Chapitre 20 : Le Grand-père Militaire

2.5K 352 25
                                          


Le Commandant Brior avait décidé de discuter en toute intimité. Dans l'une des chambres d'invités, ils se faisaient face, à court de mots pour le moment. Comment, mais comment, un grand homme à la peau noire pouvait-il être le grand-père d'une miniature à la peau blanche comme elle ?

-Comment as-tu perdu la mémoire, ma puce ?

-Heu... Pouvez-vous éviter de m'appeler « ma puce » ?

Il se passa une main sur la nuque, gêné.

-Désolé. C'est que... Les habitudes ont la vie dure.

-Les habitudes ? rétorqua-t-elle . D'après ce que j'ai compris, cela fait deux ans que je connais Marc. Étant donné son statut d'habitant de Miflam, je suppose que j'ai quitté le giron familial à cette époque. Alors, ne parlez pas d'habitudes, s'il vous plait.

Son prétendu grand-père resta un instant la bouche ouverte, avant de secouer la tête, comme stupéfait.

-C'est la première fois que je me prends ton mauvais caractère en pleine figure.

-Ne m'en croyez pas désolée, fit-elle, les bras croisés sous la poitrine, le dos bien droit. Maintenant, pouvez-vous m'expliquer qui, selon votre point de vue, je suis ?

-Ton époux... Je veux dire, ce misérable Marc Sigmar, ne t'a rien dit ?

Les genoux posés sur les coudes, les mains jointes dans l'appréhension, le Commandant semblait vouer une haine certaine à son époux. Soit.

-Mon époux a une tendance protectrice peut-être un peu trop poussée. Je le soupçonne de m'avoir caché une partie très importante de mon passé pour mon bien.

-Peut-être parce qu'il t'a arraché ta famille ?

-Écoutez, j'aimais Marc avant mon amnésie, je le sais, et je l'aime après cette amnésie. Cela veut dire beaucoup, non ?

Ils s'affrontèrent un instant du regard. Quel buté, ce grand-père ! Finalement, il poussa un soupir, se repassa une main sur la nuque. Il devait se trouver dans la même situation que le capitaine, au début. À ne plus savoir sur quel pied danser avec une personne aimée devenue étrangère.

-L'histoire familiale est un peu compliquée. Si tu veux bien, je vais commencer par le début.

-C'est vous qui savez à quoi vous en tenir, faites.

Elle s'adossa à son fauteuil, prête à écouter les explications de son prétendu parent. Avec sa longue cape posée sur son dossier, et sa carrure massive, il était plutôt impressionnant. En fait, il dégageait la même impression que son époux. Un individu dangereux enrobé dans un coussin de douceur. Elle fronça les sourcils à cette pensée. C'était stupide, ça.

-Je m'appelle Frank Brior, commença-t-il, en l'étudiant attentivement. Je fais partie de l'armée de Brilois, depuis des années.

-Pour le moment, je suis.

-Reste concentrée, ma puce. Mon épouse avait un enfant d'un premier lit, mais j'en ai fait ma fille adoptive.

-Oh ! Cela explique notre différence de carnation ! s'exclama Béthanie avec un grand sourire. Mais pourquoi avoir fait une telle chose ?

Son prétendu grand-père poussa un profond soupir.

-J'aimais ta grand-mère, bougre d'âne. Je l'ai épousé déjà enceinte de ta mère, Clara Brior. Les années passant, ta mère a épousé un capitaine de l'armée.

Très concentrée, Béthanie hocha vigoureusement la tête.

-D'accord.

-Son époux est mort à la guerre, continua Frank en bougeant ses mains. Tu étais déjà née.

Corset et Bottes de CuirLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant