Chapitre 37

3.9K 153 8
                                    

PDV Ellie

On avait finalement passé le plus clair de notre soirée à rigoler sur des sujets diamétralement opposés à celui pour lequel Charles était venu, initialement. Ce n'était d'ailleurs pas pour me déplaire, j'avais passé la journée à ressasser  mes ennuis, donc j'accueillais chaque divertissement à bras ouverts. Charles avait un réel super-pouvoir : celui de tourner n'importe qu'elle situation en dérision. À l'habitude, mon repas était avalé en 10 minutes top chrono. Pourtant, aujourd'hui, cela faisait une heure que nous avions commencé et je n'en étais qu'à la moitié, j'étais trop occupée à rire. Sur les coups de 23h, on passa enfin au dessert. Je me levai et lui rapporta des mousses au chocolat.

« - Bon, va bien falloir que tu dormes cette nuit madame Ellie.
- Oula, t'inquiète, j'y compte bien, pourquoi ?
- C'est toi même qui m'a dit que si on ne trouvait pas de solution pour cette histoire avec Pierre, tu ne pourrais pas dormir.
- Ahh tu parles de ça.
- Je savais pas trop comment l'amener, mais une chose est sûr, on ne peut pas te laisser comme ça.
- Ça je ne te le fais pas dire.
- Bon déjà, Clara a dit à Pierre qu'elle serait présente sur le prochain Grand Prix.
- Génial, on a même pas 2 semaines de répit alors. C'est où déjà ?
- À Austin, aux États-Unis, donc je suppose que tu ne viendras pas ?
- Ah là, oui clairement, c'est beaucoup trop loin, et j'ai pas encore beaucoup de jours de congés. Ça va être horrible d'être loin de vous et de savoir que l'autre folle va tout faire pour me voler mon mec, grommelais-je.
- Donc tu pars du principe que tu ne mets pas Pierre dans la confidence ?
- C'est même pas envisageable, même si on lui suppliait de faire semblant de ne pas être au courant devant Clara, il ne pourrait pas s'empêcher de la démarrer.
- Je te donne un point là-dessus, il est trop impulsif et mauvais acteur pour ça.
- En soi, on pourrait jute lui faire confiance. S'il tient vraiment à moi, il acceptera pas les avances.
- Mais bon, c'est Pierre, dit-on en chœur.
- Voilà, on est d'accord. Ça a beau être mon meilleur ami, il faut quand même que je sois réaliste. Il peut repartir très vite dans ses anciens travers. Mais en tout cas, quoiqu'il arrive, souviens-toi que ce n'est absolument pas un indicateur de ce qu'il ressent pour toi. Loin de là. Il tient à toi plus que tout, ça, c'est certain. Je suis même persaudé qu'il serait capable de relâcher sa garde 1 seconde, faire n'importe quoi et regretter dans la minute qui suit.
- Je le sais que trop bien, malheureusement. Tu sais, il a des fois où je ne peux pas m'empêcher de me dire que ça signifie peut-être que c'est peut-être pas la bonne personne pour moi. Fin, je sais pas, ne pas pouvoir faire confiance à 100%, c'est quand même grave dans un couple. Mais d'un autre côté, j'apprends à être indulgente et à faire la part des choses. Ce qui le pousserait à faire une connerie, ça serait pas par rapport à moi, mais par rapport à son caractère. Il aime qu'on lui apporte de l'attention et, en plus, c'est malgré lui. Finalement, c'est à moi de faire en sorte de l'aider à travailler là-dessus et d'être présente dès qu'il en a besoin. Je suis intimement persuadée que même lui souffre de cette situation.
- Il a de la chance de t'avoir. Tomber sur une fille comme toi, c'est tellement rare. J'espère qu'il s'en rend compte.
- Si tu savais à quel point je tiens à lui.
- Pour être honnête, le jour où il m'a parlé de toi pour la première fois, je me suis dit que tu allais être sa nouvelle occupation pour quelques semaines. Et puis, je t'ai rencontré et j'ai compris que tu étais bien plus que ça. Je suis content que tu aies croisé son chemin et, par la même occasion, le mien, d'ailleurs.
- Me dis pas des trucs comme ça, j'ai déjà assez pleuré pour aujourd'hui, rigolais-je pour camoufler les larmes qui me montaient aux yeux.
- Allez, c'est pas le tout, mais on a une stratégie à élaborer. Il faut qu'on trouve le moyen de faire cesser Clara et le tout, dans le dos du principal concerné.
- Et, à l'occasion, si on peut s'arranger pour qu'il ne découvre pas que cette Clara est liée à mon ex, ça serait pas mal aussi.
- C'est quasi mission impossible, là.
- À peu de choses près, oui.
- Génial, on est bien avancé.
- Tiens, pedant que j'y pense d'ailleurs. Je t'ai pas raconté tout à l'heure, quand Pierre m'a appelé c'était aussi parce que Clara lui a dit qu'elle lui avait laissé une boîte de fraises au chocolat devant sa chambre d'hôtel. Sauf qu'il ne les a jamais reçu, il a peur que quelqu'un soit tombé dessus.
- Ah.
- Pourquoi j'ai l'impression que tu ne me dis pas tout ? me demanda-t-il en relevant son sourcil gauche.
- Bah, euh, en fait.
- Ne me dis pas que c'est toi qui a volé le machin ?
- NON MAIS J'ÉTAIS AVEC CAMILLE, C'ÉTAIT DEVANT SA PORTE ET J'AI VU ÇA, JE VOULAIS PAS QU'IL LE TROUVE, me justifiais-je, sur la défensive, terrifiée à l'idée que Charles m'en veuille.
- T'inquiète de toute façon, qui ne sait pas que Pierre déteste les fraises ? se contenta-t-il de répondre.
- VOILÀ, ON EST D'ACCORD, JE ME SUIS DIT LA MÊME CHOSE !
- Mais attends, ça veut dire que ça marche pas si mal que ça cette technique, non ? Si Pierre n'a jamais reçu, ça signifie pas de tentation. Clara va forcément finir par se lasser s'il ne réagit jamais.
- T'as pas tort dis donc. Seul problème, je suis pas là à Austin.
- Je vais m'occuper de ça à ta place, t'inquiètes.
- Non mais je veux pas te créer d'ennui avec ton meilleur ami.
- C'est dans son intérêt donc ça couvre mon champ de compétence. Il comprendra, et encore, pour ça, il faudrait déjà qu'il soit au courant que c'est nous.
- Tu penses que c'est faisable à plusieurs reprises, d'ici à ce que Clara abandonne ?
- Ça me paraît envisageable. Après, je ne dis pas qu'intercepter tous ses cadeaux empoisonnés ne va pas être su sport.
- Il ne nous manque que l'organisation, alors. Une fois le plan en tête, tout coulera de source, déclarais-je en partant fouiller dans mon sac.
- Tu fais quoi ?
- Toujours s'armer d'un bon vieux carnet et d'un stylo ! dis-je en brandissant mes 2 biens.
- T'es pas possible toi ! se moqua-t-il.
- Tu me remercierais plus tard. Je te propose donc qu'on établisse un plan pour chaque Grand Prix. Ça signifie qu'à chaque fois, on doit se voir une soirée au préalable pour que rien n'arrive jamais entre les mains de Pierre. Et ce, jusqu'à ce que cette grande malade nous laisse tranquille. Ça te va ?
- Chef, oui, chef, à vos ordres !
- Étape 1, repérage des zones de danger.
- Oula, je te suis déjà plus.
- C'est les endroits où Clara dépose ses bombes à retardement. Elle n'a pas 36 possibilités, donc on devrait pouvoir tout couvrir.
- Pour l'instant, c'était soit par l'intermédiaire de Pyry, soit devant la chambre d'hôtel.
- Oui, t'as raison et à part la remise en main propre de Pierre, je ne vois pas comment elle pourrait faire autrement.
- Oui, clairement, alors note ces 3 zones de danger.
- J'aime bien quand tu reprends termes, chuchotais-je en souriant.
- Les agents secrets ont toujours leur code à eux pour communiquer, que veux-tu.
- Étape 2, il nous faut l'emploi du temps précis de Pierre, pour savoir quand il va-et-vient à sa chambre et au motorhome, énumérais-je.
- Attends, j'envoie un message à Pyry pour le récupérer, je vais lui dire que c'est pour faire une surprise à Pierre.
- Parfait, merci. Avec ça, on pourra savoir quand faire des tours de ronde pour récupérer les paquets de Clara. Exemple : il doit revenir à son hôtel à 16h, vous devez vous débrouillez pour y passer à 15h50 pour être sûr que la zone est déminée.
