Chapitre 6 : L'Attaque du Serpent

2.7K 386 9
                                          


Nathan avait rejoint le pont supérieur avant le premier tir. Il voulait s'excuser, tant à Béthanie qu'au capitaine, mais en voyant leurs silhouettes si proches de l'autre côté du navire, il n'avait pas osé les approcher. Ils semblaient en grande conversation.

-Alors, il parait que tu as frappé le capitaine ?

Sarah, assise en tailleur sur un baril de poudre, l'observait avec un petit sourire. Décidément, les ragots allaient plus vite que le vent. Occupée à huiler un pistolet, un P-315 comme celui de Béthanie, elle l'observait avec des yeux gris railleurs.

-Comment es-tu au courant ?

-Comment pourrais-je ne pas l'être ?

-Écoute, ce n'était pas volontaire. Je...

C'est alors que le premier boulet de canon déchiqueta le bastingage, au niveau du capitaine et de son épouse. La déflagration projeta des échardes telles des poignards dans les airs, et une sirène d'alarme brisa la quiétude de cette fin de matinée.

Ce fut le chaos. Nathan vit une dizaine de vaisseaux monoplace descendre en piquet vers eux. Des vaisseaux de guerres, armés de fusils de gros calibre. Oh bon sang. Ils durent appuyer sur la gâchette, car une rafale de balle tinta sur le sol renforcé de métal de l'Ombre. Nathan se jeta sur Sarah pour la mettre à couvert, tandis qu'elle pointait son propre pistolet vers le ciel.

-Crétin ! rugit-elle. Nous devons abattre ces avions !

-Pas à découvert de la sorte !

-Nous n'avons pas le choix ! Ils ont détruit la tourelle lors de la dernière attaque !

Son regard dériva vers l'autre bout du pont, où un appareil gisait, en miettes. C'était donc ça, la tourelle ? Oh oh... S'ils ne l'avaient plus, il ne voyait pas comment ils allaient s'en sortir ! Soudain, il se souvint de Marc et Béthanie. Le boulet de canon ! Il fallait...

-C'est le Serpent ! rugit Cromwell en les remettant tous deux sur pieds. Ils veulent encore mettre la main sur le capitaine ! Tout le monde à son poste !

Le Serpent ? Nathan n'eut pas l'occasion de se poser de questions. Il fallait absolument abattre ces vaisseaux. Et sans arme... Fonçant droit devant lui, il courut jusqu'à l'armurerie, située dans le réfectoire. Plus pratique en cas d'urgence. Tout le monde se saisissait de fusils, mais il n'y prêta pas attention. Car dans un coin, son arc et son carquois attendaient. Les saisissants, il repartit en courant sur le pont. Il lui fallait un point en hauteur... Le vrombissement d'un vaisseau le fit se jeter de l'autre côté d'un baril d'eau. Au loin, il vit Sarah tirer, faisant fi des balles s'abattant autour d'elle. Bon sang ! Elle était suicidaire, ou quoi !?

Il disait donc, un point en hauteur... Le mat principal ! Il leva la tête vers la plus grande voile du navire, fixée au gigantesque mat qui dominait l'Ombre. S'il parvenait à se mettre au-dessus de l'imposante toile, il aurait une vue dégagée sur les vaisseaux !

*

-Béthanie !

Au cri de Marc, la jeune femme se plia en deux, tandis que deux bras l'enveloppaient. Les balles perforantes crépitèrent autour d'eux, perçant le bois ou rebondissant sur les plaques du pont. Le monoplace passé à toute vitesse au-dessus d'eux, le capitaine la remit sur pieds.

-Cours ! Rejoins la cabine, je te couvre ! cria-t-il pour couvrir le vacarme de la bataille.

Tout autour d'eux, les soldats de l'Ombre tiraient à bâbord, là où un énorme navire volant se rapprochait. Le Serpent, selon les dires de Marc. Grand, noir, il semblait bien décidé à les broyer vifs. Ce qui mettait Béthanie particulièrement en rogne.

Corset et Bottes de CuirLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant