.49

11.8K 500 483
                                    

Salem aleykoum, Wesh

Bissmilah❤

Hidayaa: Libère moi...

Hidayaa

Les secours me prennent directement en charge, quant à la police elle, dirige son arme en direction de mon père.

Un d'eux s'adresse à Issam.

Le policier: Vous restez avec nous monsieur nous devons vous interroger.

Issam: Non désolé c'est mort je vais avec ma femme. Vous m'interrogerez plus tard.

La policer: Si ça peut vous faire plaisir. Vous on vous embarque.

Il parlait clairement de Djibril et mon père.

Quant à moi et bien je suis maintenant en bas dans le camion accompagnée de plusieurs infirmières et de ma mère.
Elle a voulue montée avec moi à tout prix.

Issam, tata Israa et Amjad étaient dans la voiture et roulaient juste derrière.

Je commençais vraiment à fatiguée par apport à cette balle franchement c'est juste fatiguant.

Et surtout ça fait mal.

Infirmière: Madame vous m'entendez? Restez avec nous s'ils vous plaît.

Aucune réponse, j'entendais mais j'étais comme morte.
J'avais vraiment plus la force.

Issam

On suit le camion de très près.
W'Allah j'en avais lourd sur le coeur.
Quand je l'est vu se jetée sur moi en voyant la balle transpercé sa peau j'ai câblé.

J'arrivais pas, wesh cette femme est complètement dingue.

Comment je me sentais coupable parceque à la base dans ce camion c'est moi, pas elle.

Mais c'est comme si j'y étais parceque sah quand il à tiré sur elle c'est comme si il avait tiré sur moi.
On peut dire qu'il a presque réussit ce qu'il voulait faire.

J'étais mélangé entre la colère et la tristesse, je voulais crier comme avoir l'envie de commettre un meurtre.

Je suis sur que ça aurait été clairement mieux si je l'avais laissé à la maison, pourquoi j'ai accepté de la ramener avec moi putain j'suis con des fois la vie.
Juste avec une phrase elle avait réussi à me faire changer d'avis alors que j'étais tellement déterminé.

Cette femme va me rendre ouf.

On arrive à l'hôpital, on descend directement et on les suit, je la vois de loin allongé sur le brancard, on les rattrape.

Moi: Elle va bien?

Infirmière: On sait pas monsieur elle n'est plus consciente.

Moi: Comment ça elle est plus consciente?!

Infirmière: Elle répond plus, elle bouge plus je me suis même demander si elle respirait encore.

𝑯𝒊𝒅𝒂𝒚𝒂𝒂: 𝑳𝒊𝒃𝒆̀𝒓𝒆 𝒎𝒐𝒊Où les histoires vivent. Découvrez maintenant