- Ça tient la route, on fait ça. Pyry est en train d'écrire, on va pouvoir tout boucler ce soir.
- Niquel. On pourrait peut-être mettre Camille dans la confidence, non ? Elle pourrait t'aider parce que tu risques de ne pas toujours être dispo.
- Ça me paraît une bonne idée, je lui explique tout en rentrant.
- Ok parfait, merci. Aussi, vous arrivez le même jour aux États-Unis ?
- Normalement, oui, on prend le même avion vu que la distance est relativement grande.
- Ah c'est trop bien ça.On passe à l'étape 3, alors. Il faut prévoir la possibilité qu'elle remette son colis directement au physio de Pierre. Ça compliquerait, grandement, nos affaires.
- Faut que je trouve une excuse béton pour voler le courrier de Pierre, ça me paraît un peu compliqué ça.
- Réfléchissons. Pyry connaît Camille ?
- Non, ça m'étonnerait, y'a aucune raisons que ça soit le cas.
- Ok parfait, elle se fera passer pour une stagiaire AlphaTauri qui s'occupe de l'intendance auprès du coach, elle lui proposera de donner le courrier qu'il aura récupérer à Pierre.
- Euh tu penses vraiment que ça va passer ça ?
- Attends, j'ai une idée !
- Tu fais de la revente de vêtement ou comment ça se passe ? explosa Charles de rire en me voyant fouiller dans mes tiroirs remplis d'affaires floquées AlphaTauri.
- Tiens, elle mettra ça, dis-je en ramenant un polo et une casquette à l'effigie de l'écurie de mon chéri.
- Pierre laisse vraiment toute sa vie partout où il va, c'est fou.
- Comme tu dis. Ça m'arrange en plus, ça va me faire de la place. Le gars a réussi à utiliser plus de la moitié de mon dressing, tu te rends compte ?
- L'abus en personne ! Mais cherche pas, c'est la même chez moi.
- Il a vraiment trop de vêtements, c'est abusé.
- J'en connais une qui va râler, Camille dit toujours qu'elle a la peau trop claire pour porter du blanc, rigola Charles en attrapant ce que je lui lançais depuis ma chambre.
- Elle s'y fera, en plus elle a bronzé cet été, ça passera comme une lettre à la poste. Tu lui demanderas de s'habiller comme ça et de se trimballer avec un thermos de café prêt à l'usage, Pyry sera content d'avoir une tasse chaude et n'ira pas chercher plus loin, crois-moi.
- J'espère pour toi que ça va marcher. Le courrier est distribué à 8h tous les matins il me semble, elle pourra se débrouiller je suppose.
- Fais confiance au destin, il est de notre côté. Du moins, il a intérêt. j'ai pas de meilleures solutions sous le coude.
- On va dire ça comme ça alors. Tiens l'emploi du temps à la minute près de Pierre, me dit-il en me tendant son téléphone.
- Merci ! Je vais recopier tout ça et entourer en rouge les moments où tu vas devoir aider et en bleu, ceux de Camille. Je prendrais son relais quand je serais sur le circuit.
- N'empêche, toi, tu te mets bien. Ça va être à moi de parler à Camille et donc, c'est sur moi qu'elle va râler !
- Tu devrais pouvoir t'en remettre, t'es un grand gaillard, j'ai confiance.
- C'est comme ça t'arranges toi, hein ! ria-t-il.
- Exactement, je suis persuadée qu'avec de la conviction, tout fonctionne.
- D'ailleurs, j'y gagne quoi, moi ?
- Mon éternel reconnaissance, proposais-je, hasardeuse.
- Peut mieux faire.
- Ok, t'as gagné, je t'offre un tupperware de cuisine maison par semaine.
- Eh bah voilà quand tu veux, là tu me parles ! »

————————————————
Coucou ! Aujourd'hui c'est l'élaboration du plan d'Ellie et Charles (et Camille, mais elle ne le sait pas encore haha) !
D'ailleurs qui a eu des places pour le GP Explorer ? J'ai les miennes, je suis trop contente hihi ! Trop hâte de faire une tribune « Mon bel inconnu » haha :)
kiss kiss, à demain <33

Mon bel inconnu - Pierre GaslyOù les histoires vivent. Découvrez maintenant