Chapitre 4 : Changement de Cap

3.2K 397 41
                                          


Béthanie suivit Marc Sigmar sur le pont. Il faisait horriblement froid, ici ! L'air était sec, gelé, et son nez n'était plus qu'un glaçon. Frigorifiée, elle huma les odeurs de cuisines, provenant de portes entre deux escaliers. Néanmoins, ce ne fut pas là qu'il s'arrêta. Il l'entraina à l'étage du dessus, où l'on pouvait voir tout le navire des cieux. Puis il ouvrit ce qui s'avéra être la cabine du capitaine. Sans hésiter, elle s'y engouffra.

Ha ! Enfin, un peu de chaleur. Elle se frotta les mains avec un sourire béat, tout en trottinant jusqu'à un poêle. Au travers de la vitre épaisse, elle pouvait voir les flammes rugir.

-Toujours aussi frileuse, constata Marc. Au moins n'a pas changé.

-Mmh. Je ne comprends pas comment vous, vous pouvez rester en bras de chemise, marmonna-t-elle en avisant l'homme.

Les avant-bras étaient dénudés, il portait une chemise et un veston ne semblant pas particulièrement chauds. Il haussa les épaules en se dirigeant vers une imposante armoire. Curieuse, Béthanie avisa les lieux. Un bureau occupait un coin de la pièce, près des portes. Puis venait une bibliothèque, étalée sur les deux côtés du mur. À partir du poêle, où elle se trouvait, il y avait une armoire, un lit deux places. Et près des fenêtres aux carreaux peints de jaune et de rouge, une table ronde était couverte de cartes et d'ustensiles de navigation. Les quartiers du capitaine étaient immenses !

Quand elle revint sur Marc il l'observait, les bras chargés de vêtements. Une étrange expression dans le regard. De la peine ?

-Tiens, fit-il en lui tendant les habits. Va te changer, nous discuterons après.

-Non, je préfèrerais...

-Tu es transie de froid, Béthanie, ajouta-t-il avec douceur. Et Dieu sait que tu as le cul froid ! Alors, va te changer !

Oh ! L'odieux personnage ! Furieuse, elle lui arracha presque les affaires, avant d'hésiter sur la direction à prendre. Hors de question qu'elle se change devant lui !

-La salle de bain est derrière le bureau.

Bien ! Elle s'y précipita et, comble de la surprise, découvrit une baignoire à pieds pleine d'eau chaude, une serviette... Et des produits de beauté féminins. Stupéfaite, elle avisa le shampoing à la vanille, le bloc de savon, les rasoirs pour dames, le parfum sur le bord du lavabo. Deux brosses à dents trônaient dans un gobelet de cuivre.

La gorge de nouveau nouée, elle se rapprocha du miroir. Des petits bouts de papier étaient bloqués dans le cadre, avec beaucoup de points d'exclamation.

« Pense à boucher le dentifrice ! »

« Tu passes trop de temps dans le bain ! »

« Je t'aime, idiot »

« Tu as les plus belles fesses du monde »

« Andouille ! »

Elle caressa le « je t'aime, idiot », du bout des doigts. Elle ne savait pas si c'était son écriture. Mais cela y ressemblait terriblement. Des disputes par papiers interposés. Il n'y avait que les couples pour faire cela.

Un hoquet lui échappa, qu'elle étouffa bien rapidement sous ses mains. Malheureusement, les choses ne s'arrangèrent pas quand elle découvrit un écrin à bijou ouvert près du parfum. Dedans trônait une alliance.

Oh, par dieu... Elle était réellement mariée à Marc Sigmar !

*

Nathan découvrit l'Ombre au rythme de marathonien de Sarah. Il eut tôt fait de découvrir les quartiers des soldats, la salle de bain commune, les cuisines, le réfectoire, l'endroit où l'on stockait les armes, l'endroit où l'on stockait les vaisseaux d'attaque, dans le hangar où ils étaient venus. Puis il fit la découverte de la blanchisserie, où une bonne femme à la mine patibulaire le regarda de haut en bas.

Corset et Bottes de CuirLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant