Chapitre 1

5.9K 261 110



L'aéroport international de Dublin ressemblait à une énorme fourmilière. Tous ces gens qui se précipitaient à la descente de l'avion pour récupérer leurs bagages et retrouver leurs amis et familles, venus les attendre. Pour ma part, j'avais été obligée de les quitter. Car en ce début d'après midi du mois d'Octobre, moi, Roxanne Mullighan, je prenais un nouveau départ en Irlande.

J'avais entendu beaucoup de choses sur ce pays et ses occupants. Une collègue m'avait dit qu'ils étaient tous roux avec des tâches de rousseur et qu'ils ne vivaient que pour jouer de la cornemuses. Des amis de mes parents, qui n'avaient jamais voyagé sur l'île d'émeraude, prirent une mine compatissante car selon eux, « il pleut tout le temps en Irlande, c'est le seul pays du monde avec l'Écosse où le soleil fait grève ». Et bien sur, je passe les « ils ne boivent que de la bière », « il n'y a que des moutons là bas » et bien entendu « oh à part Dublin, ce ne sont que des villages au bord des falaises ». Les Américains et les stéréotypes... Ils ont tendance à oublier qu'une grande partie de leur population est d'origine irlandaise.

Pourtant, après un vol long et plein d'appréhension, à entendre ronfler, vomir, pleurer et toute sorte d'autres bruits étranges , j'étais accueillie par un soleil éclatant et des gens fort sympathiques qui m'ont bien aiguillé pour sortir de tout ce bazar. Nous étions donc loin de l'armée de roux empestant la bière que mon entourage m'avait dépeint.

Dans le hall, je cherchais du regard la personne mandatée par Devil's Events, ma nouvelle entreprise. Plusieurs noms étaient inscrits sur les pancartes que tenaient des femmes et des hommes attroupés là mais rien pour moi. Après quelques minutes à râler puis à paniquer, un homme arriva d'un pas rapide dans ma direction. Sur son carton, mon nom griffonné à la va vite et mal orthographié.

– Eh oh je suis là, je suis Mlle Mullighan. Avec 2 L et un H.

– Bonjour! Je suis Nate O'Donnell. Désolé, on ne s'était pas mis d'accord sur qui devait venir vous chercher! Normalement Sofia était de corvée mais elle a commencé à faire son cinéma, que ce n'était pas son job, qu'elle était collaboratrice et pas chauffeur et ça a pris un temps fou! Et quand on a fini par trouver un compromis, j'étais en retard pour vous accueillir. Mais maintenant je suis là!

Voyant l'incrédulité se peindre sur mon visage, Nate se confondit en excuses pendant au moins dix bonnes minutes. Grand, le teint blanc, la trentaine, les cheveux blonds, mal coiffés et visiblement en sueur, Nate comme son badge semblait l'indiquer, venait de courir un marathon. Je lui tendis la main, il essuya la sienne qui devait être un peu moite avant de serrer la mienne. Puis il prit mes affaires et nous nous dirigeâmes vers la voiture. En chemin, il s'excusa encore et encore, se plaignant de la dite Sofia qui brassait plus d'air qu'un ventilateur un jour de canicule. Cette dernière remarque déclencha chez moi un fou rire jusqu'aux larmes et je montais dans la voiture en essuyant mes yeux pour ne pas ressembler à un panda.

Durant le trajet, Nate fut un vrai moulin à paroles. Il commença par me parler de Devil's Events, petite entreprise d'une vingtaine de collaborateurs, spécialisée dans  l'événementiel de qualité et fondée il y a quatre ans par Liam Donovan et Jamie O'Callaghan. La société gérait des contrats sur toute la partie Est de l'Irlande, de Dublin à Cork. L'antenne ouest était régie par une certaine Caroline, une vraie pimbêche selon Nate, mais je n'allais pas être amenée à la voir souvent. Quant à mon serviteur, il travaillait pour Liam et Jamie depuis deux ans. Originaire de Dingle, petite péninsule au nom étrange mais réellement existante, il s'était installé à Dublin après le lycée pour ses études. A l'université, il avait participé à l'organisation de concerts, expositions, soirées et un de ses professeur avait glissé quelques mots à Liam à la fin de ses études. Il n'avait pas de petite amie et vivait en partenariat domestique avec un colocataire félin prénommé Flynn. Je me sentais déjà un peu mieux et moins dépaysée. Nate me jeta un regard en biais.

An irish love (En Réécriture )Lisez cette histoire GRATUITEMENT !