temps en temps."


"Ouais ... Ouais. Quand il tombe, je veux sortir et aller me rouler dedans."


Akaashi était assis les jambes croisées sur le siège adjacent au lit de Bokuto. Il leva les yeux vers le malade quand il avait dit ces mots, essayant de croiser son regard, mais ne trouvant finalement pas d'yeux jaune à regarder. Bokuto avait la tête tournée.


Il regardait dehors les nuages ​​blancs qui enveloppaient le ciel, hypnotisé par à quel point cela donnait l'impression que tout était incolore. C'était un de ces «jours blancs», comme Bokuto aimait à les appeler, donc il accordait beaucoup plus d'attention au monde au-delà du verre qu'à sa propre vie confinée à l'hôpital. Bokuto inspira profondément, le son remplissant le petit espace autour d'eux. Les draps froissés sous ses mains.


«Es-tu sûr que tu devrais sortir dans le froid comme ça?


"Je pense que je peux gérer ça."


Akaashi ne voulait pas évoquer le fait que Bokuto n'aurait probablement plus la capacité de marcher au moment où la neige aurait une chance de tomber, alors il garda la bouche fermée. Il frotta faiblement ses mains l'une contre l'autre et pencha la tête sur le côté.


"Je suppose que tu peux ... Tant que tu te sens mieux."


Bokuto se moqua. C'était un son calme.


"Je le suis. Arrête de t'inquiéter. C'était il y a six jours."


"Je sais, mais c'était mauvais."


"C'est passé." Bokuto tourna la tête, l'oreiller se froissant sous son cou. Il regarda Akaashi avec de lourdes paupières. Il était extrêmement pâle et en quelque sorte plus maigre qu'avant, mais il gardait le même sourire sur son visage. "Je vais bien maintenant."


Akaashi ne put s'empêcher de lui sourire. Il appuya son menton contre la paume de sa main et gloussa.


"Ou du moins aussi bien que tu peux."


Bokuto fixa vivement Akaashi. Ses lèvres tremblèrent avant qu'il ne puisse former ses mots.


"Tais-toi." Un rire plus fort éclata de lui, faisant trembler son corps alors qu'il se couchait dans son lit. "J'ai l'air ... comme une merde , je sais."

In another life [bokuaka]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant